Ligue 1 & 2

AFFAIRE MOB-JSK : Adrar : «C’est Hannachi qui a provoqué les supporters en parlant au juge de touche»

Kerbadj : «Les dirigeants des deux clubs seront convoqués incessamment »

Auteur : Yugurtha A. , H. B. mercredi 14 mai 2014 21:29

Suite à la sortie médiatique du président de la JSK, Moh-Cherif Hannachi, qui a accusé les dirigeants du MOB d’être responsables de la pagaille qui s’est produite au cours de la rencontre entre le MOB et la JSK, le président du MOB a tenu à répondre à travers nos colonnes en declarant : «Je tiens à préciser que les dirigeants du MOB ne sont pas responsables de quoique ce soit, dans la mesure où nous n’avons rien fait de grave pour que Hannachi nous accuse. Tout s’est bien déroulé et il n’y a eu rien de grave.»
Pour être plus clair, il a jugé la déclaration de Hannachi de mensongère, car les dirigeants du MOB ne sont pas responsables de la mauvaise réaction des supporters envers sa personne. De ce fait, il ajoutera : «Je crois que c’est Hannachi qui a provoqué les supporters en discutant avec le juge de touche. Sinon, la direction n’a rien à avoir avec la réaction des supporters qui soutenaient leur équipe, qui était dans le besoin en disputant sa survie en Ligue 1 Mobilis. Ainsi, je refute ses accusations.»
«Même nos dirigeants ont été chassés de la tribune officielle»
En dénonçant ce qu’ils ont subi, le boss Adrar rétorquera : «Il n’y a pas que les dirigeants de la JSK qui ont été chassés de la tribune officielle, mais les nôtres aussi, et cela ne suscitera pas autant de polémique, car la réaction des supporters est justifiée par le fait que leur équipe était menée au score et ils voulaient à tout prix qu’on gagne ce match.»
«Je suis avant tout supporter de la JSK, et je l’ai soutenue en Coupe d’Algérie»
Pour répondre au président de la JSK, Adrar enchaînera : «Je ne suis pas du genre à problemes, car je ne peux toucher personne dans sa dignité. Mieux encore, je suis avant tout un supporter de la JSK et j’y étais même à Blida, lors de la finale de Coupe d’Algérie, pour encourager cette équipe. D’ailleurs, j’ai salué ses joueurs au stade, ce qui prouve que je ne peux faire de mal à ce club et à ses supporters.»
«Nous avons bien accueilli notre adversaire et je ne comprends pas la réaction de ses dirigeants»
Le président du MOB poursuivra : «Franchement, je ne comprends pas la réaction des dirigeants de la JSK, du moment qu’ils sont bien accueillis durant leur séjour, au point de se sentir chez eux. Donc, les déclarations de Hannachi ne sont pas légitimes, car la JSK est très estimée à Béjaïa.»
«Les supporters ont pris des photos avec les joueurs et l’entraîneur à l’hôtel, donc Aït Djoudi a menti»
En ripostant à Aït Djoudi, qui a déclaré que les supporters du MOB ont menacé ses joueurs : «C’est faux, Aït Djoudi a menti, car nos supporters ont pris des photos avec ce même Aït Djoudi et les joueurs à l’hôtel. Ainsi, il n’y a eu aucune menace ni pression sur la délégation de la JSK.»
«Les supporters m’ont accusé d’avoir vendu le matchi»
Le president du MOB poursuivra: «Les supporters m’ont accusé d’avoir vendu le match pour la JSK et je ne vois pas l’utilité de faire tout un cinéma comme l’a fait Hannachi à Béjaïa, car ce qui a été rapporté est totalement faux, puisque la délégation de la JSK n’a subi aucune aggression, mis à part l’entraîneur Aït Djoudi qui a été touché par une pierre, sans qu’il ne soit visé, suite à la réaction logique des supporters qui n’acceptent pas de voir leur équipe perdre un autre match, alors qu’elle joue sa survie en Ligue 1 Mobilis.»
«Je condamne le comportement de Benlamri»
Le boss du MOB a répondu aussi aux propos du défenseur Benlamri, qui aurait déclaré aux supporters de cette équipe que celle-ci reléguera en Ligue 2 Mobilis : “Je tiens à condamner ça, car cela n’est pas digne d’un joueur d’un grand club comme la JSK.»
«L’arbitre et son assistant ont faussé la partie»
Enfin, réagissant à la prestation de l’arbitre, Adrar fustigera : «L’arbitre et son assistant ont faussé la partie, car ils n’ont pas été à la hauteur en nous privant de deux penalties, tout en favorisant l’équipe adverse. A mon avis, ils sont responsables de ce qui s’est produit et de notre faux-pas à domicile.»
 

-------------------------------------

Les Béjaouis en veulent à Bekouassa

La rencontre qui a opposé le MOB à la JSK dans le cadre du derby kabyle s’est transformée en un échange d'accusations où les dirigeants béjaouis n’ont pas admis la sortie des dirigeants du club kabyle qui ont voulu à tout prix imputer ce qui s’est passé aux dirigeants du MOB. C’est dire que cette sortie risque fort de dégrader les relations entre les deux clubs qui étaient bonnes jusque-là. Ainsi, les responsables du MOB ont tenu à accuser l’arbitre de la partie Bekouassa d’avoir été responsable de leur faux pas en favorisant l’équipe adverse alors que les dirigeants de la JSK, eux, ont monté tout un scénario considéré comme du «cinéma» par leurs homologues du MOB qu’ils accusent de les avoir agressés. Ce qui a été totalement démenti par la direction béjaouie, les supporters ainsi que les joueurs. Soit un grave précédent qui confirme encore une fois que les bonnes relations entre les supporters du MOB et ceux de la JSK n’étaient finalement que provisoires puisque la réalité vient de démontrer le contraire. Pourtant, les choses avaient bien commencé avant et durant la rencontre avant qu’on assiste à un autre scénario où les dirigeants des deux clubs ont échangé des accusations.

Comment expliquer que l’arbitre assistant soit de Tizi Ouzou ?
Ainsi, en plus de l’arbitre Bekouassa qui n’a pas échappé aux critiques des dirigeants béjaouis, ces derniers ont tenu à accuser les responsables de la JSK d’avoir inventé tout ce qui s’est passé alors qu’aucun vrai incident n’a été enregistré comme le prétend le président de la JSK, Moh Cherif Hannachi. Pour les Béjaouis, les gens de la JSK auraient pu jouer le match le plus normalement du monde et ne pas recourir à ces accusations gratuites qui n’ont aucun fondement. C’est dire aussi que les Béjaouis accusent les dirigeants kabyles d’avoir soudoyé l’arbitre de la partie pour marcher dans leur combine en privant le MOB d’une victoire certaine comme l’atteste la physionomie du match. Un comportement sévèrement critiqué par le président du MOB, Adrar, qui n’a épargné personne. Les dirigeants du MOB n’ont pas trouvé une explication à la décision de la commission de désignation des arbitres qui a choisi un jeune arbitre fédéral pour officier un match derby alors que l’un de ses assistants est de Tizi Ouzou. Ce qui est considéré comme une grosse erreur de la part de cette commission qui aurait pu prendre toutes les mesures nécessaires pour choisir un trio à la hauteur. Soit une faille de plus qui s’est répercutée négativement sur la rencontre où les deux équipes ont tenu à accuser l’arbitre. Pourtant, la commission en question a toujours désigné des trios connus pour diriger les derbies et les matches choc. Bekouassa et ses assistants ont failli à leur mission, et leur prestation sur le terrain suscite déjà des interrogations.

-------------------------------------

Kerbadj : «Les dirigeants des deux clubs seront convoqués incessamment »

De l’avis de tous, la JSK a toujours eu des relations excellentes avec le MO Béjaïa. Du moins, jusqu’à mardi soir. Les Béjaouis se sont illustrés par un comportement antisportif envers les supporters, joueurs et dirigeants de la JSK, juste après le but signé Mohamed Zabiaa. Hier, nous avons pris attache avec le président de la LFP, Mahfoud Kerbadj, pour connaître la procédure que la Ligue compte suivre pour prendre les mesures nécessaires après de tels incidents sachant que l’entraîneur Aït Djoudi et le troisième arbitre ont été touchés par des projectiles. L’ancien président du CRB dira : «C’est vraiment décevant ce qui se passe dans  nos stades. Les dirigeants des deux clubs seront convoqués bientôt pour nous raconter tout ce qui s’est passé. Par la suite, on prendra des décisions.»

«Ce qui se passe dans nos stades est une honte»
D’après Mahfoud Kerbadj, même les déclarations incendiaires des présidents avant les matchs y sont pour beaucoup. D’après lui, les responsables parlent et les supporters payent les pots cassés : «Je me demande pourquoi les présidents chauffent les rencontres dans les journaux. Qu’ils sachent qu’ils ne font pas du bien à notre football et les grands perdants sont les supporters.»

«Des fois, j’ai honte de dire que je suis le président de la LFP»
Avant de conclure, le président de la Ligue de football professionnel dira : «Des fois, j’ai honte de dire que je suis le président de la Ligue lorsque je vois tout ce qui se passe dans nos stades.»

--------------------------------

Sadji : «Sur quelle base la commission a-t-elle désigné ce trio ?»
Le manager général du MO Béjaïa a été surpris par la désignation du trio arbitral de mardi dernier pour le derby entre le MOB et la JSK. Pour le dirigeant béjaoui, cette désignation n’obéit à aucun critère : «Franchement, je ne comprends pas comment la commission a procédé pour choisir un tel trio avec un arbitre directeur fédéral et son assistant, qui est de Tizi Ouzou. C’est inadmissible dans la mesure où cela a eu des répercussions négatives sur le déroulement de la rencontre en favorisant l’équipe adverse.»
Zaïdi : «Le soigneur et Yesli n’ont pas cessé de m’insulter»
Le gardien du MOB, Zaïdi, qui s’est accroché avec Mourad Karouf, est sorti de son silence en nous déclarant : «Je ne vous cache pas que le soigneur de la JSK et le joueur Yesli n’ont pas cessé de m’insulter tout au long de la partie et c’est à cause de cela que j'ai réagi, car je ne peux accepter que des gens portent atteinte à mon honneur.»

 

 

 

Publié dans : JSK Kerbadj Adrar Sadji

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quelle sélection va le plus vous manquer à la Coupe du Monde 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3914 23/11/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir