Interview

Pauleta : «L’Algérie a tout pour se qualifier au Mondial»

«Brahimi est exceptionnel grâce à sa grande technicité» «Slimani a d’énormes qualités et il peut jouer dans de grands clubs»

Auteur : Brahim Hanifi dimanche 01 novembre 2015 20:47

C’est à Rio Maior que la star portugaise, Pedro Miguel Pauleta, nous a accueillis. L’ancien attaquant du PSG nous a parlé à cœur ouvert de son long et riche parcours footballistique, mais aussi de la sélection algérienne et certains de ses joueurs qui se sont imposés dans le championnat portugais, à l’image de Madjer, Brahimi et Slimani. Le joueur qu’on surnommait «L’Aigle des Açores» s’est dit impressionné par la vitesse avec laquelle les joueurs s’imposent dans le championnat portugais. Il nous a même livré son avis sur le niveau de Brahimi et Slimani qui font les unes des médias portugais. Appréciez !

Commençons par votre carrière. Vous avez débuté tout naturellement au Portugal, avant de tenter une nouvelle expérience en Espagne. Pourquoi avoir fait ce choix ?
Je suis né dans les Açores. Et lorsque je jouais à Estoril Praia, j’ai eu une offre d’un club espagnol, en l’occurrence Salamanque, j’ai donc pris la décision de tenter une nouvelle expérience en Espagne. Avec du recul, je pense que ce fut un excellent choix pour moi, car c’est à partir de là que ma carrière a commencé. J’ai par la suite rejoint le Deportivo la Corogne. En tout, j’ai passé 4 années en Espagne qui m’ont vraiment servi, avant de rejoindre le club bordelais.
Avec La Corogne, vous avez joué 66 matchs et inscrit 21 buts. Comment qualifiez-vous votre passage dans ce club ?
Je garde un excellent souvenir de mon passage à La Corogne, car nous avions remporté le championnat. Ce n’est pas une mince affaire, surtout lorsque nous avons des adversaires comme le Real Madrid ou le FC Barcelone. J’étais très heureux de ce titre. Par la suite, je suis rentré en stage avec la sélection et c’est là que j’avais reçu une offre des Girondins de Bordeaux, un club très connu au Portugal, j’ai donc fini par accepter de rejoindre le championnat français.
Votre passage à Bordeaux était sans doute le meilleur, n’est-ce pas ?
C’est exact. J’ai passé 3 merveilleuses saisons où j’ai marqué 96 buts. C’était vraiment des saisons pleines. Le club a mis tous les moyens pour réussir. C’était vraiment génial.
Vous êtes l’un des meilleurs joueurs qui sont passés par ce club. Que gardez-vous de tout ça ?
J’ai marqué mon nom dans ce grand club. Je me souviens que lors de l’anniversaire de la 100e année de la création du club, j’ai figuré parmi les 11 meilleurs joueurs de l’histoire de Bordeaux. Je n’oublierai jamais mon passage dans ce club.
 Avant votre arrivée à Bordeaux, il y avait un joueur algérien, en l’occurrence Benarbia. Avez-vous un souvenir de ce joueur ?
Bien évidemment. Benarbia était très talentueux, à l’image des joueurs algériens qui évoluaient dans le championnat français. Ce sont d’excellents techniciens.
Tout comme vous, Benarbia a quitté Bordeaux pour rejoindre le PSG. Qu’en pensez-vous ?
Le PSG est un club qui a une grande vitrine sur la scène européenne. Chaque joueur qui évolue en Ligue 1 espère un jour porter le maillot de ce grand club, c’est la raison pour laquelle de nombreux bons joueurs ont rejoint le PSG.
Il y a un autre joueur algérien que vous avez affronté, c’est Brahim Hemdani qui jouait à cette époque à l’Olympique de Marseille…
Je me souviens de lui. Je me souviens aussi qu’une fois, j’avais marqué un but à l’OM et Barthez était dans le but, Hemdani a essayé de dégager le ballon de la ligne. C’était aussi un bon joueur.
Il n’a joué que 3 rencontres avec la sélection. Pensez-vous qu’il aurait pu briller en Equipe nationale ?
Je ne me souviens pas très bien de la sélection algérienne à cette époque, mais je pense que c’est un gâchis qu’un tel joueur n’ait pas eu sa chance. Mais bon, ce sont des choses qui arrivent souvent en football.
Le PSG vous a recruté afin de combler le départ de Ronaldinho. Cela ne vous a-t-il pas mis de la pression ?
Hallilhodzic me voulait au PSG et voulait aussi garder Ronaldinho. Une semaine après avoir rejoint le club de la capitale, Ronaldinho avait quitté le club. Mais pour ce qui est de la pression, je dirais quelle est permanente lorsqu’on joue pour le PSG. Il y avait aussi une grande rivalité sportive avec l’OM et je me devais d’être exigeant envers moi-même pour réussir.
Quel est le titre que vous vouliez le plus gagner avec le PSG ?
Incontestablement le championnat de France. Lorsque j’ai rejoint le club, la direction avait promis de gagner le titre, et nous l’avions raté de 3 petits points derrière Lyon. Les saisons qui ont suivi étaient plus difficiles pour nous.
Vous êtes resté pendant des années le meilleur buteur dans l’histoire du PSG, avant qu’Ibrahimovic ne dépasse votre record. Quel est votre commentaire ?
Je dirais que les records sont faits pour être battus. J’ai été pendant des années le meilleur buteur du PSG et de la sélection portugaise, ces deux records ont été battus par Ibrahimovic avec le PSG et Cristiano Ronaldo avec le Portugal. Je suis vraiment satisfait de ce que j’ai accompli durant ma carrière et je félicite ces deux joueurs pour leurs performances.
Quel est le meilleur but que vous avez inscrit avec le PSG ?
Tout le monde parle de ce but que j’ai inscrit face à l’OM, mais je garde aussi en mémoire mon but face à Nantes en demi-finale de la Coupe de France, sur un beau retourné.
Vous avez joué sous la coupe d’Hallilhodzic de 2003 à 2005. Que pouvez-vous nous dire de lui ?
C’est vraiment un entraîneur que je respecte beaucoup. C’est un bosseur. Il impose, certes, un régime militaire, mais c’est une personne géniale. Il faut bien le connaître pour s’apercevoir que c’est un homme formidable qui aime son métier. C’est la raison pour laquelle il a réussi partout où il est passé.
Il a dirigé la sélection algérienne de 2011 à 2014 et a réussi un parcours historique en se qualifiant au second tour du Mondial-2014 au Brésil…
Il a réalisé un beau parcours. Hallilhodzic se base beaucoup sur le groupe, pas sur les individualités. C’est une personne que je respecte. J’avais de très bonnes relations avec lui.
Une bonne partie des Algériens était contre son départ de la sélection, après le Mondial. Dites-nous pourquoi il y a tant d’attachement à son égard ?
Je pense que c’est dû au travail qu’il a accompli à la tête de la sélection. C’est normal que les supporters s’opposent au départ d’un entraîneur. C’est ce qui s’est passé avec Scolari au Portugal. Mais cela fait partie de la vie d’un coach.
Hallilhodzic était très dur avec le groupe, ce qui lui a causé beaucoup de problèmes avec certains joueurs. Etait-ce le cas au PSG ?
Oui (rires). Vahid était toujours comme ça. Tous les joueurs étaient  sur un même pied d’égalité et il n’y avait aucun favoritisme avec lui. C’est la raison pour laquelle il a eu des problèmes au PSG. Ça ne m’étonne pas, car il a toujours géré son groupe de cette manière.
Comment avez-vous trouvé la prestation de la sélection algérienne au Mondial ?
Vu la qualité de ses joueurs, je trouve que la sélection algérienne a un très grand potentiel. La présence d’Hallilhodzic était elle aussi importante.
L’Algérie a éliminé la Russie qui avait à sa tête Capello. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois puisque l’Italien a été éliminé par l’Algérie en 2010. Peut-on dire que la sélection algérienne est devenue la bête noire de Capello ?
Vous parlez d’un très grand entraîneur qui a dirigé les plus grands clubs du monde. Je pense que c’est ça le football. Un jour tu gagnes, un autre tu perds. Cela fait des années que le Portugal n’a pas battu les Bleus.
Avez-vous suivi le match Algérie-Allemagne pour le compte du second tour ?
Bien évidemment. Ce fut vraiment un match plaisant. J’ai été impressionné par la grande confiance avec laquelle les Algériens ont joué. Je pense aussi que la tactique d’Hallilhodzic y était pour beaucoup.
Que pensez-vous de l’actuel sélectionneur algérien Christian Gourcuff ?
Je ne le connais pas personnellement, car je n’ai jamais travaillé sous sa coupe, mais d’après ce que disent les joueurs, c’est un entraîneur de qualité. Il est un adepte du beau jeu. Je pense qu’avec les joueurs de la sélection algérienne, Gourcuff peut faire de belles choses. Personnellement, je pense qu’il a les moyens de conduire l’Algérie au prochain Mondial.
Revenons un peu en arrière. Depuis que le Benfica a remporté la Ligue des champions lors de la saison 1961 – 1962, aucun autre club portugais ne l’a gagnée, il a fallu attendre la saison 1986-1987 pour voir Porto triompher grâce à Madjer qui avait marqué un but sur un talonnade…
Oui c’est exact. Je me souviens très bien de Madjer.
Avez-vous suivi ce match ?
Oui, car j’ai déjà joué avec les Espoirs du FC Porto, Madjer jouait à cette époque à Porto et c’était un modèle pour moi. C’était un joueur d’exception, il a marqué l’histoire du FC Porto mais aussi du football portugais.
Beaucoup d’Algériens sont parvenus à s’imposer dans le championnat portugais. Quel en est le secret, à votre avis ?
C’est parce que le football portugais est très technique, il correspond parfaitement au profil du joueur algérien qui lui aussi est très technique. Lorsqu’on voit Brahimi aujourd’hui, on ne peut qu’avoir la confirmation.
Il y a un autre attaquant algérien qui évolue au Sporting Lisbonne et qui fait une belle saison. C’est Islam Slimani. Comment trouvez-vous ce joueur ?
C’est un très bon attaquant. Lorsqu’il est arrivé d’Algérie, c’était un inconnu. Il avait des difficultés à s’imposer, mais une fois qu’il a trouvé ses repères, il est devenu un joueur indispensable dans l’équipe. C’est un vrai buteur. Je pense qu’il a un bel avenir devant lui.
Pensez-vous qu’il a les moyens de s’imposer dans un autre grand club européen ?
Oui, je le pense vraiment. Il n’a pas la même technique que Brahimi, mais c’est un buteur. Je pense qu’il a encore toutes les qualités pour connaître d’autres grandes sensations.
Que pensez-vous de Brahimi ?
C’est un joueur qui fait partie de l’exception, grâce à sa grande technicité. C’est vraiment un joueur de grande classe. Il est percutant et peut faire la différence à n’importe quel moment. Brahimi peut jouer dans n’importe quel grand club.
Pensez-vous qu’il peut s’imposer dans un club comme le PSG ?
Je le pense vraiment. Il a les qualités techniques pour ça. En tous les cas, il est dans un grand club qui lui permet de s’épanouir et d’étaler toute sa classe. Je pense qu’il viendra le jour où il sera appelé à changer de club et jouer, pourquoi pas, au PSG.
Que lui manque-t-il pour concurrencer de grands joueurs comme Messi ou Ronaldo ?
Je pense qu’il est difficile de se comparer à ces deux joueurs. Brahimi ne peut pas marquer 30 buts par saison. Mais il a les qualités pour apporter un grand plus dans le compartiment offensif.
Vous souvenez-vous de Benhamou, l’ancien portier du PSG ?
Momo, oui je me souviens de lui. Il était au centre de formation. C’est un type que j’estime bien. C’était un jeune qui venait d’être promu.
Il y a aussi un autre joueur qui s’est imposé dans le championnat français avec Lorient, c’est Rafik Saïfi…
Oui, je me souviens aussi de ce joueur. C’était un attaquant très vif. Il était très technique. Il a joué à maintes reprises face au PSG.
Qui est le meilleur entre Ronaldo et Messi ?
J’estime que Ronaldo est plus complet de part le jeu qui produit à chaque match. Même je ne diminue pas des qualités de Messi qui lui aussi est exceptionnel. Je pense que Ronaldo et Messi sont des joueurs d’exception. Ils peuvent jouer à ce niveau dans les 4 prochaines années.
Mais pourquoi ces joueurs sont moins performants avec leurs sélections ?
En sélection, c’est différent, les joueurs ne se rencontrent que lors des regroupements. Mais je dirais que Ronaldo a fait de belles choses en sélection. J’espère qu’il continuera à apporter son aide à la sélection, car on a encore besoin de lui.
Que représente pour vous le Portugal ?
C’est mon pays, ma patrie, là où j’ai grandi et joué au foot. Je suis fier d’avoir porté le maillot de la sélection et représenté mon pays.
Que pouvez-vous nous dire sur le Clasico PSG-OM ?
C’est vraiment particulier. N’importe quel joueur souhaite marquer un but dans ce match. J’ai eu la chance de jouer plusieurs fois le Clasico, c’est vraiment magique.
Un mot pour le peuple algérien…
Les Algériens sont connus pour être des mordus du football. Nous avons vraiment besoin des supporters comme eux dans le monde du football. Je souhaite vraiment que l’Algérie remporte un titre pour le peuple qui n’attend que ça. Je sais que les Algériens sont fidèles à leur pays et ils aiment la sélection. J’ai eu l’occasion de les voir lors des matchs de l’Algérie au Brésil.
Peut-on assister un jour à un match entre l’Algérie et le Portugal ?
Pourquoi pas ? En tout cas, cela ne dépend pas de moi. Mais je pense que ça serait vraiment une belle chose. Ce sont deux sélections qui pratiquent du beau jeu et je pense qu’un match entre les sélections sera très plaisant.

Publié dans : slimani Brahimi Pedro Miguel Pauleta Hallilhodzic.

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quelle sélection va le plus vous manquer à la Coupe du Monde 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3916 25/11/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir