Interview

Joseph Antoine Bell : «L’Algérie est le favori mais si j’étais Algérien, je me méfierai quand même du Cameroun»

«Belloumi, Madjer, Assad et Kourichi derrière. Des talents qui formaient une grande équipe !»

Auteur : samedi 08 octobre 2016 17:05

Élu meilleur gardien africain de tous les temps, Joseph Antoine Bell, qui a connu trois grosses générations du football camerounais, nous a promis cette interview. Chose promise chose due puisqu’en vrai Lion, l’ex-double champion d’Afrique avec le Cameroun nous a appelé pour nous accorder cet entretien exclusif. «Je vous l’ai promis, vous m’appelez de la part de Kalla, il n’y a pas de problèmes, posez vos questions.» Nous disait-il d’emblée pour nous rassurer avant de se livrer au jeu de questions-réponses proposé par Le Buteur. Farouche défenseur des footballeurs africains il appelle à faire de ce duel au sommet une réussite et donner la meilleure image du continent.   Entretien.

 

Un match important attend votre équipe contre l’Algérie, dimanche. Vous croyez que c’est déjà une confrontation décisive pour la suite des éliminatoires CM-2018 ? 
Je pense qu’on ne peut pas dire déjà que c’est un match décisif. Il sera forcément important pour la suite du parcours parce que l’équipe qui gagnera, non seulement elle aura évidemment marqué des points mais aussi elle aura forcément plus de confiance pour aborder les autres matchs qui s’annoncent difficiles. On peut aussi parler d’un ascendant pour la suite. 
Vous avez affronté l’Algérie par le passé. Quels souvenirs gardez-vous de ces confrontations face à des amis algériens, on va dire ?
Oui, exactement, c’étaient des amis qu’on croisait surtout en championnat de France. Après, je crois qu’il n’y a jamais eu de matchs faciles entre le Cameroun et l’Algérie et il n’était jamais facile ni évident de prédire le vainqueur tellement c’était serré et d’un niveau très élevé. Je me rappelle encore en 1984, lorsque nous avions éliminé l’Algérie on était presque sûrs de gagner la CAN. Parce que battre une grande équipe en demi-finale donnait forcément de la confiance pour aborder la finale, et gagner un grand match contribue certainement à établir un respect pour notre équipe. 
L’Algérie est un groupe qui est ensemble depuis au moins deux ans, contrairement au Cameroun qui est en pleine reconstruction. Quel sera le favori selon vous dans cette rencontre ?
Je dirais qu’en ce moment l’Algérie est bien favori dans ce match de dimanche, je suis d’accord, mais ça serait une grossière erreur de la part des Algériens de sous-estimer le Cameroun ou de croire que la partie sera facile à Blida. On sait bien que l’Algérie a de très bonnes individualités, donc cela sera pénible pour les deux équipes parce qu’un Camerounais ne s’avoue jamais vaincu, vous comprenez ?
Oui, mais d’après Rabah Madjer, l’Algérie n’a jamais été aussi bien placée pour battre cette équipe du Cameroun. Est-ce votre avis ?
Je crois que Rabah Madjer a dit exactement ce que je viens de dire en d’autres mots. Oui, l’Algérie est bien placée pour battre le Cameroun et mettre fin au signe indien face à cet adversaire qui ne lui a jamais réussi même s’il n’y a pas eu beaucoup de confrontations. Je crois qu’il n’a pas voulu dire tout à fait ouvertement qu’en ce moment la confrontation serait plutôt déséquilibrée. 
Certains disent que si on ne bat pas le Cameroun comme il est cette année, on ne parviendra jamais à le faire. Une réaction ?
Effectivement, si l’Algérie ne gagne pas le Cameroun en ce moment, cela signifierait qu’elle aura vraiment du mal à battre le Cameroun dans sa vie (rires).  C’est pour ça que je vous ai dit que Madjer  a parfaitement raison, son analyse est juste. 
On parle beaucoup d’individualités et de grands joueurs en équipe d’Algérie, mais est-ce que cela peut faire la différence ou faire une grande équipe ?
Je crois plutôt que si on pose la question comme ça, on risque de ne pas présenter un vrai débat parce que ce n’est jamais interdit qu’un groupe de grands joueurs forment une très belle équipe ou une grande équipe. C’est vraiment un malheur de croire que les individualités ne font pas une équipe, parce que sans les Assad, Belloumi, Madjer et les autres, l’Algérie n’aurait jamais eu une grande équipe. Actuellement, c’est indiscutable, l’Algérie dispose de très bons joueurs qui lui permettent de bâtir une équipe performante. 
Madjer dit que la qualité des gardiens comme Nkono ou vous-même faisait la différence parfois dans des matchs qui se jouent sur des petits détails…
Il n’est pas loin de la vérité (rires). Je crois que Madjer sait de quoi il parle, le continent africain contient de grands joueurs. Rabah a joué au grand niveau et a eu à affronter Nkono et moi-même, donc il sait de quoi il parle. C’est vrai, c’était un détail important face aux grandes nations comme l’Algérie. Ça nous permettait de faire la différence à ce niveau-là. 
Mbolhi, vous l’avez suivi en Coupe du monde. Un mot sur ce gardien ?
C’est un très bon gardien de but, il est resté numéro un pendant des années, cela prouve qu’il est assez performant même s’il ne joue pas trop en club. Vous savez, un gardien lorsqu’il est bien entraîné, il peut vite reprendre ses repères. 
Vous êtes un vrai connaisseur du foot africain. Que pensez-vous de la progression de l’Algérie qui revient de très loin ?  
D’abord, j’étais vraiment surpris de voir pendant des années l’Algérie absente des grands rendez-vous  mais bon, l’Algérie est un pays de football, et maintenant les choses commencent à bien se corriger. Les Algériens savent jouer au football, c’est indéniable. Et depuis quelques années, je pense qu’ils sont revenus sur la scène africaine et internationale et ça me fait personnellement plaisir de voir un pays du continent bien représenté à travers des grands joueurs qui évoluent dans les meilleurs championnats du monde. 
Vous avez connu des grands joueurs algériens lorsque vous avez joué pendant des années en Ligue 1 française. On dit que Dahleb est inégalable, votre réaction ?
Je crois que cela est valable pour tous les grands joueurs africains qui ont brillé en Europe. Ils sont tous inégalables sur un terrain de football. Mais lorsqu’on parle de Moumous (Dahleb), c’est la classe. En plus d’être un grand joueur, Dahleb était aussi inégalable en dehors du terrain, une personnalité fantastique. Je dois à travers votre journal saluer mes amis algériens, surtout mon ami Mustapha  Dahleb, Belloumi, Rabah Madjer, Nourredine Kourichi et les autres. Ils étaient tous des grands professionnels. Je salue aussi le peuple algérien, connaisseur et assez attaché à son équipe nationale. 
Revenons au match de demain. Croyez-vous que le Cameroun peut surprendre à Blida, un stade qui n’a jamais connu la défaite des Verts ?
Je répondrai comme suit, il ne faut surtout pas croire que le match est déjà joué. C’est vrai que Madjer a raison en disant que l’Algérie est devant une énorme occasion pour enfin battre cette équipe du Cameroun mais il ne faut pas considérer que la partie sera facile. On a envie de bien commencer nous aussi. Ne croyez pas que c’est déjà gagné d’avance. Je dirais que si j’étais algérien, je resterais quand même vigilant parce que ce match peut se jouer sur un petit détail. 
Un petit mot sur ce groupe composé de l’Algérie, la Zambie, le Nigeria et bien sûr le Cameroun ?  
C’est clair qu’il s’agit du groupe de la mort où on retrouve pratiquement des nations championnes d’Afrique, et assez aguerries du contient. C’est difficile de donner un favori, croyez-moi, mais ça promet de très grands matchs. C’est vraiment malin de dire qu’il va décrocher le billet pour la Russie. 
Merci, et on vous laisse le soin de finir, monsieur Antoine Bell ?
J’espère que ça sera un très grand match, et je croise les doigts pour que les spectateurs soient gratifiés d’un beau spectacle et qu’il n’y ait pas de débordements parce que  l’Algérie est  beaucoup plus connue pour son beau football et non pas pour les débordements dans des matchs de football. Restons sportifs et que le meilleur gagne. 

Publié dans : algerie en madjer Cameroun Joseph Antoine Bell

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quelle sélection va le plus vous manquer à la Coupe du Monde 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3910 19/11/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir