Ballon d'OR

Brahimi : «Un honneur de recevoir le Ballon d’Or des mains de Ribéry et Baresi»

«Voilà ce que m’a dit Ribéry.»

Auteur : Saïd Fellak et Hamza Berkaoui mardi 23 décembre 2014 22:21

Malgré une heure très tardive, Yacine Brahimi, tout content de remporter son premier Ballon d’Or a gentiment accepté de nous recevoir dans sa suite à l’hôtel et évoquer avec nous ce triomphe amplement mérité.
Yacine, il est actuellement 1h 25 du matin. Nous venons d’assister à une magnifique soirée du Ballon d’Or au côté de grandes stars du football mondial. Sans grande surprise, le lauréat de cette année 2014, c’est vous. Déjà, on voudrait avoir vos impressions quant à cette consécration amplement méritée…
Effectivement, ce fut une très belle soirée. J’ai eu la chance et l’honneur de recevoir ce magnifique trophée devant tous les membres de ma famille, ma grand-mère, mes parents, mon épouse, ma petite fille, mon frère, mes cousins et cousines. Je remercie vraiment Le Buteur et El Heddaf pour cette superbe cérémonie, mais aussi tous ceux qui ont voté pour moi. Un grand merci à tous les Algériens et à toutes les personnes qui me soutiennent. Ce nouveau trophée me procure beaucoup de joie et va me donner encore plus de motivation pour continuer à travailler et ainsi progresser davantage.
C’est un rêve qui se réalise ?
Oui bien sûr ! Il est certain que c’est une très belle récompense, mais je sais que sans l’aide de mes coéquipiers, que ce soit d’Algérie, de Porto ou même de Granada, je n’aurais sans doute jamais pu recevoir ce trophée du Ballon d’Or. Ça fait vraiment plaisir, même si, comme je le dis toujours, le plus important, c’est le collectif.
On sait Yacine que vous êtes très famille. Aujourd’hui, le Buteur et El Heddaf ont réussi à réunir toute votre grande famille. On a senti chez vous une grande émotion en soulevant ce trophée du Ballon d’Or en présence des êtres qui vous sont chers…
Oui, en effet. Ça me tenait vraiment à cœur que mes proches soient là, présents à mes côtés. C’est vrai, je suis très attaché à la famille et tout le bonheur que je vis en ce moment, je ne peux que le partager avec eux.
C’est peut-être pour ces moments-là que vous avez choisi de défendre les couleurs de l’Algérie et non pas celles de la France ?
Oui, bien sûr. Forcément, ça fait partie des choses qui m’ont encore plus convaincu de défendre les couleurs de mon pays d’origine, même si, dans ma tête, c’était clair dès le départ, à savoir jouer pour l’Algérie et rien d’autre. Aujourd’hui, tout ça conforte mon choix et je suis vraiment très heureux de partager de tels moments dans mon pays, avec ma famille et ma petite fille, qui découvre, pour la première fois, l’Algérie. J’ai vraiment passé de très bons moments et je vous en remercie encore.
Pour sa première visite en Algérie, elle a été gâtée, avec ce beau temps qu’il y avait aujourd’hui…
Oui, il a fait très beau aujourd’hui. La petite était très sage, très calme et je pense qu’elle était très heureuse de voir pour la première fois son pays d’origine. Ce trophée et ce voyage en Algérie, resteront vraiment gravés dans ma mémoire.
En début d’après-midi, vous avez fait un saut à l’hôpital Mustapha Pacha où vous avez eu à rencontrer quelques enfants malades auxquels vous avez offert des cadeaux…
C’était vraiment important pour moi, même si, au fond, je sais que ce n’est pas grand-chose et que je pourrais faire plus, mais voilà, ce sont des choses qui me tiennent à cœur, car tomber malade, ça peut arriver à tout le monde. Donc, si je peux apporter un peu de bonheur à ces enfants, je le ferai très volontiers et sans aucun problème. J’admire leur courage et je prie pour qu’ils guérissent tous comme ils sont.
Vous êtes papa depuis deux mois exactement. Voir ces petits bambins malades, on sentait que ça vous a énormément touché …
Oui, c’est vrai que ce sont des choses qui me tiennent vraiment à cœur, mais c’est déjà avant d’avoir ma petite fille. Après, c’est sûr qu’être au quotidien avec ma fille, ça m’a apporté de nouvelles sensations. J’espère rééditer de telles initiatives, et aider un maximum d’enfants malades.
Cette année 2014 a été un franc succès pour vous, avec la naissance de votre premier enfant, l’excellente Coupe du Monde avec l’Algérie, un transfert au FC Porto, des titres individuels à la pelle… Est-ce qu’au début du mois de janvier dernier, vous vous attendiez à une telle année de bonheur ?
Non, je ne peux pas dire que je m’y attendais. Ce qui est clair, c’est que je travaillais pour en arriver là. J’étais vraiment déterminé et je n’ai rien lâché. Là maintenant, je ne peux dire que El Hamdoulilah, mais je sais que le plus dur débute à peine. A moi de confirmer et progresser davantage.
Vous avez aussi fait un tour du côté du Palais des Raïs, appelé Bastion 23, qui demeure l’un des monuments les plus importants à Alger. On vous a vu très à l’écoute auprès du guide de ce site historique…
Je ne vous cache pas que je ne connaissais pas cette partie de l’histoire de l’Algérie. J’étais très intéressé, car ça m’a surpris l’intelligence des gens de cette époque-là (Ndlr, les années 1540), comment ils vivaient, la manière aussi dont ils construisaient leurs maisons. C’est vrai que j’ai vraiment accroché avec le guide et de plus, les belles vues auxquelles on a eu droit, c’est juste magnifique.
Ce fut une journée vraiment enrichissante pour vous ?
Oui, c’est sûr et sur tous les plans. Sportif, familial, et aussi au niveau émotionnel. C’était une très bonne journée et je suis vraiment content.
Aujourd’hui, vous avez eu à rencontrer énormément de fans dans vos différentes sorties. Tout le monde vous demandait de ramener la Coupe d’Afrique. Est-ce une pression supplémentaire à quelques jours du début du stage ?
On sait que le peuple algérien attend de son équipe nationale qu’elle réalise une bonne Coupe d’Afrique. Je pense que tout le groupe en a conscience, mais sans aucune prétention, on sait qu’on est l’un des favoris, même si les choses vont être extrêmement compliquées, vu le groupe dont on a hérité. On va essayer de se préparer du mieux possible et que tout se passe bien.
Pour revenir au Ballon d’Or, recevoir ce trophée des mains de Franck Ribéry et en présence de l’ancienne star du Milan AC, à savoir Franco Baresi, ça donne encore plus de saveur et de charme à cette cérémonie, n’est-ce pas ?
Oui, bien sûr. Baresi, c’est un joueur très connu. C’est vrai qu’il n’est pas de la même génération que moi, mais tout le monde le connaît et a parlé de lui et de ses belles années passées avec la sélection italienne. Pour Ribéry, il est plus dans ma génération. C’est quelqu’un qui a fait beaucoup de choses avec le Bayern. Il a gagné de nombreux titres et réalisé de très grosses saisons. Il était parmi les meilleurs joueurs du monde. C’est vraiment une fierté de recevoir le trophée de la part de grands joueurs comme Ribéry et Baresi. Des moments que je savoure…
Ça vous a surpris la présence d’un joueur comme Ribéry ?
C’est vrai que je ne pensais pas qu’il serait là. C’était vraiment un plaisir pour moi de le rencontrer, parce que c’était la première fois.

Vous avez échangé avec lui quelques mots sur la scène et même avant, dans le salon VIP. Que vous a-t-il dit de particulier ?
Il m’a surtout félicité. Ensuite, il m’a souhaité de continuer ainsi et Inch’Allah de gagner plus de titres et d’aller le plus loin possible.
De telles stars qui viennent en Algérie et nous honorent de leur présence. Qu’en pensez-vous ?
La venue de grands joueurs comme Franck Ribéry ou même Baresi donnent une bonne image, surtout de la cérémonie et du pays. L’Algérie est très attachée au football et dans ce domaine, elle ne cesse d’évoluer. Ça prouve qu’on progresse d’année en année.
A 24 ans, vous remportez déjà votre premier Ballon d’Or. Vous avez donc goûté à ce premier trophée, on imagine que vous allez tout faire pour ne pas le laisser vous échapper…
C’est sûr ! Après, comme je l’ai dit, ce premier trophée du Ballon d’Or me donne plus d’envie et de force pour progresser et aller de l’avant. Toutes ces récompenses personnelles me procurent un immense bonheur, mais le plus important reste le collectif.
Que peut-on vous souhaiter pour cette année 2015 qui arrive ?
Déjà, que toute ma famille soit en bonne santé, beaucoup de bonheur, pleins de buts, des titres avec le FC Porto, et Inch’Allah, la Coupe d’Afrique.
On vous laisse conclure…
Je tiens à dédier ce Ballon d’Or à toute ma famille, mes coéquipiers et à tous les pays d’Afrique. Je remercie encore une fois Le Buteur et El Heddaf pour tout et on se donne rendez-vous très vite.

Publié dans : FC Porto yacine brahimi Le buteur el heddaf

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Pensez-vous qu’il faut laisser du temps à Lucas Alcaraz à la tête de la barre technique de l’EN ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3878 18/10/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir