Equipe d'Algérie

Belfodil : «Un club chinois me voulait, mais le Werder a dit non»

«L'Islam m'a aidé à sortir indemne de la banlieue»

Auteur : S. F. lundi 12 mars 2018 08:20

Dans une longue interview accordée au site allemand weser-kurier.de, l'international algérien du Werder Brême, Ishak Belfodil, est revenu sur ses débuts avec le club allemand et a parlé aussi de ses expériences en club. Le joueur a évoqué pour la première fois l'offre qu'il a reçue lors du dernier mercato de Chine : «Oui, il y avait effectivement une offre de la Chine. Mon ancien entraineur d'Abu Dhabi est en train de former une équipe en Chine et il m'a dit qu'il était intéressé par mes services. Il a même appelé les dirigeants du Werder. Cependant, ces derniers ont répondu de suite qu'ils ne voulaient pas se séparer de moi car je reste un élément important de l'équipe. J'étais très heureux d’entendre ça.»
«Je n’aime pas rester sur le banc»
Belfodil est connu pour être quelqu'un de très impatient. À ce propos, il dira : «Oui, je n’aime pas être sur le banc. C'est affreux pour moi. Cela dit, je ne le montre pas comme je le faisais avant. Par le passé, je devenais malade si je ne jouais pas. Maintenant, j'ai appris à me montrer un peu plus patient et à transformer cela en énergie positive. J'essaye de tout donner quand j’entre sur le terrain.»
«Rester en Bundesliga, pourquoi pas ?»
Et sur son avenir, il dira : «La Bundesliga, la Serie A, la Premier League et la Ligue 1 française sont mes quatre championnats préférés. Actuellement, je me sens très bien en Allemagne. C'est vrai que j'ai eu des débuts difficiles, c'est normal, puisque je devais m'habituer à un autre style de jeu. Avec le temps, j'ai commencé à prendre mes marques. J'aime beaucoup la Bundesliga et je me vois bien rester ici encore plus longtemps. Néanmoins, mon destin n'est pas entre mes mains.»
«Je ne sais pas où je vais jouer la saison prochaine»
Et d'enchaîner : «Rester au Werder, oui, c'est une possibilité. Je me sens bien dans ce club et les choses s'améliorent de jour en jour. Après, je ne sais pas l'accord qui a été signé entre les deux clubs. Je sais que je suis en prêt et qu'il y a une option d'achat. Maintenant, c'est aux deux clubs (Standard de Liège) de décider. Mais, ce qui est certain, c'est qu'à ce moment précis, je ne sais pas encore où je vais jouer la saison prochaine.»
«Les gens ont tendance à me comparer à Ozil»
Sur les difficultés qu'il a rencontrées à ses débuts avec le Werder, il dira : «Le problème est que la position d'un numéro 10 en Allemagne est très différente de celle en France. Au Werder, j'occupe un poste assez différent sur le terrain. Ici, on a tendance à me comparer à Mesut Ozil qui était passé par là, mais mon style n'a rien à voir avec Ozil. Je n'ai jamais voulu dire que je devais jouer dans la position d'Ozil. Je n'occupe pas le même rôle que lui.»
«Voilà pourquoi je ne reste pas plus d'un an dans un club»
Depuis son départ de Bologne en 2012, Belfodil a constamment changé de club, après une saison seulement. Il dira à ce propos : «C'est sûr que j'aimerais rester plus d'un an dans un même club, mais des fois, les choses me dépassent. Quand une chance se présente à moi pour progresser et jouer pour un grand club, je ne peux pas la laisser passer. J'aime prendre des risques et découvrir de nouvelles sensations.»
«Mes parents ont émigré en France pour m'offrir une meilleure scolarité»
Comme tout le monde le sait, Belfodil est né et a grandi en Algérie, avant d'aller émigrer en France à l'âge de 8 ans : «Nous vivions très bien en Algérie. On était à Alger et nous avions un superbe appartement. Après, on est partis vivre en France parce que mon père voulait m'offrir une meilleure scolarité. Il aimait le système scolaire de France. Les enfants sont pris en charge de plus près, mieux qu'en Algérie. Tout est organisé. C'était bon pour moi.»
«L'Islam m'a aidé à sortir indemne de la banlieue»
Enfin, l'ancien sociétaire de l'Olympique Lyonnais a expliqué que la religion l'a beaucoup aidé dans sa vie et sa carrière de footballeur : «L'Islam a été pour moi une sorte de guide pour sortir indemne de la banlieue. À l’âge de 15 ans, j'ai commencé à lire le Coran et à prier cinq fois par jour. Je le fais jusqu'à maintenant. Ça ne prend pas plus de cinq minutes. Les gens pensent que ça dure une demi-heure. Ce n'est donc pas beaucoup. La religion m'a beaucoup apporté dans ma vie quotidienne et dans ma carrière. Elle m'a aidé à ne pas avoir de problèmes.»
 

Publié dans : belfodil Ozil Werder Breme weser-kurier

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Classé 6ème, Mohamed Salah aurait-il mérité d'être dans le top 5 du Ballon D'or 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
14:50 | 2018-04-20 Arsène Wenger à Arsenal en stats

Le Français en avait 46 quand il a pris les rênes d'Arsenal...

10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Edition PDF

N° 4291 11/12/2018

Archive

Année
  • 2018
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir