Equipe d'Algérie

Ghouti (Pdt de la CFA) au Buteur : «On ne restera pas les bras croisés face à ces erreurs d’arbitrage»

«Sakhraoui devra nous expliquer pourquoi il n’a pas arrêté le match JSMS-GCM»

Auteur : Saïd F. lundi 29 janvier 2018 08:13

Après une première partie de saison relativement calme au niveau de l’arbitrage, voilà qu’après seulement trois journées depuis l’entame de la phase retour, les vieilles habitudes reviennent et les contestations qui s’élèvent de plus en plus chez la plupart de nos clubs pour dénoncer de gravissimes erreurs d’arbitrage. Ce week-end a été mouvementé justement pour les hommes en noir qui ont subi la furia de ces responsables de clubs. La Commission fédérale d’arbitrage (CFA) est pointée du doigt ainsi que Mokhtar Amalou, chargé des désignations des arbitres. A cet effet, nous avons joint hier au téléphone le patron de cette CFA, Mohamed Ghouti, qui a tenu à rassurer tout le monde :
«Oui, je suis d’accord avec vous. Il y a des erreurs d’arbitrage qui ont été notées depuis l’entame de cette phase retour. On sait que dans le football, il existe toujours des erreurs et il ne faut pas être arbitre international pour constater ces erreurs. Nous sommes conscients que certaines de ces erreurs ont fait changer le cours d’un match et de son résultat. C’est la responsabilité des arbitres de faire leur boulot convenablement pour éviter les polémiques inutiles. Maintenant, nous, en tant que commission fédérale d’arbitrage, nous n’allons pas rester les bras croisés. On va attendre les rapports des évaluateurs. Voir des vidéos et entendre certains arbitres qui ont fauté et agir en conséquence. Il y a des erreurs qu’on peut pardonner, d’autres pas.»  
«Des sanctions seront prononcées contre les arbitres fautifs»
Et d’enchaîner :
«Bien sûr qu’on sanctionnera les arbitres qui ont commis de fautes graves. Il y a une commission en place qui va évaluer les matchs qu’ils ont dirigés et les fautes qu’ils ont commises. Les acteurs de notre football doivent savoir que nous sommes là pour assurer la plus grande transparence et aider au bon fonctionnement du championnat et cela jusqu’à la fin de cette saison.»  

«L’ESS n’est pas victime d’un complot, celui qui a des preuves, qui les présentent»
Jeudi dernier, l’Entente de Sétif s’est incliné sur la pelouse de l’US Biskra (1-0). Un but encaissé sur un penalty imaginaire sifflé par l’arbitre de la partie, Helalchi. Evidemment, le président de l’ESS, Hassan Hammar ne s’est pas prié de tirer sur l’arbitre, mais aussi la commission fédérale d’arbitrage : «Les choses sont devenues claires aujourd’hui, il y a un véritable complot contre l’Entente et on ne s’en cache plus», a-t-il déclaré, avant d’ajouter : «Le plus grand problème ne réside pas uniquement dans ces fautes d’arbitrage, qui pénalisent l’Entente, mais dans la manière avec laquelle est gérée cette commission. Car ces arbitres, qui commettent de graves erreurs, sont protégés. On voit bien que leur arbitrage influe directement sur les résultats des matchs et change le cours du jeu, mais on fait comme si de rien n’était, ils ne sont guère inquiétés.» Ghouti a tenu justement à rassurer Hammar que l’ESS n’est nullement victime d’un complot mais que s’il a des preuves, qui les ramènent : «Non l’Entente de Sétif n’est pas victime d’un complot ou quelque chose du genre. Maintenant, celui qui a des preuves sur ça, qui les présentent devant tout le monde. Il ne faut pas voir en une erreur d’arbitrage un quelconque sabotage.»

«Tout le monde a vu qu’il n’y avait pas penalty pour Biskra, la décision de Helalchi est incroyable»
Et sur ce penalty imaginaire offert par Helalchi à l’US Biskra, Ghouti dira : «Oui, effectivement, il y a eu sur cette action une grosse erreur d’arbitrage. Il n’y avait pas penalty et cela tout le monde l’a bien vu. Il est inimaginable de siffler faute sur cette action. C’est un peu bizarre, mais bon, on ne va pas se précipiter pour autant. On va entendre l’arbitre Helalchi et la commission se prononcera ensuite sur la décision à prendre à son encontre.»

«Sakhraoui devra nous expliquer pourquoi il n’a pas arrêté le match JSMS-GCM»
Autre évènement marquant le week-end passé, c’est les incidents qui ont émaillé la rencontre de Ligue 2 mobilis entre la JSM Skikda et la GC Mascara (2-1). La partie a dû être interrompue durant une demi-heure dans un premier temps en raison de l’envahissement du terrain de la part des supporters skikdis. L’arbitre qui a officié la partie, Sakhraoui, a repris le jeu et a ensuite sifflé deux penalties pas si évidents que ça pour le club local. Ghouti dira à ce propos : «Il est clair qu’on ne peut pas tolérer ce qui s’est passé à Skikda. L’arbitre Sakhraoui n’a pas le droit d’agir de la sorte. Il devra nous expliquer dans un premier temps pourquoi il n’a pas arrêté le match si les conditions sécuritaires n’étaient pas réunies. Lui aussi, il sera auditionné et aura à s’expliquer sur les décisions litigieuses qu’il a prises.»
 
 

Publié dans : hammar Amalou Ghouti Helalchi Sakhraoui

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quel est votre pronostic pour la finale de la LDC entre le Real Madrid et Liverpool ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
14:50 | 2018-04-20 Arsène Wenger à Arsenal en stats

Le Français en avait 46 quand il a pris les rênes d'Arsenal...

10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Edition PDF

N° 4049 24/05/2018

Archive

Année
  • 2018
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir