Ligue 1 & 2

ESS : L’Entente comme on l’aime

Les joueurs ont fait preuve d’une grande maîtrise du jeu.

Auteur : Khalil L. samedi 28 octobre 2017 20:29

L’Entente de Sétif a réussi un grand coup avant-hier à Oran en allant damant le pion au MCO, empochant par la même trois précieux points qui lui ont permis de remonter la pente et de se positionner juste derrière le leader, le CSC, qui a marqué le pas à domicile face à l’OM. C’est une victoire très importante que vient de réaliser les Sétifiens et ce, à plusieurs niveaux. Sur le plan sportif, comme on vient de l’indiquer, l’ESS a grimpé vendredi à la deuxième place sans tenir en compte les résultats de la journée d’hier. Et c’est un succès réalisé à l’extérieur, le premier de la saison après trois sorties ponctuées par deux matchs nuls respectivement face au MCA et au CRB et une défaite contre le CSC.
Les joueurs ont fait preuve d’une grande maîtrise du jeu
Cette victoire confirme en même temps la suprématie de l’Entente sur le MCO à Oran et en dehors de Sétif puisqu’il s’agit du neuvième succès des gars d’Aïn Fouara face aux Hamraoua en 13 confrontations. L’équipe de Madoui n’a fait donc que perpétuer la tradition à Zabana. Par la même, les joueurs ont confirmé vendredi qu’ils avaient dépassé la défaite à Constantine. Ils ne se sont montrés guère affectés par cet échec. Bien au contraire, ils ont affiché une grande volonté et une grande détermination. «J’ai une confiance totale en mes joueurs», répétait Madoui durant la semaine qui a précédé le match, comme s’il était sûr qu’ils allaient réagir de la sorte. Ils étaient très concentrés et ont fait preuve d’une grande maîtrise du jeu, même si le MCO est revenu dans le match en seconde période.
Zeghba, monsieur 70%
Il est vrai que tous les joueurs de l’ESS ont été au rendez-vous et à la hauteur de ce défi, mais un homme s’est particulièrement distingué parmi l’effectif sétifien, il a pour nom Zeghba. Celui-là même qui a été décrié après le match face au CSC suite à sa bourde qui a engendré la défaite concédée à Hamlaoui, dans les dernières minutes du temps réglementaire. Après avoir été responsable de cet échec à Hamlaoui, le portier de l’Entente a vite réagi en contribuant largement au succès ramené d’Oran. On ose même dire qu’il a été l’un des principaux artisans de cette victoire en faisant trois arrêts décisifs à des moments cruciaux de la partie. Il a fait deux superbes arrêts en première mi-temps en sauvant son équipe de deux buts certains qui auraient pu faire revenir le MCO très tôt dans le match, et un autre juste avant le second but de l’Entente, un arrêt qui vaut deux buts si le MCO avait marqué, car il aurait fallu à l’ESS de marquer deux fois de suite pour gagner. En plus de ces arrêts décisifs, Zeghba a été très présent sur le terrain en rassurant tout le monde. On dit que le gardien de but est monsieur 50%, mais Zeghba a été vendredi monsieur 70%, sans exagération.
Madoui a vu juste
Le gardien de l’Entente n’aurait jamais eu une telle opportunité de se racheter et de se refaire une santé sans la confiance d’un homme qui lui a donné cette chance. C’est évidemment son coach qui a décidé, juste après la défaite face au CSC, de le reconduire devant le MCO en lui renouvelant sa confiance pour se racheter. Madoui a vu juste et Zeghaba lui a donné raison. S’il l’avait écarté, comme l’auraient fait certains techniciens, il l’aurait enterré. Mais en l’alignant vendredi, il l’a ressuscité. C’était un défi que les deux hommes, Madoui et Zeghba, ont relevé.
Haddouch-Djabou-Bakir, la force de frappe
D’autres joueurs se sont illustrés avant-hier plus que les autres, et il s’agit notamment de Zakaria Haddouch, auteur des deux buts de son équipe. Un joueur extraordinaire, qui a la faculté d’endosser un profil de défenseur sans le moindre souci quand on le lui demande et de se transformer en un attaquant redoutable juste après. Et à tout honneur tout seigneur, Djabou fut égal à lui-même. Un véritable stratège qui fait ce qu’il a voulu sur le terrain. Avec ses dribbles déroutants, il a donné du tournis à la défense oranaise qui avait du mal à le museler. Encore une fois, l’on s’interroge sur les raisons de sa non convocation en sélection, c’est vraiment intriguant. Il ne faut pas oublier un jeune qui monte et qui ne fait pas trop de bruits tout en se montrant très efficace, à savoir Islam Bakir qui, avec Haddouch et Djabou, constituent la force de frappe de l’équipe.
A Hamlaoui avec un moral au beau fixe
En fin, et comme on n’a cessé de le répéter, le match de vendredi passé allait avoir inévitablement un impact sur la finale de la Supercoupe d’Algérie. L’Entente a évité la défaite et la crise en même temps. Ella a fait mieux, en gagnant et cela lui permet d’aborder la finale du 1er novembre dans les meilleures conditions possibles. C’est avec un moral au beau fixe et une confiance retrouvée que les troupes de Madoui vont fouler mercredi prochain la pelouse du stade Hamlaoui, à l’occasion du premier grand défi de la saison, la Supercoupe d’Algérie qui est le premier objectif de l’ESS durant l’exercice en cours.

Publié dans : ess madoui Zeghba

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quelle sélection va le plus vous manquer à la Coupe du Monde 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3910 19/11/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir