Ligue 1 & 2

JSK : Les Kabyles contre attaquent : «Le Horoya de Conakry ne nous fait pas peur»

Benabderahmane (DG de la JSK) : « Nous irons avec l’objectif de les éliminer chez eux »

Auteur : Lyès Aouiche jeudi 19 septembre 2019 12:07

Le président du Horoya de Conakry représentant guinéen en champions league, Soufiane Souare, a livré une interview au site officiel de son club où il est revenu sur le dernier match aller perdu à Tizi (2-0), comptant pour le second tour de la Ligue des champions. Souaré n’arrive toujours pas à digérer ce revers et fait part d’un sentiment d’insatisfaction quant aux conditions dans lesquelles son équipe a évolué. Afin d’avoir la réaction officielle de la JSK, nous nous sommes entretenus avec le directeur général Nassim Benabderahmane, qui réfute en bloc ces accusation, tout en apportant des précisions de taille : « Nous sommes étonnés par les déclarations du président du Horoya Conakry. Visiblement, il n’a pas accepté la défaite acquise sportivement sur le terrain par un grand club qui s’appelle la JSK. Je tiens à préciser que la délégation du Horoya Conakry a été royalement reçue par nos officiels à Alger. Elle a bénéficié d’un traitement exemplaire de notre part dès son arrivée jusqu’à son retour. »

Benabderahmane (DG de la JSK) :  « Nous irons avec l’objectif de les éliminer chez eux »
Après une première manche remportée à domicile, les dirigeants de la JSK sont le moins qu’on puisse dire, optimistes quant à la qualification au match retour. Ils sont unanimes à dire que les hommes d’Hubert Velud sont capables d’arracher la qualification en Guinée dans deux semaines : « Nous avons réussi la première manche à domicile, c’est-à-dire remporter une victoire de deux buts à zéro, nous ferons le déplacement à Conakry avec la ferme intention de les éliminer sur leur propre terrain. On sait beaucoup sur cette équipe, non seulement elle gère mal ses déplacements, elle est aussi fébrile à domicile. »

« On les devance de deux buts, la pression sera sur eux »
A propos de la pression qui commence d’ores et déjà à monter dans les deux camps à une dizaine de jours du rendez-vous continental face à Horoya de Conakry, le Directeur général de la JSK explique : « Je ne vois pas pourquoi nous allons nous mettre sous pression. A mon avis, elle devrait être de l’autre côté. C’est nous qui partons avec une avance de deux buts. On n’a pas encaissé à domicile et avons la possibilité de les tremper même chez eux. »

« Al Merreikh était plus athlétique et technique »
Pour le dirigeant kabyle, cette équipe de Horoya Conakry est prenable. Elle a certes des qualités mais aussi des lacunes que la JSK exploitera au match retour pour composter sa qualification à la phase des poules. Pour étayer ses propos, Benabderahmane ajoute : « Je pense qu’on a trop enflammé cette équipe du Horoya qui, à mon avis, n’est pas plus coriace que la formation soudanais d’Al Merreikh qu’on a éliminée au premier tour. »

« Horoya, une équipe prenable »
Répondant justement aux déclarations du président du Horoya, Soufiane Souare, le DG des  Canaris dira sèchement : « Je ne vois pas pourquoi avoir peur de cette équipe du Horoya. Elle n’est pas un foudre de guerre ni une équipe imbattable. En plus d’être prenable en déplacement c’est aussi une équipe fragile à domicile. Au match aller, ils sont passés à côté d’une défaite encore plus lourde. Nous avons confiance en nos joueurs qui sont capables de relever le défi au match retour. J’imagine qu’ils savent bien qu’on ne restera pas au chômage et attendre ce match retour venir. On est déjà en pleine préparation d’un gros match qui nous attend en championnat contre le CRB puis en attaquera les détails du match retour. »

« Horoya était bien prise en charge durant son séjour en Algérie »
N’ayant pas du tout apprécié les reproches concernant l’accueil qui leur a été assuré, Benabderahmane qui était personnellement présent à l’aéroport d’Alger, dira ceci : « Honnêtement, c’est ingrat ! Moi personnellement j’étais parmi les dirigeants qui ont accueilli cette équipe du Horoya Conakry à Alger. On a veillé sur tout, même les petits détails avec la police des frontières pour leur faciliter l’entrée. Un bus et un véhicule a été mis à leur disposition dès le premier jour. Durant leur présence à Alger, on leur a trouvé des créneaux horaires pour s’entraîner au stade de l’unité de la Protection civile et à Tizi on est restés à leurs côtés jusqu’au retour. »

 « Les stades africains n’ont rien de plus fameux que le 1er-Novembre de Tizi»
Concernant l’homologation du stade du 1er-Novembre, celle-ci décidée par la CAF suite à une inspection effectuée sur le terrain, Benabderahmane ajoute encore : « Le 1re-Novembre est notre stade et il est de notre droit d’y jouer. La CAF a fait son constat et rendu la décision de l’homologuer. La JSK est un club qui totalise un nombre important de participation en Coupes d’Afrique, on s’est rendu partout dans les quatre coins du continent, les stades en Afrique n’ont rien de fameux que le nôtre qui dispose de toutes les commodités nécessaires.»

« L’arbitre tunisien nous a privés d’un penalty »
Sur un autre volet, cette fois-ci lié à l’arbitrage, Benabderahmane n’est pas du tout d’accord avec le président du Horoya qui pense que le Tunisien désigné pour le match aller a avantagé la JSK en déclarant : « Je ne vois pas de quel avantage on a bénéficié face au Horoya pour que son président discute la désignation d’un arbitre tunisien. Tout le monde a vu et les images de la télévision sont là pour le prouver que les deux buts marqués ne sont entachés d’aucune faute. Mieux encore, c’est la JSK qui se sent lésée car l’arbitre n’a pas sifflé un penalty qu’on pense valable pour notre faveur. »

« On fait confiance à la commission d’arbitrage de la CAF »
Au sujet du changement d’arbitres pour le match retour, des Burkinabés en remplacement aux Marocains, Benabderahmane fait part du sentiment de la direction en déclarant : « Certes, nous n’avons reçu aucune explication par rapport aux motifs du changement mais tout ce qu’on peut dire c’est qu’on fait entièrement confiance à la commission compétente relevant de la CAF. Il paraît et selon nos premiers éléments d’information que c’est un jeune arbitre Burkinabé qui est en début de sa carrière internationale. La CAF aura un œil sur le match donc on n’est pas sous pression et on ne s’inquiète pas du tout sur ce plan. »

« Les choses ont bien évolué en Afrique »
Toujours à propos des conditions d’organisation du match retour, notamment l’arbitrage et d’autres paramètres qui peuvent peser sur l’équipe kabyle, Benabderahmane paraît serein : « On ne vit aucune pression particulière. Nous allons préparer ce match retour sereinement. Il faut reconnaître que beaucoup de choses ont évolué positivement à la CAF, il y aura un contrôle rigoureux. »

« Le match aller s’est joué devant un public en or »
Enfin et en parlant du climat de quiétude qui a caractérisé le match aller, ce DG se dit fier du public de la JSK qui a réussi sa mission de 12e homme : « Le match aller s’est déroulé dans de très bonnes conditions. Le président du Horoya a dû confondre entre ambiance et pression. Notre public est un véritable connaisseur mais surtout hospitalier vis-à-vis des équipes étrangères. Il a dû oublier que la JSK n’est pas novice en compétition africaine, 7 étoiles sont floquées sur notre maillot et l’histoire du club est écrite en lettres de noblesse à travers tout le continent, voire même ailleurs dans les quatre coins du globe.»

Propos recueillis par

Publié dans : JSK Horoya de Conakry Benabderahmane

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Le projet d'un amical en Algérie entre les Verts et l'équipe de France, êtes-vous pour ou contre ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
14:50 | 2018-04-20 Arsène Wenger à Arsenal en stats

Le Français en avait 46 quand il a pris les rênes d'Arsenal...

10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Edition PDF

N° 4580 14/10/2019

Archive

Année
  • 2019
  • 2018
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir