Ligue 1 & 2

MCA : Seguer : «L’arbitre m’a privé d’un penalty indiscutable que tout le monde a vu, sauf lui»

«La pilule est plus facile à digérer car on a été éliminés de manière extra-sportive»

Auteur : mardi 26 septembre 2017 22:22

Très marqué par cette élimination surprise en Coupe de la CAF face au Club Africain dans des conditions extrêmes, Mohamed Seguer revient sur l’arbitre de la rencontre qui l’a privé d’un penalty indiscutable qui aurait pu changer totalement la donne. Pour l’ex- Usmiste, l’heure est à la remobilisation en vue du périlleux déplacement à Constantine pour affronter le Chabab local.

Vous devez être très abattu, après cette cruelle désillusion vécue à Radès…
C’est vraiment une cruelle désillusion. Je dirais même que c’était un cauchemar qu’on a vécu au stade Radès. Jamais j’aurais pu penser qu’on allait être confronté à une telle hostilité de la part des Tunisiens. Ce qui aurait dû être une fête du football Maghrébin a viré au vinaigre, à cause du comportement de notre adversaire et de l’arbitre de la rencontre qui a offert la qualification au Club Africain. C’est le terme adéquat à cette situation qui reflète le mal du football africain.
Justement, vous avez été privé d’un penalty indiscutable en seconde période qui aurait pu offrir la qualification à votre équipe, non ?
Absolument. Il y avait un tacle d’un défenseur sur moi plus une faute de main dans la surface de réparation. J’aurais dû bénéficier d’un penalty indiscutable mais l’arbitre de la rencontre en a décidé autrement. Tout le monde a vu la faute, sauf le referee et ses adjoints. A ce moment, je savais qu’on n’avait aucune chance d’inverser la tendance car tout était planifié d’avance. C’était inconcevable qu’à ce niveau de la compétition, on puisse avoir droit à un tel arbitrage. Tous les sacrifices qu’on a consentis durant des mois se sont écroulés en l’espace d’une rencontre.                                                                         
Certains vous rendent coupables sur le deuxième but, après la perte de ballon qui a permis aux Tunisiens de signer le but assassin…        En toute sincérité, je ne me sens pas coupable sur le deuxième but car j’ai perdu le ballon dans la surface adverse, pas dans une zone dangereuse proche de notre périmètre de sécurité. Alors, je ne veux pas prêter attention à tout ce qui se dit.                                     
C’est le travail et les sacrifices donc de six mois qui viennent de partir en fumée…
Je ne vous le fais pas dire. C’est frustrant car il y avait largement de la place pour passer le cap et atteindre le carré d’as. Mais on a été éliminés de manière extrasportive.
Ne craignez vous pas une certaine démobilisation, après cette élimination aux conséquences fâcheuses ?
Certes, cette défaite fait très mal car pour atteindre les quarts de finale, on a vraiment trimé. Mais la douleur est moins vivace dans la mesure où on a été éliminés de manière injuste. On n’a pas été battus par plus forts que nous. Nous avons été meilleurs que notre adversaire sur les deux manches mais l’arbitrage est venu mettre son grain de sel pour faire basculer la rencontre dans une dramaturgie. D’ailleurs, constatant la supercherie, nos supporters nous ont applaudis à l’issue du match. Ils ont constaté de visu qu’on ne pouvait rien faire face à un arbitrage aussi scandaleux et face à l’attitude de notre adversaire.
­­Vous allez pourtant devoir vousremobiliser pour le championnat avec ce match périlleux contre le CSC qui s’annonce très compliqué, surtout dans l’état actuel des choses…
C’est vrai qu’on est atteint moralement, après une telle élimination. Mais on va se remobiliser pour le rendez-vous de ce vendredi contre le CSC qui s’annonce très difficile. Malgré tout cela, on va se rendre au stade Hamlaoui avec l’envie et la détermination de réaliser une belle performance. On va se battre avec nos tripes pour obtenir au moins le point du match nul, si ce n’est les trois points de succès. On veut rebondir très vite et pour tourner la page, il n’y a pas mieux qu’un succès.
Vous restez sur un échec face à cette équipe du CSC qui réalise un très bon début de saison…
On connaît la qualité de cette équipe du CSC qui est dans une spirale positive. C’est vrai qu’on a perdu la saison dernière au stade Benabdelmalek, c’était très difficile face à une équipe qui luttait pour son maintien. Mais on sait qu’aucun match ne ressemble à un autre. On sait aussi qu’on a les atouts pour réaliser une belle perf’. On n’a pas le choix, si on veut retrouver le chemin du succès. Il y a le championnat qui est un objectif majeur. A nous de mettre les bons ingrédients pour recoller au peloton de tête.

 

 

Publié dans : mca Seguer

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Pensez-vous qu’il faut laisser du temps à Lucas Alcaraz à la tête de la barre technique de l’EN ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3879 19/10/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir