Interview

Boudebouz : «Halilhodzic, c’est du passé»

«J’apprécie beaucoup la philosophie de jeu du coach Gourcuff»

Auteur : Moumen Ait Kaci Ali dimanche 31 août 2014 16:10

Performant en ce début de saison, l’Algérien du Sporting de Bastia, Ryad Boudebouz, aura mérité son retour en sélection. Il nous livre en exclusivité ses sentiments après avoir été retenu dans la liste finale du coach Gourcuff 18 mois après son éviction par Vahid Halilhodzic au lendemain de la CAN 2013. Boudebouz nous parle aussi de la double confrontation que ses camarades et lui livreront contre l’Ethiopie le 6 septembre et le Mali à Blida le 10 du même mois.
Ryad, vous avez été retenu dans la liste définitive de Christian Gourcuff, on aimerait avoir votre sentiment?
Je ressens un bonheur immense, c’est une grosse fierté. La sélection m’a beaucoup manqué. J’ai hâte de retrouver mes potes en Equipe nationale. C’est surtout cette belle ambiance que j’ai envie de revivre avec mes frères. Franchement, je suis un homme heureux.
Il y aura des joueurs que vous n’avez pas croisés en sélection comme Mandi, Mahrez, Bentaleb et Zeffane, ça s’annonce comment ?
C’est vrai mais c’est des joueurs que je connais pour les avoir croisés sur les terrains de la Ligue 1. On va apprendre à mieux se connaître durant les 10 jours de stage, inch’Allah. Après c’est toujours facile de jouer aux côtés des bons joueurs comme ceux que vous venez de citer.
Vous allez aussi retrouver Brahimi votre ancien camarade en équipe de France jeune, c’est bien cela ?
Ça sera avec un grand plaisir. J’ai toujours dit à Brahimi que mon avenir était avec l’Algérie et là on se retrouvera de nouveau sous le maillot qui nous est très cher, celui de notre pays l’Algérie. Après, avec Brahimi, on s’entendait bien en équipe de France jeune, on peut maintenant se trouver les yeux fermés en sélection.
Vous aurez aussi Harek qui a joué avec vous à Bastia…
Je suis très content pour Fethi (NDLR : Harek). Il mérite sa convocation, c’est un très bon défenseur. Sa force est dans sa polyvalence. Il aime beaucoup l’Algérie, il attendait ça depuis longtemps.
Tout le temps présent dans la liste élargie de Vahid mais là vous en faites partie…
(Il nous coupe) Non, non, je ne veux plus parler du passé. L’avenir pour moi commence avec Gourcuff. Je suis très honoré de travailler avec un entraîneur de sa compétence. Nous avons des défis importants à relever et nous avons besoin de sérénité pour bien travailler. De grâce, tournez la page, passons au plus important.
 D’accord, il y aura un stage de 10 jours qui sera ponctué par deux matchs importants contre l’Ethiopie le 6 septembre et le Mali le 10 du même mois, ça se présente comment pour vous ?
Ça va être très difficile. Un déplacement en Afrique est toujours appréhendé. On connaît les difficultés climatiques et les autres aspects extrasportifs qu’on pourra rencontrer, c’est pourquoi il faudra être vigilants et bien se préparer pour revenir avec un bon résultat.
L’Algérie s’est qualifiée en huitièmes de finale de la Coupe du monde quand même, on devrait être présents à la CAN 2015.
Ecoutez, ça ne sert à rien de trop parler. C’est vrai, il faut capitaliser ce bon parcours réalisé en Coupe du monde au Brésil mais tout se gagne sur le terrain. Il ne faut pas oublier, le football en Afrique reste compliqué, l’expérience a montré qu’on peut tenir en échec l’Angleterre et se faire battre par la RCA. Restons concentrés sur notre objectif.
Certains avancent que ce match de l’Ethiopie sera décisif, est-ce votre avis ?
Non, décisif, il ne le sera pas du moment que quel que soit le résultat de ce match, rien ne sera fait. Il restera surtout cinq autres matchs à jouer, donc 15 points à prendre. Seulement, c’est toujours important de commencer ces éliminatoires par une bonne performance.
Juste après, vous aurez juste le temps de revenir pour préparez le Mali, des appréhensions ?
Non, pas spécialement. On a pris l’habitude à ce genre de calendrier. Ça va se jouer sur la récupération parce que tout comme nous, le Mali sera aussi en appel. Après, il ne faut pas pensez à ce match, il faut absolument garder notre concentration sur ce match de l’Ethiopie.
Quelle sera la clé du match ?
Il faudra être costauds, solidaires et forts mentalement. On doit s’appuyer sur notre esprit de combativité qui est notre première qualité et bien appliquer les consignes du coach pour progresser encore sur le plan du jeu. Si on fait bien les choses, on peut revenir avec un bon résultat.
Sur ce plan, Gourcuff a déclaré qu’il était là pour justement donner une identité de jeu à l’EN, votre réaction ?
Je ne suis pas surpris, on le connaît, en France, Gourcuff a réalisé un énorme travail avec Lorient. Moi, personnellement, j’apprécie sa philosophie de jeu. C’est un plaisir de travailler sous sa coupe.
Revenons à ce Mondial 2014. Comment avez-vous vécu ce parcours des Verts ?
Comme tout Algérien, j’étais super fier du parcours de mes camarades. J’ai vibré après notre belle victoire face à la Corée et j’étais fier de la qualification obtenue face à la Russie. Malgré la défaite concédée contre la Belgique, j’étais persuadé que notre équipe allait rebondir. J’avais une confiance totale en ce potentiel qui existe au sein du groupe, il fallait oser et se remettre en confiance.
N’avez-vous pas ressenti des fourmis dans les jambes, surtout dans ce duel où on avait obligé les Allemands à aller jusqu’aux prolongations ?
C’est clair, mais bon, j’ai dépassé cette déception. J’étais surtout fier de l’opposition montrée contre l’Allemagne. Sincèrement, j’ai souhaité la victoire finale des Allemands parce que comme tout le monde l’a vu, on aura été les seuls à les avoir fait douter. On était tout près de l’exploit !
Vous débutez bien avec Bastia, vous avez marqué 1 but et jouer 3 matchs (entretien réalisé hier), parlez-nous de votre forme ?
Je suis en forme. Je suis passé par des moments difficiles, cela fait partie de la vie d'un footballeur, là c'est plus facile. Je travaille beaucoup, je gagne de la confiance avec ces matchs joués jusque-là avec Bastia et je veux absolument réussir mon retour en équipe d’Algérie.
Contre Bordeaux (cet après-midi), vous allez jouer votre 200e match
en Ligue 1, à 24 ans vous faites partie des joueurs les plus capés en France, qu’est-ce que vous pouvez apporter ?
Mon expérience au plus haut niveau. Par exemple, il y a quelques années, je n’aimais pas trop défendre mais là, j’ai appris à me mettre au service de mes camardes. Tout ça parce qu’après avoir joué tant de matchs en Ligue 1, j’ai envie de franchir un palier.
Le Besiktas vous a contacté mais votre entraîneur à Bastia ne veut pas entendre parler de votre départ, ça se passe comment avec Claude Makelele ?
Effectivement, le Besiktas me voulait, c’est l’unique offre sérieuse que j’ai reçue, cet été. Après, avec Makelele, ça se passe très bien. Avec lui, on apprend tous les jours. Ça travaille beaucoup et je suis persuadé qu’on réalisera un bon parcours.
Avez-vous appris le décès tragique du joueur camerounais de la JSK, Albert Ebossé ?
Oui, bien sûr, j’ai suivi cela à travers internet. Ça m’a vraiment choqué, je suis triste pour notre football et je refuse de croire que notre peuple est violent. Dommage, il faut maintenant éradiquer ce fléau et œuvrer à donner la meilleure image de notre pays, à l’avenir inch’Allah. Je profite de cette occasion pour présenter mes sincères condoléances à sa famille et à la JSK.
Un mot peut-être pour les fans qui ont attendu votre retour en équipe d’Algérie ?
Je tiens à les remercier. Une nouvelle page s’ouvre pour moi en sélection, je tâcherai de tout faire pour contribuer à la réalisation des objectifs de l’Equipe nationale.

Publié dans : boudebouz

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quel est votre pronostic pour le Clasico français entre l’OM et le PSG ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3882 22/10/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir