Interview

Puyol : "Le trophée sera entre de bonnes mains"

À quelques heures de la grande finale entre l'Allemagne et l'Argentine, Puyol évoque avec FIFA.com ce que signifie pour lui de rendre le trophée, le niveau de jeu général à Brésil 2014, l'héritage laissé par la Roja...

Auteur : dimanche 13 juillet 2014 18:20

arles Puyol, que signifie pour vous d'être le porteur officiel du Trophée de la Coupe du Monde de la FIFA ?
C'est un honneur. Tout comme je ne m'imaginais pas faire la carrière que j'ai faite et vivre le rêve de millions d'enfants en faisant exactement ce qui me plaît, je ne pensais pas non plus que la conclusion de ma carrière sportive serait de présenter le trophée de la Coupe du Monde à l'occasion d'une finale. Je suis très reconnaissant à la FIFA d'avoir pensé à moi. J'ai déjà eu la chance de vivre et de jouer la finale d'un Mondial, mais il est toujours impressionnant d'entrer dans un stade plein à craquer, à tel point que j'ai déjà un peu le trac.

Vous allez retrouver le trophée, mais l'Espagne n'est pas en finale. Ce ne sont pas les retrouvailles rêvées...
On m'a proposé de présenter le trophée, juste avant le Mondial. Aucun match n'avait été joué. Le scénario parfait aurait bien sûr été que ma sélection atteigne la finale, mais malheureusement il n'en a pas été ainsi. Il faut accepter les choses telles qu'elles sont. Les deux sélections qui vont jouer cette finale le méritent, si bien que le trophée va se retrouver entre de bonnes mains, quel que soit le vainqueur. L'équipe qui remportera ce titre l'aura bien mérité.

Quatre ans après avoir été champion du monde, comment imaginez-vous ce moment où vous allez rendre le trophée ?
Nous avons été champions du monde pendant quatre ans. C'est très dur de gagner le Mondial deux fois de suite. Dès demain, il faudra penser à préparer la prochaine édition de la Coupe du Monde. Mais nous sommes déjà dans l'histoire. On ne cessera jamais d'être champions du monde. L'étoile est sur notre maillot pour l'éternité. Le fait de rendre le trophée me ramène évidemment en Afrique du Sud, où nous avons vécu un moment incroyable. Tous les joueurs de football rêvent de gagner la Coupe du Monde, mais très peu ont la chance d'y parvenir. Je crois que nous avons mérité de remporter ce titre il y a quatre ans. Cela nous a laissé beaucoup de souvenirs, tous merveilleux.

Que retenez-vous de la Coupe du Monde qui va prendre fin ? Une équipe ou un joueur vous a-t-il particulièrement étonné ?
J'ai vu pratiquement tous les matches. La première chose qui m'a frappé est l'écart très réduit entre les différentes équipes et le fait chaque sélection a montré beaucoup de respect pour ses différents adversaires. La demi-finale entre le Brésil et l'Allemagne a été l'exception qui confirme la règle, mais qui s'attendait à un tel résultat ? Même le match entre l'Espagne et les Pays-Bas a été très équilibré, en première mi-temps tout du moins. Quant aux équipes, la principale surprise pour moi est venue du Costa Rica. Je ne m'attendais vraiment pas à ce qu'il aille aussi loin dans la compétition. La Colombie, par exemple, ne m'a pas surpris, car on savait avant le tournoi qu'elle possédait une grande équipe, même sans Falcao. Le joueur qui m'a le plus surpris est James Rodríguez. Il a fait un très grand Mondial et a montré un caractère énorme, malgré son jeune âge.

On a beaucoup parlé du niveau de jeu très élevé dans cette Coupe du Monde. À quel point le jeu développé par l'Espagne ces dernières années est-il à l'origine de cela ?
J'ai eu la chance de pouvoir jouer en sélection espagnole et à Barcelone, deux formations qui ont montré que l'on pouvait à la fois bien jouer, pratiquer un football spectaculaire basé sur la conservation et la circulation du ballon, tout en gagnant les plus grands titres. C'est quelque chose de très positif pour le public et ces deux équipes ont laissé une empreinte, un héritage. Je crois que beaucoup de gens se sont identifiés à elles.

La finale oppose l'Allemagne, qui a impressionné contre le Brésil, à l'Argentine, qui a fait preuve d'une grande solidité défensive. Quelle peut être la clé de ce match ?
Dans une finale, les détails ont évidemment une grande importance. Je crois que nous allons assister à un beau match. D'un côté, l'Allemagne pratique un football agréable depuis de nombreuses années et va toujours loin dans les grandes compétitions. De l'autre, nous avons une Argentine dont tout le monde vantait le magnifique secteur offensif, en disant que sa défense était son point faible. L'Argentine a montré qu'il n'en était rien. C'est une équipe très solide, dans laquelle chaque joueur fait très bien son travail.

Il y a un point commun entre l'Espagne de 2010 et l'Argentine de 2014, à savoir la faculté de ne pas encaisser de buts. Cela peut-il suffire à prendre le meilleur sur l'Allemagne ?
Marquer sept buts dans un match, comme l'a fait l'Allemagne, est incroyablement difficile, et ça n'arrive quasiment jamais. Par conséquent, si l'Argentine parvient à défendre solidement, comme l'a fait l'Espagne en Afrique du Sud, ça peut être la clé du match. Devant, les Argentins possèdent plusieurs joueurs qui peuvent faire la différence touts seuls, sur une action individuelle.

En tant que supporter, quelle équipe aimeriez-vous voir soulever le trophée ?
La question de savoir qui je supporte est très liée aux sentiments que j'ai pour certains coéquipiers. L'Allemagne est une grande équipe, qui pratique un très beau football. Cela fait des années qu'elle essaie de gagner un titre et elle mériterait d'y arriver. Cela dit, mon cœur penche du côté de l'Argentine. J'ai de très bons amis dans cette équipe. C'est pourquoi je ne dirais pas que je soutiens l'Argentine ou l'Allemagne, mais plutôt Lionel Messi et Javier Mascherano. Masche est un très grand joueur et je ne suis pas surpris par son niveau de performance dans ce Mondial. Leo est le meilleur joueur actuellement, mais il lui manque peut-être une Coupe du Monde pour être considéré comme le plus grand.

                                                                      IN FIFA.COM

Publié dans : coupe du monde puyol

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quelle sélection va le plus vous manquer à la Coupe du Monde 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3910 19/11/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir