Dossier

L'équipe-type de la Coupe du monde

L'équipe-type de la Coupe du monde

Auteur : jeudi 17 juillet 2014 16:52

Neuer (Allemagne) : Impérial durant toute la compétition, le portier du Bayern s’est même mué en libéro contre l’Algérie, lors des 8e de finale de la Coupe du monde. Seul un geste dangereux sur Gonazalo Higuain lors de la finale, aurait dû lui valoir un carton rouge et peut-être coûter le titre mondial à la Nationalmannschaft. Son titre de meilleur gardien de la compétition décerné par la FIFA est néanmoins plus que mérité.

Lahm (Allemagne) : Milieu de terrain lors des 4 premiers matches de la Coupe du monde, Philipp Lahm a retrouvé son poste de formation dès les quarts de finale contre la France. Le capitaine du Bayern et de la sélection allemande n’a pas mis de temps pour retrouver ses repères et a prouvé qu’il était sans équivalent à son poste.
Martins Indi (Pays-Bas): Une des découvertes de cette Coupe du monde. Le défenseur de Feyenoord n’a quasiment jamais été pris en défaut au sein de la défense à trois mis en place par Louis van Gaal. Selon la presse anglaise, le technicien néerlandais aimerait d’ailleurs l’emmener avec lui à Manchester United.
Garay (Argentine) : Si l’Argentine n’a encaissé que quatre buts durant la Coupe du monde, c’est en grande partie grâce au travail réalisé par le futur défenseur du Zenith Saint-Pétersbourg. Impassable en un contre un et quasiment jamais mis en défaut dans son positionnement, Garay confirme enfin tout potentiel qui lui avait permis de rejoindre le Real Madrid à seulement 23 ans.
Blind (Pays-Bas) : Dans un rôle de latéral gauche au sein d’une défense à 5, Blind a parfaitement sur tirer son épingle du jeu, enchaînant les aller-retours avec brio dans son couloir. Travailleur et doté d’une technique plus que convenable pour un défenseur, il est pour beaucoup dans les bons résultats des Oranje lors de ce mondial.
Mascherano (Argentine) : Héroïque durant la finale face à l’Allemagne, Mascherano méritait surement plus que Lionel Messi de recevoir le titre de meilleur joueur de la Coupe du monde. Premier relanceur de l’Albiceleste, le Barcelonais a été le garant de l’équilibre de son équipe durant l’intégralité de la compétition.
Kroos (Allemagne) : Véritable maître à jouer de l’Allemagne, Kroos est néanmoins quelque peu passé à côté de sa finale. L’absence de Khedira et de Kramer au milieu de terrain a surement joué au niveau de son rendement. Toujours est-il qu’il a réalisé une compétition de toute beauté, avec en point d’orgue le légendaire 7-1 infligé au Brésil, au cours duquel il s’est largement illustré.
James (Colombie) : Ses 6 buts et ses 2 passes décisives auraient normalement dû lui permettre d’être élu meilleur joueur de la compétition par la FIFA. Mais une fois de plus, l’instance dirigeante du football mondial a pris tout le monde à contrepied en lui préférant Messi. Toujours est-il que ses performances au Brésil lui ont surement ouvert les portes du Real Madrid, qui serait prêt à mettre 85 millions d’euros sur la table pour l’arracher à l’ASM.
Müller (Allemagne) : Thomas Müller n’a pas forcément le profil du footballeur moderne, mais fait surement partie des attaquants avec la plus grande intelligence de jeu. Cinq réalisations, dont trois dès son premier match contre le Portugal, portent son total de buts en Coupe du monde à 10, après les 5 marqués en Afrique du Sud il y a quatre ans. Encore 6 et il entrera dans le "club des 16" de son compatriote Miroslav Klose.
Messi (Argentine) : Même s’il n’a pas été le héros tant attendu par le peuple argentin, la "Pulga" termine ce Mondial avec 4 buts et 1 passe décisive au compteur. A plusieurs reprises, ses accélérations auraient pu faire mouche, mais il a aussi manqué d’un brin de réussite. Un Mondial qui aurait été réussi pour n’importe quel autre joueur, mais puisque c’est Messi, les critères d’évaluations sont forcément plus élevés.
Robben (Pays-Bas) : Seule arme offensive des Néerlandais au niveau attendu durant ce Mondial, le milieu offensif des Pays-Bas a rappelé qu’il n’avait pratiquement pas d’égal dans sa capacité à éliminer en un contre un. A 30 ans, Arjen Robben a semblé avoir encore ses jambes de 20 ans, auquel il faut ajouter son expérience de vieux briscard. Il faut s’attendre à le voir sur le devant de la scène pour encore quelques années.

 

Publié dans : coupe du monde

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quel est votre pronostic pour le match MCA - JSK?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3880 20/10/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir