Ligue 1 & 2

JSK : Les Kabyles chassés de Tchaker !

Cela s’est passé hier matin…

Auteur : Saïd D. jeudi 10 avril 2014 20:05

La formation kabyle, qui prépare sereinement la fin de saison, se trouve depuis mardi dernier à Blida, plus exactement à l’hôtel Ville des Roses avec pour principal objectif de mobiliser le groupe en prévision des six derniers matchs de championnat et de la finale de la Coupe d’Algérie prévue le 1er Mai prochain contre le rival mouloudéen. Après deux séances au stade Brakni, les dirigeants kabyles ont décidé de délocaliser le troisième entraînement au stade annexe de Mustapha-Tchaker et ce, pour permettre aux joueurs de s’habituer au gazon naturel quelques semaines seulement avant la finale de Dame Coupe. D’ailleurs, ils ont même été rassurés par le président de l’USMB, Mohamed Zaïm, lequel leur a obtenu un créneau hier matin. Il était plus exactement 8h30 lorsque les joueurs de la JSK ont quitté l’hôtel en direction du terrain d’entraînement. L’ambiance était plus que parfaite entre les gars d’Aït Djoudi, lesquels ont directement commencé à taper dans le ballon en attendant le coup d’envoi de la séance.

9h30, le directeur du stade débarque et interrompt la séance
Exactement trente minutes après le coup d’envoi de la séance, un homme d’un certain âge s’est présenté au stade avec deux autres personnes. Alors que tout le monde croyait qu’il s’agissait d’un fan qui voulait suivre l’entraînement, ce dernier n’a même pas essayé de s’entretenir avec les responsables de la JSK qui le suivaient en courant ; il s’est directement dirigé vers le premier groupe de joueurs pour interrompre la séance. Renseignements pris, l’intrus n’était autre que le directeur du stade, Mustapha Zidoun. De l’avis de tous, il aurait pu ne pas interrompe la séance aussi brutalement, d’autant plus qu’il y avait des responsables techniques sur place et avec lesquels il aurait certainement trouvé un terrain d’entente.

La JSK n’a pas été autorisée à s’entraîner au stade annexe
Par la suite, et pour comprendre la vraie raison de cette mascarade, nous avons appris que la JSK n’avait jamais sollicité les responsable du stade Mustapha-Tchaker pour une séance d’entraînement. Les Canaris ayant débarqué sans aviser personne, le directeur a vu juste de renvoyer la JSK, bien qu’il n’eût pas vraiment le droit de rentrer au terrain alors que l’équipe était en plein travail.

Colère indescriptible des joueurs
A peine la barrière franchie par le directeur du stade que les joueurs de la JSK, concentrés, ont dû s’arrêter quelques minutes, avant que Mustapha Zidoun ne les empêche de poursuivre. Une réaction qui a provoqué la colère des coéquipiers de Zineddine Mekkaoui lesquels ont failli en venir aux mains avec le directeur et ses adjoints. Pour les joueurs, Zidoun n’a respecté ni les membres ni le statut de la JSK en agissant de la sorte.

Un peintre s’accroche avec un membre du staff !
Un peintre s’est accroché verbalement avec un membre du staff de la JSK ! Oui, un peintre ! Vous vous demandez certainement ce que peut faire un peintre en plein entraînement ? Ce dernier, qui devait exécuter des travaux au stade Tchaker, s’est donné la peine de rejoindre le directeur, Mustapha Zidoun, pour intimider le groupe kabyle avant de provoquer une dispute avec le médecin de la JSK. Il a fallu l’intervention des joueurs pour le calmer. Heureusement, tout est rentré dans l’ordre quelques minutes plus tard. Même le peintre a demandé des excuses à Omar Hamanad avant de quitter le complexe.

On parle de manipulation
A la JSK, on soupçonne une manipulation après ce qui s’est passé à Tchaker hier matin. Les Kabyles ne trouvent pas normal qu’un directeur de stade se présente en plein entraînement pour interrompe la séance alors que les joueurs étaient déjà sur le terrain. Selon eux, il aurait pu leur accorder au moins 15 minutes supplémentaires pour que le groupe puisse terminer la première partie de son travail avant de quitter le stade. Peut-on dire que la guerre psychologique a déjà commencé ? Serait-ce à cause de la finale contre le Mouloudia d’Alger que le directeur du stade a tenté de déstabiliser les Kabyles ? Ce ne sont là que des suppositions bien que les responsables de la JSK aient été unanimes à dire qu’il y avait manipulation dans l’air.

Le directeur du stade aux dirigeants : «Vous n’êtes pas autorisés à vous entraîner à Tchaker»
Dès son arrivée au stade Tchaker, le directeur, Mustapha Zidoun, n’a rien voulu comprendre. Il n’arrêtait pas de répéter qu’il n’avait reçu aucune demande pour permettre à l’équipe de s’entraîner au stade annexe : «Ecoutez, vous n’avez pas le droit de vous entraîner ici. Avant de venir, il était préférable pour vous de nous solliciter. On ne peut pas débarquer sans prévenir. Nous avons une administration qui s’occupe de tout. Maintenant, quittez les lieux immédiatement !»
 
Aït Djoudi : «Pourtant, Zaïm nous y avait garanti les entraînements»
Une fois la séance d’entraînement délocalisée au stade Brakni, nous avons interrogé le premier responsable à la barre technique, Azzedine Aït Djoudi, à propos de l’incident qui s’est produit à Tchaker. L’ancien sélectionneur de l’équipe nationale olympique nous a révélé que le président de l’USMB avait tout réglé pour que les entraînement puissent se dérouler à Tchaker : «Je ne sais pas comment cela se fait qu’on a été chassés alors que le président de l’USMB nous avait garanti les entraînements au stade annexe de Tchaker. Il est vrai qu’on n’avait pas d’autorisation, mais le directeur du stade aurait au moins pu nous laisser quinze minutes supplémentaires pour vider les lieux.»

Les joueurs contre-attaquent : «Monsieur le directeur, respectez au moins le statut de la JSK»
Après avoir été obligés de quitter le stade de Tchaker, les joueurs de la JSK, en colère, n’ont pas mâché leurs mots. Pour eux, le directeur du stade devait au moins respecter la JSK, l’une des meilleures équipes du championnat : «C’est vraiment grave ce qui se passe. Comment ose-t-on chasser une équipe comme la JSK d’un stade ? Au moins, respectez cette grande formation à six étoiles.»

----------------------------------

OM-JSK délocalisé à Médéa
Après le premier match amical prévu aujourd’hui face à Koléa, les responsables de la JSK ont assuré une deuxième joute amicale, lundi prochain, contre l’Olympique de Médéa. Alors que la rencontre a été prévue à Blida, les dirigeants de l’OM ont insisté pour que le match ait lieu chez eux. Du coup, les Kabyles quitteront la ville des Roses lundi à 10h du matin. Le moins que l’on puisse dire est que cette rencontre sera bénéfique pour les Jaune et Vert, lesquels ont mis en place ce mini-stage d’une semaine en vue de préparer convenablement la suite du parcours avant de se focaliser sur la finale de la Coupe d’Algérie contre le MCA. Malgré le fait que plusieurs joueurs kabyles n’aient toujours pas réintégré le groupe pour cause de blessure à l’image de Asselah, Benlameri et Si Salem, le premier responsable à la barre technique est en train d’appliquer à la lettre son programme. Les joueurs, de leur côté, se donnent à fond et se montrent conscients de la mission qui les attend.

JSK-directeur du stade : tout est rentré dans l’ordre
En fin d’après-midi, une source bien informée nous a révélé que tout était rentré dans l’ordre entre la JSK et le directeur du stade Mustapha-Tchaker. D’ailleurs, la formation kabyle a déjà sollicité Zidoun pour programmer une séance au stade annexe de Tchaker samedi matin.

Les Kabyles invités à déjeuner
Si la rencontre OM-JSK a été délocalisée à Médéa, c’est parce que la délégation kabyle a été cordialement invitée à déjeuner avant de jouer le match. Une initiative qui a fait énormément plaisir aux responsables du club lesquels ont vraiment admiré ce geste. Il faut dire que les relations entre les deux clubs ont toujours été excellentes.

Dernière séance d’entraînement mercredi
Après le match face à l’Olympique de Médéa, le club phare du Djurdjura reprendra les entraînements le plus normalement possible à Blida mardi matin avec, au programme, un biquotidien. Au lendemain matin, les Jaune et Vert s’entraîneront pour la dernière fois à la ville des Roses avant de rentrer chez eux. La reprise est prévue pour vendredi à Tizi Ouzou.

 

Publié dans : asselah Mohamed Zaïm Benlameri et Si Salem

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quelle sélection va le plus vous manquer à la Coupe du Monde 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3913 22/11/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir