Interview

Le Roy : "Beaucoup de talent en Afrique"

Claude Le Roy qui a fait une grande partie de sa carrière d'entraîneur en Afrique, est revenu sur le parcours des équipes du Continent Mère à la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014.

Auteur : jeudi 03 juillet 2014 14:59

Quel bilan tirez-vous de la compétition, après l'élimination des deux dernières équipes africaines ?
Statistiquement, c'est la première fois qu'il y a deux équipes en huitième de finale, sur cinq équipes engagées. Après, il y a tout de même des déceptions. La Côte d'Ivoire a été à une minute de la qualification, et le Ghana, à un but près, ils passaient. Il s'en est fallu de peu pour que quatre équipes se qualifient en huitièmes. La seule équipe qui n'a pas espéré quoi que ce soit, c'est le Cameroun. C'est une grande déception pour moi, car je pense qu'ils avaient un très bel effectif.

Ils étaient tout de même dans un groupe très difficile, avec le Brésil, le Mexique, la Croatie...
Oui, mais il y a eu beaucoup de péripéties avant le tournoi. Ça use beaucoup d'énergie et ça nuit à la concentration. Du coup ils se sont concentrés sur des choses qui n'ont rien à voir avec le football. Le foot à haut niveau, en Coupe du Monde, ça se joue sur des détails. Il faut que tout soit parfaitement structuré et cohérent, ça n'a pas été le cas pour le Cameroun.

Quelles équipes africaines ont été les plus structurées selon vous ?
Je trouve que l'Algérie a bien géré. Contre l'Allemagne, ils ont décidé de défendre en avançant et de ne pas subir. Ça a été remarquablement bien fait. L'Allemagne a été légèrement supérieure, mais ça s'est joué à peu de choses et ça aurait pu basculer en faveur des Algériens. Le Nigeria a fait une Coupe du Monde solide, à l'image de ce qu'ils font d'habitude, avec une grosse qualité individuelle et beaucoup de puissance.

Vous avez suivi avec une attention particulière les équipes que vous avez entraînées dans le passé ?
Oui bien sur, le Ghana, le Cameroun… Mais également la Côte d'Ivoire, parce que j'avais envie de les voir enfin passer le premier tour. Concernant le Ghana, Kwesi Appiah, qui a été mon entraîneur adjoint, est un bon entraîneur et un homme de qualité. Il n'est pas dans un registre de l'affrontement et hélas je pense qu'avec certains joueurs il faut quelques fois muscler son discours. Ça n'est pas une critique, parce que c'est quelqu'un que j'apprécie beaucoup, mais, vu son profil, il y a des joueurs qu'il n'aurait peut-être pas du prendre dans cette aventure. 

Parlons justement des joueurs. Certains vous ont particulièrement plu ?
Il y a eu la confirmation de la qualité d'Ahmed Musa, l'attaquant nigerian, qui a beaucoup de talent. Emmanuel Emenike aussi, dans son registre. C'est un attaquant extérieur qui a joué plus axial dans le match contre la France. Il joue sur sa puissance et se sert des contacts pour avancer. C'est un joueur très atypique. Chez les Ivoiriens, il y a quand même le talent Gervinho qui a éclaté sur chaque action. A chaque fois qu'il avait le ballon, on avait l'impression que quelque chose allait se passer. Avec le Cameroun, ça a été une accumulation de déceptions. Quant au Ghana, tous leurs problèmes internes ont déteint sur leur attitude collective. D'habitude, c'est une équipe très forte collectivement et solidaire. Là on sentait que la magie habituelle de cette équipe n'était pas là. Il y avait une ambiance incroyable, j'ai pris un plaisir fou à entraîner cette équipe. Et là, on a senti que tout se délitait au fur et à mesure et que cette équipe avait perdu son âme. 

Quelles sont vos espoirs pour l'avenir du football africain ?
J'espère que tout le monde va se rendre compte de ce qui ne va pas, et que les pays africains se rendent compte qu'il faut se préparer très sérieusement. En amont, il faut qu'il n'y ait aucun problème de voyages, de primes… Tout ça, ce sont des choses accessoires. Le foot, c'est seulement s'occuper de problème tactiques, techniques. Il faut avoir des joueurs avec une excellente préparation physique, athlétique… Le travail des entraîneurs, ce n'est pas de commencer à régler des problèmes d'intendance qui font perdre beaucoup de temps et d'efficacité. On a entendu parler d'une accumulation de problèmes réels ou supposés avec beaucoup d'équipes. C'est insupportable. En tous cas, moi ça m'est insupportable et ça me rend triste. 

Vous avez un sentiment de gâchis ?
Il y a beaucoup de talent en Afrique, comme on l'a vu avec les performances du Nigeria contre la France, ou de l'Algérie face à l'Allemagne. Et même la qualité des footballeurs Ghanéens ou Ivoiriens. C'est un continent qui perd son efficacité pour des problèmes annexes qui n'ont rien à voir avec le foot. Il faut répondre en amont des compétitions aux problèmes qui se posent en équipe nationale. Le problème de fond est là. Moi j'ai eu la chance, à part une fois, que tout soit toujours réglé et de ne jamais avoir à être confronté à ça en direct. On voit que les meilleures équipes sont celles qui ont les meilleures organisations. 

                                          IN FIFA.com

Publié dans : mondial afrique Le Roy

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Pensez-vous que le Napoli va reporter la Série A cette saison ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3883 23/10/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir