Interview

Benrahma: «Cela me fait plaisir que des clubs huppés de Premier League soient derrière moi mais… »

«C’est dur pour moi de parler de mon défunt papa, j’ai des frissons» «Mahrez est un phénomène, il ne faut pas le comparer à Mané et Salah»

Auteur : jeudi 30 avril 2020 00:00

Freiné par l’arrêt de la compétition en raison de la pandémie du coronavirus, Said Benrahma, qui marchait fort avec des statistiques qui faisaient de lui le meilleur joueur de la Championship, revient   dans cet entretien exclusif qu’il a accordé au Buteur sur ses contacts en Premier League et son avenir avec les Verts. Annoncé dans le viseur des grands de la Premier League, Benrahma préfère d’abord finir sa saison avec Brentford où il veut offrir une accession historique à ses supporteurs.   

Tout d’abord, quelles sont vos nouvelles en cette période de confinement ?
On est confinés à la maison comme tout le monde. Je profite de cette occasion pour réitérer mon appel aux Algériens de respecter les consignes données pour éviter la propagation de ce virus. Inch’Allah, on va dépasser cette crise et retrouver le sourire et les terrains très bientôt.
Le monde est en ce moment très préoccupé par la crise du coronavirus, vous avez certainement hâte de revenir à jouer quand même?
C’est sûr, on ressent une grosse envie de s’entrainer même si on se contente des entrainements en solo pour rester en forme. Après, l’arrêt est trop long et on a envie vraiment d’être sur les terrains. Seulement, le plus important est de sauver des vies.
Revenons au football. Meilleur joueur de la Championship avant ce repos forcé, cela est dû certainement à cette confiance du coach Thomas Franck…
J’ai un coach qui me fait confiance, on s’entend très bien, je dirai que c’est l’entraineur qui me fallait pour déclencher ma carrière en Angleterre. On communique beaucoup, quand ça ne va pas, il est toujours là, donc cela m’offre une grande confiance en mes qualités. Ça m’aide aussi dans mon quotidien et mes performances sur le terrain. Il sait ce que je vaux et c’est réciproque de ma part, je sais qu’avec lui, je ne peux que progresser.
C’est comme Djamel Belmadi en Equipe nationale, on va dire ?
Exactement ! C’est un passionné, il discute et essaye de comprendre ses joueurs. J’ai la chance d’avoir un coach comme Belmadi à Brentford, un passionné qui est toujours présent pour tirer le maximum de son joueur. Je suis super content.
Ce n’était pas évident de revenir à ce niveau lorsqu’on sait que vous êtes passé par une dure période, une blessure et une déception après avoir raté la CAN…
Voilà c’était un vrai coup du sort après, Hamdoulillah, c’est le Mektoub ! Après c’est l’Algérie qui gagne, c’est l’essentiel. Ça aurait été un prestige, ça aurait été magnifique de la gagner avec le groupe mais comme je viens de le dire, on ne peut qu’être fiers que l’Algérie remporte ce trophée. Après, quand mon pays triomphe, c’est comme si que je l’avais gagné. Je suis content pour le pays, le peuple algérien et Djamel Belmadi qui a fait un super travail. On ne peut pas vivre avec les regrets.
Vous avez fait aussi de très bons matchs avec l’Algérie, comme celui que vous avez joué à Blida.
Oui, Hamdoulillah, j’ai été rappelé juste après la CAN en septembre, après, j’ai été aussi convoqué pour le stage d’après en octobre, malheureusement en novembre, je me suis blessé.  Mon club à Brentford envoyé à la FAF un rapport médical prouvant ma blessure. Maintenant en ce qui concerne le dernier stage de mars, il a été annulé pour les raisons connues.
Qu’est-ce que cela vous fait d’appartenir à ce groupe ?
D’abord, cela signifie que Belmadi m’a montré une confiance que je dois lui rendre. Je suis très content de faire partie de ce groupe où il y a des super mecs. Après, c’est l’Algérie, c’est la magie, c’est mon pays donc à chaque fois que je suis appelé en sélection, je me donnerai à 1000%.
Des mecs formidables comme vos potes Adam Ounas, Youcef Atal, Riyad Mahrez Sofiane Feghouli…
(Oui, rires) Hichem Boudaoui, tous comme ils sont, Ramy Bensebaini, Youcef Belaili, Bounedjah… tout le monde est super sympa.
Et Islam Slimani ?
 Oui, Islam Slimani (il rit franchement), c’était important de le signaler (il reprend à rire). Ismael Bennacer, Tahrat, et Abeid… Mahrez, Yacine Brahimi aussi franchement, tout le monde est magnifique, on forme un groupe très complice sur et en dehors du terrain. On est devenus une famille. A vrai dire, cette ambiance avait commencé bien avant même la Coupe d’Afrique des nations, car lorsque j’étais convoqué par Belmadi en mars, il y avait une ambiance magnifique. C’est comme ça qu’on pourra avancer et réaliser quelque chose de grand.
Pour la Coupe du monde 2022, on est dans un groupe à notre portée, avec le Djibouti, le Niger et le Burkina Faso comme principal adversaire…
Vous savez, dans un groupe comme ça, il faut se concentrer sur nous-mêmes. C’est aux autres de s’inquiéter, car on est l’Algérie quand même, on est les champions d’Afrique. Donc, on sait que chaque match qu’on jouera sera important. Si on est bien, je pense qu’il y a rien qui peut nous arrêter.
Said, Brentford est un petit club comparativement à Liverpool et Manchester United en Angleterre, mais en Algérie lorsque votre club joue, tout le monde cherche à suivre le match.
(Il rit) Franchement, je suis au courant, ça me fait vraiment plaisir. C’est magnifique. Notre peuple n’est pas comme les autres, on a un truc en plus qu’on ne trouvera pas ailleurs. Nos supporteurs aiment le pays, les joueurs et supportent même les clubs où on joue. On devient des membres de leurs familles. C’est ce qui est bien chez nous.
Vous êtes passé par des moments difficiles à Nice mais là en une saison et demie, déjà de grands clubs de Premier League veulent s’attacher vos services, cela vous fait quoi d’abord ?
Vous savez, comme tout joueur, on passe parfois par des difficultés mais Hamdoulillah, j’ai réussi à me relever. Je n’ai pas à me plaindre. Je suis à présent concentré sur mon club à Brentford après cela me fait plaisir que des clubs huppés de Premier League soient derrière moi. Je suis sous contrat à Brentford et je dois l’honorer comme il se doit.
Vos camarades ne doivent pas du coup vous décevoir, sachant qu’il y a tout un peuple algérien qui attend l’accession.
Ah oui bien sûr, il reste neuf matchs et on va faire en sorte d’accéder en fin de saison ou au moins disputer les play-offs Inch’Allah, on a une très bonne équipe, on fera tout notre possible pour concrétiser notre rêve et celui de tous ceux qui nous soutiennent.

Meilleur joueur de la Championship en 2020, meilleur buteur aussi, vous êtes sûrement l’un des hommes sur qui Belmadi va compter pour les prochaines échéances ?
J’espère bien, je suis un compétiteur, sur le terrain je donne tout et lorsqu’il s’agit de l’Équipe nationale le donnerai toujours plus. Après, Belmadi peut compter sur plusieurs joueurs talentueux comme Adam Ounas qui était bien revenu avant ce repos forcé, Slimani et sa grande expérience. Maintenant il va falloir être en forme lorsqu’on est en Équipe nationale. Après, Depuis que je suis en Équipe nationale, je constate que c’est tout le monde qui se donne à mille pour cent. Tout le monde mouille le maillot. Après il faut garder notre dynamique, gagner, marquer des buts et ne pas prendre des buts.
Le Mondial 2022 est le rêve que vous espérez accrocher, il devrait être déjà présent dans un petit coin de la tête ?
N’importe quel joueur garde la Coupe du monde dans un petit coin de la tête mais pour moi elle est au milieu de ma tête (rires). Après, bien sûr, j’y pense mais ce sont les performances sur le terrain qui comptent. Je sais qu’en jouant et en me distinguant je pourrai prétendre à disputer une Coupe du monde avec l’Algérie inch’Allah. À moi de bien travailler afin d’être prêt pour cette période.
Saïd, on évoque une dure période aussi pour vous, il s’agit du décès de votre papa Allah yerahmou. C’était très difficile. On voudrait revenir sur votre geste après votre hat-trick dédié à votre père…
(Il s’arrête très ému) vous savez, c’est très dur d’y revenir, croyez-moi lorsque je vous parle là Wallah j’ai des frissons, Allah yerahmou. Franchement je ne m’attendais pas à tout ce soutien des Algériens, c’est là qu’on se rend compte que nous avons un peuple pas comme les autres. Voir ces centaines de personnes venir à l’enterrement, tu restes ébahi, tu ne sais plus quoi leur dire tellement c’est touchant.
Une réaction par rapport à tous ces gens qui sont venus de toutes les wilayas vous présenter leurs condoléances ?
Franchement, voir des gens qui sont venus de partout, qui avaient parcouru des centaines de kilomètres pour me montrer leur soutien alors que je ne les connais même pas, ils ont fait 5 ou 6 heures de route pour venir à Bel-Abbès le jour de l’enterrement. Sincèrement, ça m’a vraiment touché.  Tout cela m’a permis de tenir le coup. J’ai senti que je ne serai jamais seul même si la personne que je venais de perdre était celle qui m’avait tout donné. C’était pour moi une énorme aide psychologique, ça m’a motivé à leur rendre cela sur le terrain en les rendant heureux et fiers.
Il était très fier de vous et vous êtes passé par un dur moment…
C’était une période difficile mais c’est le mektoub d’Allah, on n’y peut rien. De toute façon on va tous y passer. Le plus important maintenant c’est de rendre ma mère, ma famille et mon père Allah yerahmou aussi fiers de moi. Je sais qu’il aurait été très heureux de me voir comme ça. Ça reste une source de motivation mais bon, je me dis toujours qu’il est là et qu’il veille sur moi, même s’il ne fait plus partie de monde. C’est dur mais il faut dire hamdoulillah.
Je voudrais avoir votre avis sur ce que fait Riyad Mahrez en Angleterre puisque vous jouez là-bas dans un championnat où il avait fait l’étalage de toute sa classe avant de briller en Premier League ?
Bien sûr, pour moi Riyad est le meilleur joueur de la Premier League. Après, c’est vrai qu’il y a Mohamed Salah et Sadio Mané mais Riyad c’est incomparable. En plus c’est le style de joueur que j’aime voir jouer. Sinon, par rapport à ce qu’il fait, Mahrez c’est un phénomène. Je n’ai pas d’autres mots à dire, j’espère qu’il accomplira de grandes choses encore avec Manchester City. Il nous aide beaucoup, en plus de ses qualités, Riyad possède une personnalité qui nous donne confiance. On suit toujours ses performances avec une énorme fierté
Un dernier mot peut-être aux gens de votre patelin, à Aïn Témouchent ?
Non, je suis de Bel-Abbès. Les gens se trompent, je suis juste né à Aïn Témouchent, je n’ai pas grandi là-bas. Donc voilà, mon père Allah yerahmou a grandi à Sidi Bel-Abbès, donc il ne faut plus se tromper je suis un Abassi (Il rit franchement).  Je veux donc remercier tous les gens de Bel-Abbès, ils ont été magnifiques avec moi lorsque je suis descendu le jour de l’enterrement de mon papa. Je veux aussi saluer la famille de mon père et de ma mère qui a été là. Les gens de Bel-Abbès sont de très bonnes personnes, ça m’a vraiment touché et aidé à surmonter cette dure période. Saha Ramdankoum à tous les Algériens, et au prochain stage, inch’Allah.

Entretien réalisé par Moumen Ait Kaci Ali

Publié dans : Saïd Benrahma Brentford Thomas Franck

Fil d'actualité



Sondage

Archive

Pensez-vous que Messi va quitter le Barça cet été ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
14:50 | 2018-04-20 Arsène Wenger à Arsenal en stats

Le Français en avait 46 quand il a pris les rênes d'Arsenal...

10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Edition PDF

N° 4801 13/07/2020

Archive

Année
  • 2020
  • 2019
  • 2018
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir