Interview

Rial: «Je préfère que ce soit moi qui rate le penalty plutôt qu’un jeune joueur qui a une longue carrière devant lui !»

Une semaine après la défaite en finale de coupe d’Algérie, le capitaine Ali Rial à accepter de s’exprimer à cœur ouvert sur nos colonnes pour reparler en détail de ce qui s’est passé le 1er mai dernier.

Auteur : Abdelatif Azibi vendredi 09 mai 2014 14:41

Ali Rial, qui a connu des hauts et des bas dans ce match est revenu sur ses choix d’aller tirer les deux penaltys, l’un avant la fin de la seconde période et l’autre lors de la séance des tirs aux buts. Rial estime que quelles que soient les conséquences, la JSK doit continuer à avancer, car au final, il reste un second objectif celui de jouer la plus prestigieuse des compétitions la saison prochaine.

Tout d’abord, un mot sur cette belle victoire face au CABBA…

Au coup de sifflet final, nous avons poussé un grand ouf de soulagement. Nous avions vraiment besoin de ces 3 points car en plus de vouloir atteindre cette seconde place au classement, nous avions aussi besoin de retrouver le moral, après la mésaventure de la coupe. Dieu merci, nous avons fait notre match. Je pense que l’important était d’avoir marqué avant la fin de la première période. Cela a beaucoup gêné notre adversaire.  
Mais vous avez quelque peu reculé en seconde période, n’est-ce pas ?
C’était une stratégie de notre part. Nous avons voulu préserver notre avance. Je pense que par moment, on aurait pu marquer un deuxième voir un troisième but, mais l’efficacité n’y était pas. Je reste convaincu que nous avons fait le match qu’il fallait. Même le staff technique était soulagé à la fin de la rencontre. N’oublions pas aussi que nous avons affronté une équipe du CABBA qui jouait sa survie en Ligue 1 Mobilis. C’est pour vous dire que cette victoire par 1 but à 0 nous suffit largement.
Après la défaite de la finale, beaucoup craignaient votre réaction face au CABBA. Finalement, vous avez retrouvé le moral en renouant avec le succès. Où réside le secret ?
Il est vrai que ça n’a pas été facile de renouer avec les entraînements. Il n’y a pas pire qu’une telle situation, à savoir perdre une finale et puis préparer un autre match 4 jours plus tard. Mais je dirais qu’il n’y a aucun secret à ça. Nous avons seulement fait preuve de réalisme. On savait qu’il fallait réagir au plus vite. Lorsqu’on rate un objectif, on doit au moins s’attacher au second. Je pense que ce groupe a fait preuve d’une grande maturité en faisant de son mieux pour décrocher cette victoire.
Croyez-vous toujours à une qualification en Ligue des champions la saison prochaine ?
Bien évidemment qu’on y croit. Comme je l’ai dit précédemment, une qualification en Ligue des champions est notre seul objectif à présent. On essayera de jouer le tout pour le tout dans les 4 prochaines rencontres. Nous avons 2 déplacements et 2 matchs à domicile. L’idéal est d’empocher le maximum de points avant de faire un bilan en fin de saison.
Vous allez affronter l’USMH ce samedi. Comment se présente pour vous cette rencontre ?
Ce sera un match difficile et personne ne doute de la complexité de notre prochaine mission. L’USMH vient de gagner à domicile face au MCA et ce sera un match très disputé. On sait aussi que les Harrachis jouent le haut du tableau. Les deux formations ont donc besoin des 3 points de la victoire. Que voulez-vous que je vous dise ? Nous devons jouer de la même manière que face au CABBA. Je pense qu’en championnat, notre parcours est très satisfaisant. Nous allons nous battre encore une fois ce samedi.
L’absence du public fera-t-elle perdre au match sa saveur ?
Ce sera sans doute le point noir dans ce match. Nous avons toujours évolué devant nos supporters à Tizi Ouzou. Il est clair que leur absence se fera ressentir. Nos supporters seront les plus grands absents dans ce match. Mais on sait qu’ils seront des milliers à suivre le résultat. On essayera de leur dédier la victoire avant de se donner rendez-vous à Béjaïa pour le derby kabyle. Ce sera la fête en cas de succès ce samedi.
Revenons à vous et à votre prestation en finale de coupe. Que gardez-vous encore de ce match ?
On garde tous un mauvais souvenir de cette finale, dur de l’oublier. Avec du recul, je pense qu’on méritait de remporter cette coupe, vu qu’on est revenu dans ce match. On s’est créé plus d’occasions que le MCA, mais la coupe a choisi notre adversaire. On sait que nos supporters ne l’ont pas accepté et on comprend leur réaction.
On vous a beaucoup critiqué à la fin de cette finale. Comment avez-vous vécu cela ?
Je suis un joueur professionnel et je dois accepter cela. Je sais que beaucoup de nos supporters ont eu du mal à digérer cette défaite car l’attente était immense. Toute la Kabylie voulait cette coupe. Nous avions reçu des appels de tout le pays et nous avions mesuré l’importance de cette coupe aux yeux de nos supporters. Mais comme je viens de le dire, la chance n’y était pas.
De nombreux observateurs ont estimé qu’il ne fallait pas que vous tiriez le premier penalty lors de la séance des tirs aux buts. Quelle est votre réponse à ce sujet ?
Tout d’abord, je tiens à dire que je ne suis pas là pour répondre à x ou à y. je veux seulement dire que mon intention était bonne. J’ai pris l’initiative d’aller tirer le premier penalty car je ne voulais pas qu’un jeune joueur aille le faire. Imaginez si un jeune comme Raiah rate le premier tir ! A choisir, je préfère rater le penalty plutôt qu’un jeune joueur qui a une riche et longue carrière qui l’attend. C’est la raison pour laquelle j’ai pris l’initiative d’aller au tir et j’assume ma responsabilité. Mais malheureusement, je n’ai pas eu la même réussite que lors du premier penalty. C’est le gardien qui a eu plus d’efficacité que moi.
Avez-vous certains regrets aujourd’hui ?
C’est certain que j’ai des regrets mais pas pour le penalty raté, car j’estime que mon intention était bonne. Tout ce que je regrette est la coupe perdue face à une équipe prenable. Je suis encore plus déçu lorsque je repense à notre merveilleux public qui a fait le déplacement au stade Tchaker pour nous soutenir. Des supporters qui se sont déplacés tôt dans la matinée pour remplir les gradins. Savoir qu’ils étaient repartis déçu chez eux me déchire le cœur.
Comment avez-vous gérer l’après finale ?
Je vous mentirai en vous disant que ç’a été une chose facile. Jouer une finale de coupe d’Algérie n’arrive pas chaque année. Ç’a été d’autant plus dur pour moi, car j’ai soulevé la coupe en 2011. Je connais la sensation qu’est de soulever une coupe d’Algérie. Mais j’ai fait avec. J’ai essayé de penser à l’autre objectif du club qu’est la qualification en Ligue des champions. La saison n’est pas encore terminée et il faut relever la tête au plus vite. C’est ce que je me suis dit.
Aujourd’hui, peut-on dire que ce cauchemar est définitivement oublié ?
Même si ça n’a pas été facile d’oublier cette défaite, je dois dire que nous avons relevé la tête aujourd’hui. Cela ne sert absolument à rien de s’acharner sur cette défaite. On a certes pleuré après la défaite, mais maintenant, il faut aller de l’avant. Je pense que cette victoire face au CABBA va nous redonner davantage confiance en soi. Personnellement, je me sens de mieux en mieux.
Un dernier mot sur le soutien des supporters lors du match face au CABBA qui ont longuement scandé votre nom avant et après le match ?
Je ne peux pas vous décrire mon sentiment après le soutien de notre public. Cela prouve que nos supporters reconnaissent les efforts des joueurs. Je les remercie pour leur soutien. C’est pour eux qu’on va tout donner lors des 4 prochaines rencontres. J’aurais vraiment aimé qu’on leur offre cette coupe, mais parfois, le football nous réserve de mauvaises surprises. L’important est que nos supporters soient restés derrière nous et ils l’ont prouvé face au CABBA. Nous devons préserver ce merveilleux public car il est la richesse de ce club.

Publié dans : mca JSK rial

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quelle sélection va le plus vous manquer à la Coupe du Monde 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3909 18/11/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir