Dossier

Les meilleures équipes qui n'ont pas remporté la Coupe du monde

Les meilleures équipes qui n'ont pas remporté la Coupe du monde

Auteur : jeudi 03 juillet 2014 22:19

L'important n'est pas de gagner, mais de participer, diront certains. Et c'est sûrement ce que les joueurs de ces équipes ont du se dire à l'issu de leurs défaites en Coupe du monde. Car ils arrive que même les meilleures d'entre elles, fortes de joueurs exceptionnels du pédigré de Puskás, Cruyff, Sócrates, Platini ou Eusébio, ne réusssissent pas, contre toute attente, à décrocher le trophé.

L'Autriche, 1934

L'équipe autrichienne, entraînée par le visionnaire Hugo Meisl, parvient à rester invaincue durant 16 matchs entre 1930 et 1932 . Les pronostics la donnent alors gagnante pour la Coupe du monde de 1934, qui se déroule en Italie. Contre toute attente, le rêve de la « Wunderteam » s'arrête cependant en demi-finale, après sa défaite contre l'Italie, qui remporte le trophée face à la Tchécoslovaquie. Le match est toutefois sujet à controverses : le gardien de but autrichien aurait en effet été poussé derrière la ligne de but alors qu'il était en possession du ballon. L'équipe de football autrichienne ne remportera pas non plus la Coupe du monde de 1938 : Hugo Meisl décède  en 1937 et le pays vient d'être annexé par l'Allemagne nazie.

Hongrie, 1954

En 1954, l'équipe hongroise - qui comprend Sandor Kocsis, Nandor Hidegkuti et l'irrépressible Ferenc Puskás (photo gauche) - part grande favorite. Les Magical Magyars écrasent les Anglais à Wembley 3-6 puis les achèvent à Budapest 7 à 1 dans ce qui reste à ce jour la plus grande défaite de l'Angleterre. Durant la Coupe du monde de 1954, la Hongrie marque 25 buts dans leurs quatre premiers matchs. Arrivés en finale, ils affrontent une petite équipe de l'Ouest de l'Allemagne. La Hongrie est bien évidemment donnée gagnante, mais survient alors ce qui sera appelé le "miracle de Bern". Les joueurs allemands, organisés et résignés, triomphent 3 à 2 et raflent le trophé aux Hongrois.

Le Portugal, 1966

La victoire de l'Angleterre durant la Coupe du monde de 1966 reste l'un des moments sportifs dont les Anglais sont les plus fiers. Pourtant, le Portugal semblait certain de remporter la Coupe cette année-là. Pour contrer l'excellent Eusébio, les Anglais mettent en place une défense du tonnerre, leur permettant de remporter le match 2-1. Le pauvre Eusébio a terminé le match en larmes !

Pays-Bas, 1974 et 1978

L'approche franche du coach néerlandais Rinus Michels en 1974 n'a pas payé. Malgré leur victoire écrasante sur l'Argentine 4-0, les Pays-Bas flanchent face à l'Allemagne de l'Ouest en finale.

France, 1982 et 1986

L'équipe de France en 1982 et 1986 était à chaque fois construite autour de Michel Platini (gauche), et pourtant... En 1982 la France quitte la compétition lors des demi-finales suite à des pénalties. En 1986, le "carré magique", constitué de Jean Tigana, Luis Fernández, Michel Platini et Alain Giresse permet à la France de battre facilement la Hongrie, le Brésil et l'Italie, mais l'astuce ne passe pas auprès des Allemands de l'Ouest lors des demi-finales.

Brésil, 1982

En 1982, l'autre équipe forte venait du Brésil. Face à l'Espagne, l'équipe, qui accueillait notamment les légendes Toninho Cerezo, Falcão, Sócrates, Zico et Éder, ont délivré un jeu d'une extrême qualité... Avant de s'effondrer face à l'Italie juste avant les demi-finales.

Italie, 1990

Pour beaucoup, la Coupe du monde de 1990 était une des moins divertissantes. L'Italie a cependant brillé grâce notamment au goal Walter Zenga, aux défenseurs Baresi, Bergomi et Maldini, et les goals du débutant Toto Schillaci (photo), qui leur ont permis de remporter plusieurs matchs. Mais contre l'Argentine, en demi-finales, l'Italie a beau avoir la balle durant la plupart de la durée du match, elle ne parvient pas à la transformer en but.

Yougoslavie, 1994

En 1994, la Yougoslavie n'a même pas participé à la Coupe du monde, en raison d'une guerre qui déchirait le pays. Quel dommage, car en 1987, le pays avait triomphé dans le championnat mondial des jeunes (photo) avec une équipe forte de joueurs exemplaires tels que Zvonimir Boban, Robert Jarni, Robert Prosinečki et Davor Šuker, qui joueront plus tard pour la Croatie, arrivant troisième en 1998.

Argentine, 2006

En 2006, l'Argentine construit un côté attaquant puissant, bourré de talents, qui permet au pays d'écraser la Serbie 6-0. Mais leurs prouesses du côté de l'attaque ne se renouvellent pas face à l'Allemagne qui l'emporte sur des pénalties, entraînant la démission de Pékerman, l'entraîneur argentin.

 

Publié dans : coupe du monde

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quelle sélection va le plus vous manquer à la Coupe du Monde 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3914 23/11/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir