Interview

Silva : "Chelsea est cette année le grand favori"

Dans un entretien exclusif avec FIFA.com, David Silva évoque entres autres son rôle de vétéran, les conséquences de la débâcle brésilienne, les qualifications pour l’UEFA Euro 2016 et la nouvelle saison en Angleterre avec les Citizens

Auteur : samedi 18 octobre 2014 14:24

David Silva, la Premier League vient de débuter et Chelsea se dégage déjà en tête, avec Manchester City comme premier poursuivant. Prévoyez-vous un duel entre les deux clubs ?
Chelsea est le grand favori. Cela fait un moment qu’il n’a pas remporté le championnat, il s’est renforcé et a composé une très grande équipe. Il a fait un très bon début de championnat, mais nous sommes là aussi. Il faut voir s’ils connaissent un faux pas… À ce moment-là, il ne faudra pas se louper. De toute façon, je ne vois pas le championnat comme un duel entre nos deux clubs. Manchester United joue de mieux en mieux et je suis certain qu’Arsenal se mêlera à la lutte pour le titre à la fin. La Premier League est un championnat très compliqué. Ça va être serré jusqu’à la fin, comme l’an dernier entre nous et Liverpool.

Diego Costa, votre coéquipier en sélection, a inscrit 9 buts en 7 matches. Êtes-vous surpris par ses débuts en Premier League ? Va-t-il retranscrire sa bonne entente avec Cesc Fábregas en sélection ?
Je ne suis pas surpris par l’adaptation rapide de Diego Costa. C’est un grand joueur et compte tenu de son profil, le style de la Premier League lui convient à merveille. Espérons maintenant qu’il s’adapte à la sélection et qu’il puisse inscrire davantage de buts, sachant que ce n’est pas évident car les adversaires ferment davantage le jeu. À Chelsea, il s’entend très bien avec Cesc. C’est une équipe qui défend bien et qui va très vite en contre, mais en sélection, le jeu est différent. Cesc s’adapte bien aux deux styles de jeu et Costa doit s’y familiariser, mais je suis sûr qu’il va y arriver.

Après l’échec de l’Espagne à Brésil 2014, le débat portant sur le style de jeu est revenu sur la table. Cette façon de jouer vous paraît-elle non négociable ou faut-il trouver des alternatives ?
Avec ce style, nous avons gagné deux Euros et une Coupe du Monde donc je pense que le débat autour du style de jeu n’a même pas lieu d’être. Après, c’est vrai qu’un match est fait de plusieurs phases, en fonction desquelles il est possible d’essayer des variantes différentes. Pourquoi pas ?

Quelques mois après la douloureuse élimination au Brésil, quelle est votre analyse personnelle ?
C’est compliqué de rester tout le temps à un niveau aussi élevé. Les autres équipes veulent vous battre. Au Brésil, les autres jouaient mieux que nous, point final.

Avez-vous été agacé par les critiques au sujet de votre occasion manquée face aux Pays-Bas ?
Je n’ai pas été agacé que l’on me montre du doigt pour cette action (ndlr : à 1:0 pour l’Espagne, Silva a manqué une occasion de 2:0 et les Pays-Bas ont égalisé à 1:1 sur l’action suivante). Il faut dire que le gardien a fait une belle parade. Au bout du compte, ils nous en ont mis cinq donc je ne pense pas que cette occasion ratée soit la cause de notre défaite. Quand les choses ne marchent pas comme on veut, les critiques ne tardent pas à venir, mais il faut aller de l’avant.

À votre retour à la maison, comment avez-vous suivi la Coupe du Monde ?
C’est inévitable, on entend qu’il s’est passé quelque chose et on va voir ça à la télé. Ou bien on suit un match du coin de l’œil, mais après l’élimination, j’ai voulu déconnecter un peu. Toutes les années précédentes, nous étions allés en finale, nous avons gagné trois grandes compétitions et nous avons disputé la finale de la Coupe des Confédérations. À force, on sature. Il faut aussi savoir se reposer pour aborder la saison suivante. On essaie aussi de ne pas trop en parler. Ma famille et mes amis me connaissent et ils le savent, même si parfois, c’est inévitable. Par exemple, je n’ai pas vu la finale en entier, je n’ai vu qu’un bout de la seconde période.

Est-ce étrange de jouer en sélection sans Xavi Hernández ou Xabi Alonso, par exemple ?
Ils me manquent aussi bien sur le terrain qu’en dehors. On a connu tellement de choses ensemble. Ce sont des coéquipiers, des amis, mais c’est la vie. Mon tour viendra dans quelques années et tout ça me manquera. C’est pour ça qu’il faut profiter au maximum de chaque rassemblement de l’équipe nationale. Plus les années passent, plus le plaisir est grand. Maintenant, je comprends les vétérans qui, quand j’étais moi-même un jeune joueur, venaient sur les rassemblements avec une joie immense. On sait que le temps passe et qu’il faut en profiter.

Avec le départ de ces figures, vous faites maintenant partie des vétérans. Comment vivez-vous ce statut ?
Ça fait huit ans que je suis en sélection. J’ai joué deux Euros complets, à la Coupe du Monde en Afrique du Sud j’ai peu joué, au Brésil j’ai joué et à la Coupe des Confédérations aussi. Quand j’ai l’occasion de jouer, je donne le maximum, mais je ne crois pas que mon rôle en sélection ait changé suite au départ de certains coéquipiers. La seule chose qui change, c’est que je suis plus vieux, mais les jeunes qui arrivent sont prêts. Nous avons de très bons joueurs qui arrivent et nous espérons qu’ils vont franchir le cap nécessaire pour gagner des titres.

Les qualifications pour l’UEFA EURO 2016 ont débuté. Il y a eu du bon, avec les victoires face à la Macédoine et au Luxembourg, mais aussi du mauvais, avec la défaite en Slovaquie. Avez-vous la sensation que vous devez retrouver la confiance des supporters ?
Je ne sais pas si les supporters nous observent de plus près. Les critiques font partie du jeu. Il y en a quand on gagne, alors quand on perd, je vous laisse imaginer. Ce qui est difficile en qualifications, c’est que les gens pensent que la victoire est presque acquise alors que nous affrontons des adversaires redoutables, comme la Slovaquie. Nous allons avancer progressivement, en essayant de bien faire les choses, comme nous l’avons toujours fait, et de nous qualifier pour le prochain Euro.

Un entretien accordé à FIFA.com

Publié dans : Manchester City Espagne David Silva

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quelle sélection va le plus vous manquer à la Coupe du Monde 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3908 17/11/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir