Ligue 1 & 2

JSK : Les membres du directoire contre-attaquent !

Madjène : «J’ai reçu un SMS jeudi à 20h38 alors que j’étais déjà à l’étranger» Aït Djoudi : «Hannachi n’a jamais donné un centime à la JSK»

Auteur : Saïd D. lundi 25 décembre 2017 09:29

Comme tout le monde le sait, après deux mois de boulot, les membres du conseil de surveillance présidé par Mohamed Zaghdoud, avaient prévu une réunion de travail avec les membres du directoire, samedi dernier, au siège provisoire de la JSK. Alors que tout le monde était présent, les concernés se sont absentés en fermant à clé les portes du siège. Un comportement qui a irrité tout le monde, notamment Zaghdoud, Meftah et même l’ancien président Hannachi, qui était aussi présent. Au lendemain de cette fameuse histoire, le président actuel, Madjène, ainsi que Zouaoui et Aït Djoudi, ont tenu à animer un point de presse dans ladite école. En effet, les membres du directoire voulaient apporter des éclaircissements par rapport à tout ce qui s’est passé, en répondant ouvertement aux questions des journalistes. Ils ont aussi évoqué plusieurs sujets que nous allons découvrir ensemble.

Voilà pourquoi ils ne se sont pas présentés à la réunion
Avant même de répondre aux questions, le président Madjène, preuve à l’appui, a montré aux journalistes le message reçu par les membres du conseil d’administration, alors qu’il était déjà à l’étranger. Selon lui, on ne peut pas envoyer un message téléphonique à des personnes, à moins de 24 heures de la réunion. Selon les membres du directoire, il fallait utiliser une autre méthode, comme par exemple envoyer des invitations au moins une semaine à l’avance pour qu’ils puissent se tenir prêts. Par ailleurs, ils ne voient aucun inconvénient à se présenter à la prochaine réunion puisqu’ils disent qu’ils n’ont rien à cacher.

Ils tiennent à aller au bout de leur projet
Par ailleurs, les membres actuels du directoire, et malgré tout ce qu’ils subissent comme «acharnement», ne comptent pas abandonner leur projet. Ils sont prêts à aller le plus loin possible pour redresser la situation et redorer à la JSK son blason. Ils vont même, selon nos sources, continuer à payer les joueurs et à recruter les meilleurs éléments pour espérer livrer une excellente phase retour.
 

Madjène : «J’ai reçu un SMS jeudi à 20h38 alors que j’étais déjà à l’étranger»

Invité pour couvrir le point de presse animé à Aïn Benian, les dirigeants de la JSK ont expliqué au grand public plusieurs points importants relatifs à l’avenir du club. Et c’est  le président Madjène qui a ouvert le bal pour livrer sa version aux journalistes et aux supporters les raisons de leur absence à la réunion provoquée par les membres du conseil de surveillance, samedi matin, au siège provisoire de la JSK. Il a en effet, déclaré qu’il avait reçu un SMS pour l’inviter en urgence à ladite réunion, alors qu’il n’était même pas en Algérie : «Je ne suis pas un menteur et je ne mentirai jamais. C’est une éducation que j’ai eue de mes parents et mes arrières grands parents. Si je ne me suis pas présenté à la réunion, c’est parce que je me trouvais  l’étranger. Regardez, j’ai reçu un SMS le jeudi à 20h38 dans lequel on m’a demandé d’assister en urgence à la réunion de travail provoquée par les membres du comité de surveillance. Et heureusement que j’avais le roaming, sinon je ne l’aurais pas reçu avant au moins samedi. Aussi, je pense qu’on ne peut pas prévenir quelqu’un à moins de 24 heures d’une soit disant importante réunion. On devait nous envoyer des invitations ou nous prévenir une semaine à l’avance. J’ai l’habitude de m’envoler à l’étranger le week-end et comme cette fois-ci, il n’y avait aucun match, j’en ai profité pour partir avec mes collaborateurs. Donc, il m’était impossible d’y assister.»

«Ce n’est pas tout le monde qui est éligible à assister à la réunion»
Poursuivant son intervention, Madjène dira : «En plus du SMS reçu tardivement, je n’ai pas compris pourquoi y avait une aussi grande foule alors qu’on était sensés parler travail seulement. Y avait des personnes qui n’étaient pas éligibles pour assister à cette réunion. J’étais vraiment surpris de voir un rassemblement de plusieurs personnes devant le siège provisoire de la JSK, soit devant chez moi, alors que je n’étais même pas présent.»

 «On s’est mis en conformité par rapport aux nouveaux statuts»
Interrogé sur le fait que la JSK pourrait ne pas être autorisée à qualifier ses nouvelles recrues, Madjene s’explique : «Nous avons déjà eu une discussion avec Kerbadj, qui a même déclaré dans la radio que tout a été réglé. On s’est mis en conformité par rapport aux nouveaux statuts. Donc, nous pouvons recruter tranquillement. Tout est rentré dans l’ordre.»

«Hannachi a dû oublier dans quel état il a laissé le club»
Et par rapport à la dernière sortie médiatique de l’ancien président, Mohand-Chérif Hannachi, qui estimait que la JSK va très mal, le président Lakhdar Madjène rétorquera : «Apparemment, Hannachi a dû oublier comment il a laissé le club. L’année passée, la JSK avait terminé la phase aller avec 16 points, cette année, on est un peu mieux. La sérénité est de retour à l’équipe et je tiens à dire que tout se passe bien dans le club. Malheureusement, des gens essayent de nous perturber.»

«Nous avons une mission, nous irons jusqu’au bout.  Ce n’est pas l’AGEX qui nous en empêchera»
Avant de conclure, Madjène avait déclaré qu’il ne pense pas encore à la prochaine AGEX qui aura lieu le 7 janvier prochain, et que l’équipe sera gérée de la meilleure des manières entre-temps : «Ce n’est pas parce qu’on annonce notre départ qu’on ne croisera les bras. Nous avons une mission et nous irons jusqu’au bout. Ce n’est pas la prochaine AGEX qui nous en privera.»

 

Zouaoui : «Ce n’est pas par SMS qu’on convoque une réunion»

Le vice-président de la JSK Saïd Zouaoui, a répondu hier, à l’occasion du point de presse tenu au Centre d’hôtellerie d’Aïn Benian, aux membres du conseil de surveillance concernant le non lieu de la réunion, en raison de la fermeture du siège provisoire, en déclarant ceci : «Je tiens à apporter certaines précisions quant à tout ce qui a été dit par les membres du conseil de surveillance à propos de la réunion qui ne s’est pas tenue samedi matin. Nous dirigeons un directoire d’une SSPA et tout se fait d’une manière légale et transparente. En fait, on n’a eu vent de la réunion que dans la soirée de jeudi et via un SMS. Ce n’est pas de cette façon qu’on convoque une réunion. Le président Madjène se trouvait en France, Aït Djoudi venait de rentrer du Maroc et moi j’étais à Aïn Benian pour préparer l’arrivée de l’équipe et démarrer le stage.»

«Nous sommes venus pour éradiquer les mauvaises habitudes»
Très serein visiblement après tout le tapage médiatique du non déroulement de la réunion avec le conseil de surveillance, Zouaoui ajoute : «La JSK traverse des moments difficiles. Nous sommes venus pour améliorer la situation et permettre au club de retrouver sa santé. Le projet demande du temps. Mais la chose la plus importante qui nous tient à cœur c’est d’abord éradiquer les mauvaises habitudes qui se sont instaurées au sein du club. Beaucoup de choses doivent changer.»

«Notre gestion est transparente, on tiendra la réunion quand ça sera possible»
Et pour rassurer les membres du conseil de surveillance qui les ont plébiscités, Zouaoui affirme : «Nous n’avons rien à cacher, nous travaillons dans la transparence totale. Nous rassurons tout le monde notamment les membres du conseil de surveillance que nous tiendrons avec eux la réunion quand ils veulent, seulement ils doivent nous accorder encore un peu de temps.»

«Les joueurs ont été régularisés, y compris ceux qui ont saisi la CRL»
Sur un autre registre relatif aux finances, Zouaoui assure : «Nous ne sommes pas des menteurs, on s’est engagés envers les joueurs de les régulariser par étape et on l’a fait. Deux mensualités ont été versées aux joueurs actuels, en attendant d’autres virements prochainement. Ceux qui ont saisi la CRL ont été aussi régularisés partiellement conformément à la loi. De ce côté-là, on est rassurés et la JSK n’encourt aucun risque.»

«Impossible d’ouvrir le capital du club maintenant»
Et pour clore son intervention, Zouaoui a déclaré : «Tout le monde parle d’ouverture du capital du club, alors que c’est une opération qui demandera du temps. Il est quasiment impossible d’ouvrir le capital actuellement pour plusieurs raisons. C’est une opération qui obéît à des règles qu’on est tous tenus de respecter. Pour nous, l’essentiel est de mettre la JSK à l’abri des crises financières et lui faire éviter des sanctions. Cette mission nous l’assumerons et on s’engage envers les supporters que la JSK retrouvera bientôt sa véritable image, qu’on nous donne juste du temps et qu’on nous accorde la confiance.»

Aït Djoudi : «Hannachi n’a jamais donné un centime à la JSK»

De son côté, le coach en chef, Azzedine Aït Djoudi, membre du directoire, n’est pas allé par le dos de la cuillère pour répondre à l’ancien président, Mohand-Chérif Hannachi qui, selon lui, n’avait pas à se retrouver devant le siège du club samedi dernier, alors que la réunion était prévue avec les membres du comité de surveillance seulement. A ce sujet, il avancera : «Comme je me trouvais à Tizi Ouzou pour assister à l’hommage rendu à l’ancien président de la JSK, Abtouche, j’ai fait un tour au siège provisoire du club, puisque je passais par là-bas. J’ai donc été surpris par la présence de certaines personnes qui n’avaient pas à être présentes, à l’instar de l’ancien président. Je me demande comment il peut se permettre de parler alors que la situation était vraiment catastrophique à son époque. Il n’a jamais donné un centime à la JSK, sauf s’il le faisait avec des gens qu’on ne connaît pas.»

«Il me doit une grande somme d’argent que je n’ai même pas réclamée»
Toujours dans le même contexte, Aït Djoudi a voulu aussi répondre à Hannachi, qui a déclaré que son cœur se déchire quand il voit la situation du club. A ce sujet, le coach kabyle ajoute : «Si on parle d’argent, Hannachi me doit une grosse somme d’argent lors de la saison 2013/2014. Mais au jour d’aujourd’hui, je n’ai rien réclamé. Alors, il n’est pas bien placé pour parler du fonctionnement d’un club.»

«Une phase retour très difficile nous attend»
Evoquant le parcours difficile qui attend son équipe lors de la phase retour, le technicien déclarait : «J’avoue qu’une phase retour très difficile nous attend, puisque nous allons jouer les gros calibres à domicile. Nous avons terminé la phase aller avec 17 points, donc on doit réagir pour s’éloigner du bas du tableau. Nous allons finaliser avec trois joueurs prochainement, qui j’espère apporteront un plus à l’équipe.»

«Je ne déteste pas Ekedi !»
Interrogé par nos soins sur le cas Ekedi qui ne fait plus partie de l’équipe première, l’entraîneur en chef estime qu’il n’a rien contre le joueur, mais pour le moment, il ne peut pas le convoquer puisqu’il sait qu’il ne sera pas capable d’apporter un plus à l’équipe : «Ecoutez, je ne déteste pas Ekedi. Je n’ai rien contre lui mais je tiens à dire qu’il n’est pas irremplaçable. C’est un joueur qui n’a pas apporté un plus à l’équipe. J’aurais aimé qu’il soit avec nous mais ce n’était pas possible. On ne peut pas continuer à payer un joueur en devises, alors qu’on sait qu’il n’apportera rien à l’équipe. Il est protégé par un contrat, on doit trouver une solution pour tout régler avec lui.»

 «Même Ebossé avait subi des tests avant de signer»
Avant de conclure, Aït Djoudi avait cité le défunt Ebossé comme exemple : «En 2013, lorsqu’un manager m’avait présenté Ebossé, j’ai demandé à ce qu’il passe des tests. Après deux séances, je lui ai dit qu’il était bon. Quelque temps plus tard, il est devenu le meilleur buteur et joueur du championnat. Un joueur pareil mérite que je lui verse de l’argent de ma poche, puisqu’il est capable de faire la différence dans un match.»

Publié dans : hannachi Aït Djoudi meftah Zouaoui Madjène. Zaghdoud

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Pensez-vous que le prochain Ballon d’Or sera autre que CR7 ou Messi ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
14:50 | 2018-04-20 Arsène Wenger à Arsenal en stats

Le Français en avait 46 quand il a pris les rênes d'Arsenal...

10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Edition PDF

N° 4152 23/07/2018

Archive

Année
  • 2018
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir