Nostalgie

Passarella, le "Gran Capitán"

Le libero le plus offensif de l'histoire du football argentin a terrorisé plusieurs générations de gardiens.

Auteur : mercredi 02 mars 2016 17:48

Daniel Passarella a été un défenseur rugueux, du genre à faire hésiter le plus intrépide des attaquants. Mais il était redouté partout sur le terrain : avec un pied gauche exceptionnel et une détente verticale à faire pâlir d'envie n'importe quel basketteur, le libero le plus offensif de l'histoire du football argentin a terrorisé plusieurs générations de gardiens.

Il était reconnaissable par de nombreux signes distinctifs : sa gestuelle aride, son pied gauche diaboliquement précis face au but et bien sûr son brassard de capitaine. Mais l'image qui passera à la postérité, c'est celle du capitaine comblé, juché sur les épaules d'un coéquipier, le numéro 19 dans le dos et la Coupe du Monde dans la main, au creux du Stade Monumental si cher à son cœur. "Soulever cette coupe, c'est comme ressentir un orgasme permanent", confiera-t-il plus tard à FIFA.com.

Né pour gagner
Ne nous attardons pas sur la longue liste de titres et de récompenses qui ont parsemé la longue carrière de Passarella. Le plus parlant reste de citer Diego Maradona, qui n'a pas toujours été dans les meilleurs termes avec le Gran Capitán. Lorsqu'il évoque le premier Argentin à avoir soulevé la Coupe du Monde de la FIFA, c'est en ces termes, qui se passent de commentaire : "Je n'ai jamais vu de meilleur défenseur de toute ma vie, ni de meilleur joueur de tête, aussi bien en attaque qu'en défense".

Ce n'est pas pour rien si Passarella a été désigné parmi les meilleurs joueurs de l'histoire du football, regroupés dans la prestigieuse liste FIFA 100. Et ce n'est pas par hasard s'il a inscrit la bagatelle de 99 buts dans le championnat d'Argentine et s'il a dominé la série A italienne, le championnat qui abrite les meilleurs défenseurs de la planète. "J'ai toujours senti des picotements nerveux, comme un chatouillement, avant de jouer. Mais au moment de poser le pied droit sur la pelouse, comme je le faisais toujours, je me transformais. J'oubliais tout, je ne pensais plus qu'à gagner."

Par son attitude et la confiance qui l'animait, Passarella a rapidement convaincu César Luis Menotti, chargé de créer une équipe capable de se mêler à la lutte pour le titre mondial à domicile. "Je n'ai jamais douté qu'il fallait lui donner le brassard de capitaine, son influence sur les autres et son professionnalisme étaient remarquables. C'était un véritable meneur d'hommes", a affirmé plus tard le sélectionneur. Passarella lui a rendu cette confiance de la manière qui était la sienne, en sachant guider la sélection à travers les sept matches de la compétition jusqu'à la victoire sur les Pays-Bas en finale.

Toutefois, en cette froide journée du 25 juin 1978, la joie ne devait pas totalement éclipser le tempérament rugueux du capitaine, qui allait mettre à profit ses talents de défenseur pour protéger le trophée avec véhémence. Selon les propres termes de Mario Kempes, le meilleur buteur du tournoi, "Daniel ne voulait laisser la Coupe à personne. Je ne l'ai même pas touchée. Fidèle à son style, avec les coudes en protection, il la protégeait contre tout le monde. Il est allé jusqu'à refuser de la donner au représentant de la sécurité qui était venu la chercher au vestiaire !"

Mexique 1986, l'espoir puis le terminus
Après l'échec d'Espagne 1982, malgré deux buts du capitaine face au Salvador et à l'Italie, l'objectif de Passarella était clair : mettre un terme à son immense carrière sur un baroud d'honneur avec la sélection à l'occasion de Mexique 1986. Pourtant, le destin en avait décidé autrement. À cause d'un virus intestinal, qui l'obligera à quitter l'équipe pendant huit jours pour être hospitalisé, c'est depuis le banc qu'il assistera à la seconde épopée victorieuse de l'Albiceleste et au premier but de la finale face à l'Allemagne, inscrit par son remplaçant dans l'équipe, José Luis Brown…

C'est El Gran Capitàn lui-même qui le confie : "Il y avait un petit banc dans la chambre où je dormais. La nuit, je l'emportais jusqu'au terrain d'entraînement, je m'asseyais dessus, et je restais là à pleurer pendant des heures".

Et pourtant, lors de Mexique 1986, Passarella a joué un rôle clé dans la campagne victorieuse de l'Argentine. Lors du dernier match décisif pour la qualification face au Pérou à Buenos Aires, l'Argentine avait besoin d'un point pour composter son billet. À la mi-temps, les Incas menaient à la marque, 2:1, dans un Stade Monumental assommé. "Dans le vestiaire nous étions tous silencieux", rappelle Passarella. "Avant le match, nous avions proposé à notre préparateur physique, 'Prof' Echeverria, qu'il s'achète un appartement avec nos primes de qualification."

"Pour nous donner du courage, je me suis levé, j'ai donné une tape dans le dos du Prof et je lui ai dit qu'il pouvait être tranquille. Nous allions nous qualifier pour qu'il puisse se payer cet appartement." Sitôt dit, sitôt fait. Quelques minutes avant la fin de la rencontre, Passarella lui-même a fait sonner la révolte. Lors d'une nouvelle offensive dans la surface péruvienne, une tête du capitaine percute le poteau avant de revenir sur Ricardo Gareca, qui n'a plus qu'à le pousser dans le but vide pour assurer la qualification.

"Malgré ma médaille de champion du monde et ma présence au sein de l'équipe lors la cérémonie de récompense à Mexico, je ne peux me sentir champion que lorsque j'ai gagné le titre sur le terrain", admettra Passarella des années plus tard. Toutefois, malgré cette expérience douce-amère, ses statistiques en phase finale de Coupe du Monde de la FIFA parlent en sa faveur : 12 matches disputés, 7 victoires, 4 défaites et 1 nul, 3 buts marqués, un trophée soulevé en tant que capitaine et un autre en tant que remplaçant.

Mais plus important encore que tous les chiffres, Passarella s'est forgé une légende, celle d'un défenseur redoutable jouissant du respect des attaquants aussi bien que des gardiens de but adverses. Un grand capitaine.

                                                             IN FIFA.com

Publié dans : Passarella

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quelle sélection va le plus vous manquer à la Coupe du Monde 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3913 22/11/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir