Nostalgie

Les matchs qui nous ont qualifiés aux Coupes du Mondes 82,86 et 2010

«Arrafdou laalamat l’Algérie t’qualifiat»

Auteur : dimanche 30 mars 2014 20:51

Eliminatoires Mondial-2010: Une qualification que le peuple n’oubliera jamais !

Eliminatoires Mondial-82 
Algérie 2 - Nigeria 1
Date : 30 octobre 1981
Stade : 19-Juin (Constantine) 
Affluence : 60 000 spectateurs
Arbitre : M. André Diani (Suisse)
Buts : Belloumi (9'), Madjer (84’) (Algérie) ; Owulu (39’) (Nigeria)

Algérie : Mehdi Cerbah, Salah Larbès, Noureddine Kourichi, Mahmoud Gendouz, Faouzi Mansouri, Mohamed Kaci-Saïd, Bouzid Mahyouz, Lakhdar Belloumi, Djamel Zidane (Mustapha Dahleb 31’), Rabah Gamouh, Rabah Madjer.
Entraîneurs : Rogov-Saâdane-Maouche

Nigeria : Best Ogedegbe, Sylvanus Okpala, Felix Owolabi, Augustine Fregene (Fatai Yekini 64’), Leotis Boateng, John Chiedozie, Mudashiru Lawal, Okey Isima, Henry Nwosu, Segun Odegbami, Tunde Bamidele.
Entraîneur : Gottlieb Goller (RFA)

Signé Beloumi/Madjer
Après s’être imposés 2 à 0 à Lagos grâce à deux réalisations marquées par Belloumi et Djamel Zidane, la mission des Verts semblaient facile au match retour mais que ce fut difficile pour les personnes qui avaient vécu cette période faste du football algérien, avec une génération dorée qui avait par la suite écrit son histoire à Gijón notamment avec une mémorable victoire acquise face à l’ogre allemand ex-RFA, une victoire 2 buts à 1 qui a eu comme effet de décomplexer les autres nations du football africain à l’instar du Cameroun, du Maroc et d’autres représentants africains. Le 30 octobre 1981, les camarades du talentueux Mustapha Dahleb avaient pourtant réalisé l’essentiel en inscrivant un but d’entrée signé par la légende Belloumi, mais celui du Nigérian Oulu (39') a semé le doute dans les esprits des Algériens jusqu’à ce but salvateur de l’ex-star mondiale du FC Porto, Rabah Madjer, inscrit à la 6 minutes de la fin. 

Belloumi : «Le talent des joueurs a fait la différence» 
Légende vivante du football et l’un des grands artisans de la qualification de l’Algérie au Mondial Espagnol 82 et mexicain en 86, Lakhdar Belloumi évoque avec beaucoup d’émotion mes matchs qu’il qualifie de référence du football national : «C’était très dur, on n’était pas du tout les favoris contre une grande équipe du Nigeria. Mais on y croyait, on était jeunes certes mais on n’avait jamais parlé de ce problème de l’inexpérience ou je en sais quoi. Notre détermination bien sûr ne suffisait pas, il fallait avoir du talent et on l’avait et on l’a démontré. Le secret de notre réussite était sans conteste la qualité des joueurs et du jeu de l’Equipe nationale à cette époque. Les Madjer, Assad Merzekan et les autres joueurs de notre époque ne courent plus les rues.» 

«La pression ? On a vécu pire, mais on a su nous montrer responsables»
«On formait un groupe soudé, on était tous ou presque issus du football local, il y avait la hargne de bien représenter le maillot et faire honneur au maillot qu’on postait. On pensait beaucoup au pays et au peuple algérien, vous comprendrez qu’on ne jouait pas pour l’argent. Maintenant, vous n’allez pas me dire qu’il est plus facile de jouer au 5-Juillet qu’à Blida. Le stade Tchaker ne contient pas 100 000 supporteurs. Même à Constantine, il fallait gérer ce facteur, parce qu’il y avait pas mois de 60 000 supporteurs, nous étions jeunes mais responsables. Il faut dire aussi que le public un véritable 12e homme.»
 
«La première qualification face au Nigeria reste pour moi la plus belle» 
«Le match du Nigeria restera le plus marquant dans ma carrière, j’ai inscrit 2 buts et il faut dire aussi que la qualité de jeu était bien meilleur, après bien sûr, rien ne remplace la joie de la première qualification au Mondial espagnol.» 

----------

Eliminatoires Mondial-86 
Algérie 3 - Tunisie 0
Date : 18 octobre 1985 
Stade :  5-Juillet 
Affluence : 80 000 supporteurs 
Arbitre : Galler (Suisse) 
Buts : Madjer (8’), Menad (34’), Yahi (78’) (Algérie) 

Algérie : Drid, Sadmi, Mansouri, Megharia, Guendouz, Kaci-Said, Maroc, Belloumi, (Yahi 74’), Madjer, Menad, Assad (Bensaoula 59’) 
Entraîneur : Saadane 

Tunisie : Sebar, Garsi, Cheriti, Maaloul, Khemiri (Houarbi), Zouaoui, Hergal, Benyahia, Rekbaoui, Braham, Djeridi (Henchiri)
Entraîneur : Zouaoui 

«Arrafdou laalamat l’Algérie t’qualifiat»
L’Algérie qui est allée corriger les Tunisiens sur leur terrain du stade Menzah, 1 but à 4, grâce notamment à un doublé de Menad, un but de Kaci-Saïd et une réalisation de Rabah Madjer, a surtout eu un match facile au 5-Juillet, malgré ce large score acquis au match aller, les capés de Saadane, avaient respecté l’adversaire en sortant un match sérieux avant d’offrir une éclatante victoire aux exigeant public du 5-juillet. Cette génération composée essentiellement des joueurs issus de l’épopée de 82, venait d’offrir la deuxième qualification à un Mondial dans l’histoire de l’Algérie. 
Après avoir assuré la victoire, les Algériens qui ont respecté nos voisins tunisiens en jouant le jeu à fond, et surtout sans donner l’impression d’avoir de la pitié pour cette équipe de la Tunisie, anéantie par le score du match aller, le public algérien s’est levé comme un seul homme pour scander : «Arafdou laalamat l’Algérie t’qualifiat» le 5-Juillet vibrait dans une ambiance indescriptible surtout beaucoup d’émotions. 

Kaci-Saïd : «Le plus dur avait été fait à Tunis»
«L’infatigable milieu de terrain du RC Kouba, Mohamed Kaci-Saïd, se rappelle toujours de l’exploit des Verts réalisé à Tunis face à la Tunisie (1-4), avec une victoire avait été obtenue avec panache. «C’est le talent qui avait fait la différence, tout comme quatre ans auparavant face au Nigeria. Nous ne craignons personne car nous avions foi en nos qualités propres. Le public et l’environnement ne nous faisaient pas peur. Même en ayant encaissé le premier but des Tunisiens, nous n’avons pas cédé à la panique et nous avons su retourner la situation en notre faveur. Au match retour, à Alger, nous avons joué avec sérénité car le plus dur était fait. Même les Tunisiens n’y croyaient plus», se rappelle-t-il.

«Saadane était tellement serein qu’il mâchait du chewing-gum»
Preuve de la confiance qui régnait parmi les Verts, cette anecdote narrée par Mohamed Kaci-Saïd : «Avant le match aller à Tunis, un dirigeant avait trouvé le sélectionneur Rabah Saadane assis en train de mâcher un chewing-gum. Surpris, il lui a dit : ’’Que fais-tu ? Tu es assis alors qu’il y a un match qui arrive ?’’ Le coach lui a alors répliqué avec calme et assurance : ’’Je ne m’inquiète pas. Je sais ce que j’ai comme joueurs et ce dont ils sont capables.’’ C’est dire que notre équipe dégageait une force tranquille qui impressionnait même les plus coriaces de nos adversaires.»

«Nous avions plus de pression qu’aujourd’hui, une pression politique» 
Sur l’état d’esprit qui animait les joueurs, le frère aîné de Kamel Kaci-Saïd insiste sur le fait que «le groupe de joueurs avait plus de pression que les joueurs actuels car le régime politique du parti unique de l’époque exigeait des résultats immédiats pour soigner l’image du pays». Cela n’a pas empêché les Verts, à l’époque, d’aligner deux participations de suite à la Coupe du monde, fruit d’un travail étalé sur de longues années.

---------

Eliminatoires Mondial-2010 
Algérie 1 - Egypte 0
Date : 18.11.2009 
 Stade : Oum Dourman 
(Soudan) 
Affluence : 40 000 spectateurs 
Arbitre : Eddy Maillet 
(Sychelles)
 But : Yahia (40’) (Algérie)

Algérie : Chaouchi, Bougherra, Yahia (Zaoui 68), Yebda, Halliche, Belhadj, Saïfi (Ghilas 84’), Ziani, Mansouri, Ghezzal, Meghni (Matmour 58’)
Entraîneur : Saâdane

Egypte : El Hadari, Moawad, El Sakka, Saïd, W. Gomaâ, Fathi (Zidan 46’), El Mohammadi, Abou Trika, Hassan (cap), Meteab, Zaki (Abd Rabou 46’)
Entraîneur : Hassan Shehata

Une qualification que le peuple n’oubliera jamais ! 
Le match d’appui qualificatif à la Coupe du monde 2010 est, de l’avis de tous, incontestablement le plus marquant de l’histoire du football national. De part son caractère derby et la sensibilité qui a toujours existé entre les deux nations, les Ziani, Yahia, Zaoui, Bougherra, Meghni, Belhadj, Chaouchi, et tous les autres resteront gravés à jamais dans les mémoires de tous les Algériens. On rappellera aussi que ce succès aura été aussi celui de la détermination et la solidarité de tous. Des joueurs dévoués à leur patrie, et un peuple uni pour un même objectif. La joie des supporteurs des Verts, les larmes des Egyptiens et le défilé des joueurs au milieu d’une foule énorme, et une ambiance inoubliable. Une chose est sûre, dans 100 ans, on en parlera encore de ce match qui restera, comme déjà dit, la référence du football national à tous les niveaux.

Yahia : «Je ne m’imaginais pas me lever le lendemain dans la peau du vaincu»
 Auteur du but qui a qualifié l’Algérie au Mondial-2010, Anthar Yahia est l’une des figures emblématiques du match de Oum Dourman contre l’Egypte. Pour lui, la clef du match a été l’envie d’aller au Mondial : «Nous étions incroyablement motivés. Déjà, les incidents du Caire, que nous avions ressentis comme une profonde injustice, avaient décuplé notre envie de vaincre et d’aller au Mondial. De plus, nous avions faim de participer au plus grand rassemblement de football au monde. Donc, je pense que ça s’est joué plus sur le mental que sur la tactique ou la technique. Personnellement, je ne m’imaginais pas me lever le lendemain dans la peau du vaincu. Si cela avait été le cas, c’aurait été comme si j’avais perdu un être cher.»

«Chaouchi a été en retard parce qu’il… faisait la sieste» 
Même ses coéquipiers et lui étaient stressés, ils ne ressentaient pas une pression extraordinaire, surtout que la perspective de la présence de supporters algériens au stade les avaient rassurés. Yahia nous a narré une anecdote à ce sujet : «Alors que nous étions montés dans le bus pour aller au match, nous nous sommes aperçus de l’absence de Faouzi Chaouchi. Nous l’avons signalé à Hassen Benhadji, l’entraîneur des gardiens de but, qui a couru le chercher dans sa chambre. Quelques minutes plus tard, Faouzi est monté dans le bus avec la tête de quelqu’un qui venait tout juste de se réveiller. Il faisait encore la sieste ! ’’C’est déjà l’heure du match ?’’, a-t-il demandé dans le bus, d’un air détaché, alors que nous rigolions tous de lui. Au final, il nous a sorti une superbe prestation. Cela démontre la confiance et la sérénité qui caractérisait le groupe.»

«Dans un match décisif devant le public algérien, tu te surpasses forcément» 
De ce jour mémorable, l’ancien capitaine des Verts retient une chose : le public. «Quand tu joues devant les supporters algériens, tu te surpasses forcément, surtout lorsqu’il s’agit d’un match décisif. Il ne s’agit pas de jouer 5, 10 ou 20 matches, mais un seul dans lequel il faut se donner à fond. Le public algérien est une formidable source de motivation et toutes les générations successives de Verts ont eu à le constater. C’est un peuple qui mérite qu’on donne tout pour lui.»

Publié dans : algerie en coupe du monde

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Opposés à Liverpool en 8e de finale de la LDC, Brahimi et le FC Porto vont-ils se qualifier pour les quarts ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3938 17/12/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir