Interview

Aïboud : «En voyant Rial soulever le trophée de 2011, j’avais pleuré de joie»

«On a un mois pour bien préparer la finale avec un seul objectif : la consécration» «C’est Tahar Lamhene qui m’a découvert au village Tazmalt El Kaf» «J’ai été lancé dans des matches chocs, je remercie Aït Djoudi pour sa confiance»

Auteur : lundi 31 mars 2014 09:55

Aïboud : «En voyant Rial soulever le trophée de 2011, j’avais pleuré de joie»
Beaucoup de supporters de la JSK et autres observateurs qui suivent l’actualité sportive veulent connaître qui est Samir Aïboud.
Je suis un jeune joueur formé à la JSK. Je suis né le
11 décembre 1993 à Tizi Ouzou. J’ai commencé à taper dans le ballon très jeune dans mon quartier de naissance à Tazmalt El Kaf. Le football est plus qu’un sport pour moi, c’est une passion si vous voulez.
Dans votre famille y a-t-il des frères qui ont pratiqué ce sport ?
Oui, je suis issu d’une famille de footballeurs. Si aujourd’hui je suis à la JSK, je dois dire qu’un de mes frères a porté déjà les couleurs de ce club mais qui n’a pas continué. Il a joué aussi à la JSMB, il est aussi doué et qui pouvait aller encore loin.
Comment avez-vous atterri à la JSK ?
Bien c’est très simple. Un jour, je jouais devant chez moi, l’entraîneur Tahar Lamhene à qui on a parlé de mes qualités s’est déplacé jusqu’à Tazmalt El Kaf pour se renseigner sur moi et me voir de près. L’espace de quelques minutes, il m’a demandé des renseignements avant de m’inviter à me présenter au stade du 1er-Novembre où j’ai participé à la prospection. Depuis, j’ai commencé ma mission en jeunes catégories.
Aujourd’hui, vous voilà avec l’équipe première, quel est votre sentiment ?
Je ne peux qu’être fier de ma présence avec les seniors à la JSK. C’est un bonheur immense qui me comble en ce moment. Je ne réalise pas encore que je vais disputer une finale de Coupe d’Algérie avec la JSK. Je dois me préparer pour être à la hauteur et mon bonheur est de décrocher ce trophée. Je ne cesserai de remercier tous ceux qui ont cru en moi, notamment les membres du staff actuel.
Revenons à la dernière confrontation que vous avez livrée face au CRBAF. Une fois de plus, Aït Djoudi vous a fait confiance dans le onze type, quel est votre commentaire ?
Honnêtement, c’est une lourde responsabilité de porter le maillot de la JSK dans un aussi important match, devant un stade plein à craquer. Dieu merci, tout l’entourage du club est à mes côtés que ce soit les entraîneurs, les responsables ou tous les supporters. Monsieur Aït Djoudi me fait confiance et me prépare en conséquence pour être prêt le jour du match. Je suis heureux qu’il m’ait renouvelé sa confiance et je pense avoir été bon dans l’ensemble.
De l’avis de tous les observateurs, vous étiez un véritable poison pour la défense adverse au point où vous étiez à deux doigts d’ouvrir la marque en première mi-temps, un commentaire ?
Exactement. Personnellement, j’ai bien commencé le match. Je suis entré directement dans le vif du sujet. Oui, j’avais eu la possibilité en deux fois de mettre le cuir au fond des filets. Malheureusement, je n’ai pas eu cette chance et je peux vous dire que pour moi le bonheur, c’est d’être en finale et non pas marquer. Je sais que je ne dois pas griller les étapes, je dois garder les pieds sur terre et continuer à travailler.
Maintenant que vous êtes officiellement en finale, c’est quoi le sentiment qui vous anime ?
Croyez-moi, il m’est difficile de commenter un tel événement. Je suis en finale avec la JSK, ma première dans ma jeune carrière et la 10e pour mon club qui retrouve toute sa santé. Je suis l’homme le plus heureux et fier et je ferai de mon mieux pour gagner cette finale et entrer dans l’histoire du club. Je suis le plus jeune de cette formation, je remercie tous ceux qui me font confiance.
Vous serez le plus jeune dans l’effectif de la JSK qui foulera la pelouse du stade Mustapha-Tchaker le 1e Mai prochain en finale JSK-MCA, quel sera votre sentiment ?
Je ne vous cache pas que j’aurai inévitablement la chair de poule en me présentant dans ce stade qui a marqué tous les Algériens avec les grands matchs qu’a livrés notre sélection nationale. J’espère être à la hauteur et convaincre le staff technique à me faire confiance, je tâcherai d’être à la hauteur de ses espérances.
La JSK a remporté son dernier trophée en 2011, comment aviez-vous vécu ce moment ?
J’ai suivi le match JSK-USMH à la télé. J’étais encore en catégorie junior et je vous assure que j’ai vécu le match sur les nerfs. En voyant Rial soulever le trophée, j’ai versé des larmes de joie car la JSK avait besoin de remporter un titre pour renouer avec les consécrations. Cette année, me voilà dans l’équipe. Croyez-moi, je veux monter moi aussi sur la tribune d’honneur et caresser le trophée que nous voulons dédier exclusivement à ce beau public qui nous suit depuis le début de la saison.
Vous allez rencontrer le MCA en finale, le 3e grand Clasico cette saison, comment s’annoncent les retrouvailles ?
J’estime qu’il est encore trop tôt de parler de ce match sachant qu’il nous reste encore un mois pour bien se préparer. Je peux vous dire que c’est vrai on va assister à un grand match entre deux grandes équipes. Nous concernant, on a un seul objectif : gagner la coupe. Je sais que le stade Mustapha-Tchaker sera rempli et dès maintenant nous demandons à nos supporters de venir en force.
Lors du dernier match livré à Tizi, vous avez été l’auteur d’une bonne prestation, jusqu’à même créer le danger dans la défense mouloudéenne. Votre réaction ?
Tout d’abord, je remercie Ait Djoudi et tous les autres membres du staff qui m’ont aligné dans un autre aussi match solide et important. Sur le plan psychologique, j’ai été bien préparé. Aussi, Ce jour-là, il n’y avait pas que moi qui voulais gagner ce match. On été tous déterminés à remporter les trois points pour accéder à la deuxième place du classement général. En plus de la coupe que nous voulons soulever, je dois aussi ajouter que la qualification en Coupe d’Afrique est un objectif que nous comptons réaliser.
Ils sont nombreux ceux qui pensent que vous avez un lien de parenté avec l’ex- international et ex-joueur et président de la JSK Mouloud Iboud, c’est quoi la réalité des choses ?
Tout d’abord, il faut bien préciser que mon nom est Aïboud et Da Mouloud est Iboud. On n’a aucun lien de parenté mais franchement, je suis très honoré et fier d’être comparé à ce monument de la JSK qui a lui aussi beaucoup donné au club. Da Mouloud était un défenseur axial, moi un jeune milieu du terrain, j’espère réussir comme lui ainsi que tous les grands noms qui ont marqué l’histoire de notre cher club.
On aime vous appeler communément «Mirou», pourquoi ?
(Rire) C’est mon grand-père maternel qui m’a appelé comme ça pour la première fois pour la simple raison qu’il adore beaucoup le poisson particulièrement le mérou. Depuis, tous mes amis m’appellent comme ça et j’apprécie normal ; en fait, je ne suis pas contrarié.
La majorité des Algériens sont partagés entre Real Madrid et Barcelone, qu’en est-il de vous ?
Non, aucun des deux. Moi, je suis un supporter du club italien, la Juventus.
Quel est le joueur que vous appréciez beaucoup à la JSK, ancien ou nouveau ?
Maroci. C’est le joueur qui m’a marqué. C’était lors de sa première expérience avec la JSK, je me souviens, il m’a offert son maillot et depuis j’aime bien le joueur. Il m’aide beaucoup et je suis content aujourd’hui qu’il soit dans l’équipe qui va jouer la finale, il mérite lui aussi de soulever le trophée car c’est un garçon de bonne famille.
Et quel est l’entraîneur qui vous a le plus marqué dans votre formation ?
Tout d’abord, je cite monsieur Tahar Lamhene puisque c’est lui qui m’a repéré comme je vous l’ai confié, ensuite monsieur Toufik Smaïl qui m’a fait lui aussi beaucoup confiance en catégorie junior. Il me faisait souvent jouer et m’a toujours encouragé avant d’accéder à la catégorie espoir entraînée par Kherroubi. Aussi, je dois vous dire que Karouf me suit de près, il me parle beaucoup, il m’encourage et j’essaye de profiter au maximum de ses conseils.
Quelle a été votre meilleure saison en jeunes catégories ?
Ce fut la saison où nous avions remporté le titre de champion face à l’USMA. Je me rappelle, on a joué le match barrage à Béjaïa et j’étais l’auteur du but qui nous a permis de remporter le titre ainsi que l’ESS que nous avons battue en play-off.
On retient que vous avez beaucoup brillé lors du tournoi disputé à Hydra il y a deux ans environ et que les responsables de clubs étrangers présents étaient également séduits.
Effectivement, on a fait une brillante participation dans ce tournoi que nous avons remporté avec brio. C’est vrai que les responsables de Villarreal ont dit beaucoup de bien sur moi et selon les informations que j’ai eues, ils me voulaient dans leur équipe. Sincèrement, je garde toujours la tête sur les épaules, je dois continuer à me donner à fond avec la JSK.
A l’étranger, c’est qui le joueur que vous appréciez ?
Zidane, c’est un joueur que j’apprécie beaucoup. En fait, c’est un Kabyle de chez nous, donc c’est tout ce qui est de naturel qu’il soit mon idole.
Pour finir, que signifie pour vous le nom Matoub ?
Matoub Lounès est pour moi un grand monsieur, c’est un symbole pour toute la Kabylie. Il nous inspire. Il incarnait l’engagement et le courage. Il a chanté pour la JSK et aujourd’hui croyez-moi, on a la chair de poule en foulant la pelouse et entendre ses chansons. Pour ne pas vous cacher, c’est tous les joueurs qui rêvent de la coupe pour la dédier à
sa mémoire.
 

Publié dans : JSK aiboud

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Opposés à Liverpool en 8e de finale de la LDC, Brahimi et le FC Porto vont-ils se qualifier pour les quarts ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3934 13/12/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir