Ligue 1 & 2

CRB - Amrani: «Je n’ai pris aucune décision concernant mon avenir»

«Mon avenir au Chabab ? Je n’ai encore rien décidé»

Auteur : Synthèse A. A. mercredi 12 juin 2019 13:37

L’entraîneur du CRB Abdelkader Amrani a été l’invité spécial à El Heddaf TV, suite à la consécration de son équipe en Coupe d’Algérie. Le coach est revenu sur cette saison exceptionnelle mais surtout très complexe où l’équipe n’a assuré son maintien que lors des dernières journées du championnat. Et ce n’est pas tout puisque Amrani a aussi évoqué son avenir au sein de la barre technique du Chabab.

«La coupe n’a jamais été un objectif pour nous»
Revenons d’abord sur les objectifs de la saison, Amrani a fait savoir que la coupe n’a jamais été un objectif aux yeux des responsables de Madar : «Je ne vous cache pas que vu notre situation en championnat, la Coupe d’Algérie n’a jamais figuré dans nos objectifs. On était tellement concentrés sur les matchs du championnat que la coupe était pour nous l’occasion de gagner en confiance, rien de plus. Je dirais que le tournant a été lors de la demi-finale face au CSC. C’est à partir de là que nous avons senti qu’il était possible de remporter cette coupe.»  

«Lorsque j’ai pris l’équipe, je doutais vraiment de notre maintien»
Amrani n’a pas caché le fait qu’il était très pessimiste lorsqu’il avait pris l’équipe en main : «La situation dans laquelle se trouvait le CRB nous a tous rendus très pessimistes. Moi-même, j’avais vraiment des doutes. Ce qui m’inquiétait, c’était le niveau des joueurs qu’il y avait. On ne va pas se voiler la face mais il y a des joueurs qui n’ont pas le niveau pour jouer au CRB. J’ai trouvé aussi à mon arrivé une équipe décimée. Il y avait un énorme déficit à tous les niveaux et il fallait tout reconstruire de nouveau. On avait tous misé sur un renfort de qualité lors du mercato hivernal.»

«Je m’étais entendu avec Allik pour résilier mon contrat si les résultats n’avaient pas suivi»
Abdelkader Amrani a dévoilé pour la première fois les modalités du contrat lorsqu’il a pris en main l’équipe : «Je me suis entendu avec Allik pour résilier mon contrat, après 2 mois, dans le cas où les résultats ne suivraient pas. Je n’aurais jamais accepté l’idée de toucher de l’argent  si ma venue n’aurais servi à rien. Je suis un homme honnête et c’est comme ça que j’ai toujours travaillé.»

«La venue de Bouchar et de Saâyoud nous a apporté un plus»
Revenant sur le recrutement effectué en janvier dernier, Amrani dira ceci : «Je dois dire que l’une des clés de la réussite est le renfort que nous avons effectué lors du mercato hivernal. Il y a eu d’abord la venue de Bouchar. C’est un joueur que je connais car nous avons travaillé ensemble à Sétif. Certes, il était en manque de compétition, mais je savais qu’il avait de grandes qualités. C’est le même cas pour Saâyoud qui n’avait pas beaucoup joué à l’USMA. Mais je connais ses qualités. J’ai misé sur eux et ça a marché au final.»

«Plusieurs joueurs avaient refusé de venir en janvier dernier»
Dans ce même contexte, le coach Amrani nous ajouta ceci : «Je dois dire aussi que de nombreux joueurs que nous avons sollicités l’hiver dernier avaient refusé de venir au club. Ils avaient refusé de signer pour un club qui avait de grande chance de terminer en Ligue 2 en fin de saison. C’est pour vous dire que la situation était vraiment difficile car on avait du mal à recruter des joueurs.»

«En 6 mois de travail avec Allik, j’ai découvert un grand homme»
Pour ce qui est de la relation de confiance qu’il y avait entre lui et Allik, Amrani dira ceci : «Je connais Allik pour avoir travaillé avec lui en 2007 mais on ne s’était pas beaucoup vus. Il était président et on se voyait rarement contrairement à cette fois. Je dirais que j’ai découvert un grand homme. On partage beaucoup de points en commun. Il me consultait aussi sur l’ensemble des points et on se parlait beaucoup. A mes yeux, l’une de la réussite du CRB est la gestion de Allik. Lorsque je parle de Allik, je parle aussi du P-DG de Madar qui lui aussi était aux soins.»
 
«La veille de la finale, j’ai employé un autre ton avec mes joueurs»
Revenant à la préparation de cette finale de coupe, le coach a confié ceci : «Trop de choses ont été dites sur cette finale, comme quoi nous étions les favoris. J’ai constaté que l’ambiance était trop détendue chez mes joueurs. Cela m’a poussé à utiliser un autre ton. Je me suis réuni avec eux pour les sensibiliser en leur faisant savoir qu’on pouvait perdre facilement cette finale. J’ai dû remobiliser le groupe pour les remettre dans le match.»

«A mes yeux, il y avait faute sur le but de la JSMB»
Pour ce qui est du but refusé à la JSMB, le coach a dit clairement : «Je vais être honnête avec vous. A mes yeux, il y avait faute sur le but. Je suis d’ailleurs persuadé que l’arbitre avait sifflé, avant que l’attaquant de la JSMB ne marque le but. Je ne sais pas s’il a sifflé sur le geste acrobatique de l’attaquant béjaoui ou bien il y avait faute bien avant cette action. Mais le fait que l’arbitre ait sifflé, c’est qu’il y avait faute à mes yeux.»

«Un avenir radieux attend Bousseliou»
Amrani n’a pas pu s’empêcher de parler du jeune prodige belouizdadi Bousseliou qui a brillé lors de cette finale : «Il  a beaucoup de qualités. Il est vrai que je le conseille souvent car il est jeune. Je lui prédis un avenir radieux. Il doit travailler davantage pour progresser. C’est un gentil garçon qui peut faire parler de lui dans un avenir proche.»

«9 joueurs seront libérés»
Au lendemain de cette finale, Saïd Allik s’est réuni avec Amrani, afin de débattre du bilan de la saison. A ce sujet, le coach dira : «Je me suis entretenu pendant 2h avec Allik sur le bilan de la saison. Je lui ai donné 9 joueurs sur la liste des libérés. J’ai aussi abordé plusieurs points qui concernent le recrutement car le club doit effectuer un renfort de qualité au niveau des différents compartiments du jeu. Le CRB jouera sur plusieurs fronts.»

«Il n’est pas de mes prérogatives de parler de la politique du club»
Concernant le conflit qui existe entre Allik et le P-DG de Madar, le premier responsable du staff technique dira : «Ecoutez, je vais être honnête avec vous. Je ne me suis jamais mêlé des problèmes administratifs car ce n’est pas de mes prérogatives. Je suis l’entraîneur et je me limite uniquement au volet technique. Pour le reste, c’est à Allik de les gérer. C’est pour cette raison que je n’ai pas une idée précise sur ce qui s’est passé réellement entre Allik et les dirigeants.»

«Je n’admets pas que certains veulent effacer tout ce que Allik a fait au Chabab»
Par ailleurs, Amrani a été invité à donner son point de vue sur la tension qui a pensé récemment sur Allik : «Je ne sais pas où réside le problème. En tous les cas, tout ce que je peux vous dire, c’est que  Allik ainsi que les responsables de Madar ont tous fait du bon travail. Je n’admets donc pas qu’on vienne effacer tout ce qui a été fait jusque-là. Allik a effectué un travail remarquable et ce serait injuste de venir tout effacer après cette belle saison couronnée par une Coupe d’Algérie.»

«Mon avenir au Chabab ? Je n’ai encore rien décidé»
Le premier responsable du staff technique du Chabab de Belouizdad a été interrogé par la suite sur son avenir au club. Amrani a confié qu’il n’a pour l’instant pas tranché : «Je ne vous cache pas que je n’ai pris aucune décision sur mon avenir. Il y a des chances que je parte mais il y a aussi des chances que je reste. Pour le moment, je vais me reposer, avant de prendre une décision dans les prochains jours.»

«J’ai gardé de très bonnes relations avec les dirigeants du CSC»
Sur son probable retour au CSC, Amrani a nié cela pour la raison suivante : «Je tiens à vous dire que je suis toujours en contact avec les dirigeants du CSC, notamment les responsables de l’ENTP. Il y a un respect mutuel entre nous. Mais je tiens à vous dire qu’à aucun moment, il a été question que je revienne au club. Personne ne m’a parlé d’un probable retour. Tout cela n’a rien de vrai.»
 
«Les offres que j’ai reçues du Maroc et de Tunisie sont bien supérieures à ce que je touche au pays»
A propos de ses contacts du Maroc et de Tunisie, Amrani a confié : «Effectivement, j’ai reçu des contacts du Maroc et de Tunisie. Les clubs en question m’ont proposé un salaire bien supérieur à ce que je touche actuellement au pays. Mais une fois de plus, je n’ai pris aucune décision. Je ne veux pas faire des erreurs lorsque je prends en main une équipe. C’est pour cette raison que je veux prendre tout mon temps, avant de trancher.»

«Ce qui a été dit sur mon salaire est complètement faux»
En dernier lieu, Amrani a tenu à démentir la somme qui a été avancée sur son salaire : «Tout ce qui a été dit sur mon salaire n’a rien de vrai. On a déclaré que je touchais 470 millions par mois au CRB. C’est un salaire exorbitant qui n’a rien de vrai. Je tiens à vous dire que mon salaire est inférieur à des entraîneurs qui ont travaillé au CRB et qui ont quitté le club. Mon salaire est aussi inférieur à plusieurs entraîneurs du championnat, à l’instar de celui de Dumas.»

Publié dans : CRB Amrani Allik

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Le projet d'un amical en Algérie entre les Verts et l'équipe de France, êtes-vous pour ou contre ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
14:50 | 2018-04-20 Arsène Wenger à Arsenal en stats

Le Français en avait 46 quand il a pris les rênes d'Arsenal...

10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Edition PDF

N° 4560 21/09/2019

Archive

Année
  • 2019
  • 2018
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir