Equipe d'Algérie

Avec 12 buts inscrits : Nouri cartonne en Ligue 2

«J’adorerais jouer pour l’Algérie»

Auteur : R. O. dimanche 25 février 2018 08:33

Riad Nouri continue de s’illustrer avec l’AC Ajaccio. Avant-hier, il a inscrit un joli doublé face à Sochaux dans un match comptant pour la 27e journée de la Domino’s Ligue 2. Il a ainsi permis à son team de décrocher trois précieux points dans la course pour l’accession en Ligue 1 Conforama. Avec ce doublé, Riad Nouri compte douze réalisations à son actif cette saison. Soit, tout simplement, la meilleure performance de sa carrière. La saison passée déjà, il avait inscrit onze buts sous le maillot  rouge et blanc. «À 32 ans, le joueur réalise aujourd’hui la plus prolifique et la plus belle saison de toute son histoire. Depuis son arrivée au club en 2015, Riad Nouri a été l’auteur de 29 buts en championnat et de 16 passes décisives. Tout cela en portant la tunique acéiste à 92 reprises. On peut s’avancer à dire que Riad a d’ores et déjà marqué le club de son empreinte», s’est réjoui le site de l’AC Ajaccio du parcours réalisé par Riad Nouri.

«J’adorerais jouer pour l’Algérie»

Dans un long entretien accordé à So Foot, le milieu de terrain offensif de l’AC Ajaccio, Riad Nouri, a évoqué de nombreux sujets relatifs à sa carrière. Auteur de belles prestations en Domino’s Ligue 2 cette saison, le Franco-Algérien n’a jamais reçu le moindre signe de l’Algérie : «Jamais ! Je ne désespère pas, d’ailleurs. J’adorerais jouer pour l’Algérie. Mes parents sont tous les deux originaires de Béjaïa, en Kabylie. Je sais à quel point ils seraient heureux que je sois sélectionné. Et moi aussi. Même une fois. Même pour un match amical, je prends... On ne sait jamais. C’est un rêve. Je ne sais même pas si j’ai déjà été supervisé...»

«Même pour un match amical, je prends»
Dans un autre registre, Nouri a retracé le chemin de sa carrière et les difficultés qu’il avait connues à ses débuts: «J’ai joué au SO Caillols, un club où sont passés des joueurs qui ont ensuite fait une belle carrière (Roger Jouve, Christophe Galtier, Jean Tigana, Peter Luccin, Éric Cantona, ndlr). J’ai ensuite rejoint Marignane. D’abord en CFA 2, puis en CFA, comme on disait à l’époque», a-t-il déclaré, avant d’évoquer son objectif de devenir joueur pro : «Oui. C’est ce que je voulais. Même si, vers 17-18 ans, j’y ai un peu moins cru, c’est vrai. Je me disais que jouer au moins en National, ce ne serait pas si mal. D’ailleurs, je poursuivais mes études. J’ai obtenu mon bac ST1, et j’ai commencé un BTS maintenance industrielle. À Marignane, comme le président du club était aussi le patron du Leclerc de la ville, il m’avait trouvé du boulot dans son magasin. Puis j’avais passé le permis pour être chauffeur-livreur. Quand le club est monté en CFA, je gagnais un peu d’argent. Mais comme j’habitais encore chez mes parents, cela me suffisait.»

«Mes parents sont originaires de Béjaïa, je sais à quel point ils seraient heureux que je sois sélectionné»
Nouri est revenu sur son expérience à Cassis-Carnoux lors de l’exercice sportif 2008/2009 : «J’ai fait une bonne saison, pas extraordinaire, mais j’ai fait les matchs qu’il fallait. Le club, à l’époque, avait un petit budget. On se tapait parfois des voyages en minibus qui duraient dix-huit heures aller-retour... Un championnat difficile, le National. On apprend beaucoup, mais je ne voulais pas m’y éterniser. Autant dire que quand Istres m’a proposé mon premier contrat pro, en 2009, j’étais ravi»,  a-t-il déclaré et d’évoquer son salaire à l’époque : «Cela devait être 3000 euros brut par mois, plus les primes. Mais je m’en foutais. Je gagnais plus qu’à Cassis-Carnoux, mais pas de quoi faire des folies. L’essentiel, c’était de jouer à un niveau plus élevé, d’être professionnel. J’étais heureux : j’étais pro, dans un club sympa, familial, à l’époque bien géré, et c’était à 50 km de Marseille. D’ailleurs, j’habitais toujours chez mes parents.»

«Il y a trois ans, j’avais eu des contacts avec Troyes, Angers et le GFC Ajaccio»
L’AC Ajaccio est bien parti pour réaliser l’accession en Ligue 1 Conforama. Nouri, qui aura 33 ans le 7 juin prochain, espère découvrir la L1 et assurer la montée avec son équipe : «C’est toujours mieux de découvrir la L1 avec son club. Car je sais qu’en France, quand vous avez 32 ou 33 ans, ce n’est pas facile de trouver un club de L1, surtout si vous n’y avez jamais évolué... Il y a trois ans, j’avais eu des contacts avec Troyes, Angers et le GFC Ajaccio, qui venaient de monter. Surtout avec Angers. À l’époque, j’étais à Nîmes. Finalement, cela ne s’est pas fait avec Angers avec qui les contacts étaient les plus avancés. Je n’ai jamais su pourquoi, d’ailleurs.»
 

Publié dans : Sochaux. Riad Nouri

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Classé 6ème, Mohamed Salah aurait-il mérité d'être dans le top 5 du Ballon D'or 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
14:50 | 2018-04-20 Arsène Wenger à Arsenal en stats

Le Français en avait 46 quand il a pris les rênes d'Arsenal...

10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Edition PDF

N° 4296 16/12/2018

Archive

Année
  • 2018
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir