Interview

Lamouchi : "J'ai l'impression que je serai toujours critiqué"

Depuis deux ans qu'il est sélectionneur de la Côte d'Ivoire, Sabri Lamouchi n'est pas épargné par les critiques malgré une qualification acquise pour la Coupe du Monde

Auteur : mardi 10 juin 2014 11:36

Sabri Lamouchi, que savez-vous du Japon, votre première adversaire lors de cette Coupe du Monde, le 14 juin à Recife ?
J’ai regardé ses deux derniers matches amicaux, face à Chypre (1-0, le 27 mai) puis au Costa Rica (3-1, le 3 juin). Cela m’a conforté dans mon opinion. Le Japon est une bonne équipe, qui a l’habitude des phases finales de Coupe du Monde. Elle possède une vraie qualité technique, ses joueurs sont vifs et certains, comme Nagatomo (Inter), Honda (AC Milan) ou Kagawa (MU, évoluent dans de grands clubs européens. Le premier match est toujours important. Si nous le gagnons, cela nous permettra d’envisager la suite sereinement.

Le groupe de la Côte d’Ivoire, où figurent également la Grèce et la Colombie, est parfois présenté comme étant plutôt facile pour votre sélection...
C’est une erreur de penser cela ! Si on connaît le football, on peut effectivement dire qu’il est ouvert, serré, mais certainement pas facile. Je pense que les quatre sélections se valent. Chacune a son style, chacune a ses chances de passer le premier tour. Pour moi, le favori est la Colombie, même si Falcao n’est pas là. Cette équipe a de la qualité offensive. La Grèce sera aussi un adversaire compliqué, car c’est une équipe difficile à jouer, très solide défensivement.

Il n’empêche que par rapport aux deux Coupes du monde précédentes, les Eléphants ont été un peu plus épargnés par le sort...
Notre ambition, c’est de passer le premier tour, ce que la Côte d’Ivoire n’a jusqu’à maintenant jamais réussi à faire. En deux ans, j’ai apporté mes idées, mes méthodes, et je peux vous assurer que nous travaillons très bien. La sélection a été ouverte à de nouveaux jeunes joueurs, comme Sio, Dié, Akpa-Akpro, Aurier et Djakpa. Car il s’agit aussi de préparer l’avenir. Il y a, c’est vrai, de très grands joueurs dans cette sélection. Des joueurs de classe internationale, comme Yaya Touré, Drogba ou Gervinho, par exemple. Mais cette génération n’a encore rien gagné, et il faudrait essayer de savoir quelles en sont les raisons.

Vous êtes beaucoup critiqué, alors que depuis votre nomination en mai 2012, la Côte d’Ivoire n’a perdu que trois fois. Comment vivez-vous ces attaques ?
Cela peut me toucher, c’est normal. Mais je n’ai jamais baissé les bras. J’ai parfois le sentiment que je serai toujours critiqué par certaines personnes, quoi que je fasse. Quand j’ai été nommé, j’ai compris qu’on se pose des questions sur mon inexpérience, car je n’avais jamais entraîné. On m’a aussi attaqué sur mon salaire, sur la qualité de jeu de l’équipe. En Côte d’Ivoire, la sélection ne représente pas seulement un enjeu sportif. Mais j’ai aussi l’impression qu’à travers moi, on vise Sidy Diallo, le président de la fédération.
 

Publié dans : Côte d'Ivoire Sabri Lamouchi Mondial 2014

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quelle sélection va le plus vous manquer à la Coupe du Monde 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3911 20/11/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir