Ligue 1 & 2

ESS/ Graves accusations de Madoui «Ce n’est pas Kerbadj qui .....»

«Il se passe des choses bizarres et anormales dans notre championnat»

Auteur : K. L. mardi 09 mai 2017 22:02

Kheïreddine Madoui est connu pour son calme, sa lucidité et sa sagesse. Ce n’est pas le genre à gueuler à tout bout de champ et à se plaindre du moindre souci, mais cette fois-ci, il est sorti de ses gonds. Il ne pouvait se retenir face à ce bricolage que connaît la Ligue de football professionnel qui, après avoir arrêté la compétition pendant six semaines, elle est sur le point de décréter une nouvelle trêve de deux semaines après avoir accepté de décaler un match de la 26e journée du championnat suite à la demande des hommes de Sonatrach. Il est difficile de ne pas réagir ou de garder son calme, surtout lorsque l’on se sent visé et victime de ce qui se trame dans les coulisses. « Que puis-je dire ? C’est sans commentaire. Avec un tel bricolage, il n’y a plus de football et plus de championnat qui a perdu de sa crédibilité. On vient d’observer une trêve de six semaines en milieu de la compétition. Nous avons refait la préparation et il est normal qu’on ne revienne pas avec les mêmes dispositions physiques et mentales, c’est impossible ! Nous sommes en fin de saison et normalement tout devrait être clair pour tout le monde, car les enjeux sont importants. Mais apparemment, chaque jour apporte son lot de surprises », dira entre autres le coach sétifien en marge de la séance de la reprise de lundi passé.
« La trêve a freiné notre élan, c’est clair »
Interrogé sur la défaite de samedi passé contre le MCO et si cela n’a pas une relation directe avec l’arrêt de la compétition, Madoui tient à noter qu’il y a d’autres raisons de cet échec. « Chaque match a ses spécificités et je ne peux pas justifier cette défaite par l’arrêt de la compétition uniquement. Il y a évidemment d’autres raisons, techniques, tactiques et autres. Nous aussi nous avons notre part de responsabilité, je dois le reconnaître. Mais on ne peut pas cacher néanmoins que cette longue trêve a freiné notre élan et a cassé notre rythme. On ne peut pas revenir avec le même niveau de compétition après six semaines d’arrêt, c’est impossible », explique-t-il.
« Il se passe des choses bizarres dans notre championnat, c’est à ne rien comprendre ! »
Madoui a ajouté : « Cette défaite face au MCO ne doit pas nous faire douter, il est nécessaire de remobiliser les troupes et de nous concentrer de nouveau sur notre sujet en prévision de notre prochain match contre le MCO qui ne sera pas de tout repos pour nous. » Mais il a tenu à aborder le bricolage qui règne en ce moment à la Ligue de football professionnel et tirant à boulets rouges sur l’instance de Mahfoud Kerbadj. « Il se passe des choses anormales, c’est inadmissible de faire une telle programmation en fin de saison. En principe, tout est clair à ce stade de la compétition, chaque équipe doit connaître son calendrier avec précision. Si vous voulez mon avis, je ne pense pas que c’est Mahfoud Kerbadj qui fait la programmation du championnat, car il se passe des choses vraiment bizarres », dit-il en pointant le doigt vers les coulisses.
« C’est pour ça qu’on n’avancera jamais »
Madoui ne trouvait pas les mots pour qualifier ce qui se passe cette saison. « Je ne sais vraiment pas comment qualifier tout ce bazar. On dort avec un programme et on se lève avec un autre, et ce qui est grave, c’est que certains trouvent cela normal. C’est désolant ! C’est pour ça que nous sommes restés comme ça, dans l’amateurisme, et c’est pour cela qu’on n’avancera pas. Franchement, je ne trouve pas quoi dire face à cette situation. Je sais une chose, nous n’avons pas le choix, on doit tout accepter, c’est comme ça », déclare-t-il.
« Les gens de la Ligue ne savent pas ce que c’est que les blessures, la routine, la pression et tout cela »
Poursuivant son intervention sur la programmation du championnat, suite à notre insistance, le coach sétifien pointe une nouvelle fois le doigt en direction de la Ligue : « Qui peut nier que la longue trêve qu’on vient d’observer a cassé le rythme de toutes les équipes, ou presque, car certaine formations continuaient à jouer ? Oui, cette trêve nous a massacrés, c’est comme si on débutait une nouvelle saison, c’est la même chose. En ce qui nous concerne, il faut rappeler que l’ESS a été la première équipe à reprendre l’entraînement en début de saison. Aujourd’hui, nous payons cela avec les blessures à répétition et la routine qui démotive les joueurs. Les gens de la Ligue ne connaissent pas cela, ils ne savent pas ce que sait que les blessures, la routine, la pression et tout cela, ils ne vivent pas ça au quotidien. »
« Nous nous attendions à ce que l’écart soit réduit, c’est normal »
Concernant les nouvelles données en haut du tableau, avec la réduction de l’écart entre l’Entente et ses poursuivants, Madoui dit qu’il n’est pas surpris et qu’il s’y attendait. « Nous étions à l’arrêt au moment où nos adversaires jouaient leurs matchs en retard. Il est donc normal que le grand écart qu’il y avait auparavant soit réduit, on s’y attendait un peu. Nous avons aujourd’hui trois points d’avance sur le second et on doit donc travailler davantage et aborder tous nos matchs pour les gagner et pour creuser l’écart à nouveau avec nos poursuivants. Je crois que cela est normal, le MCA avait, à un certain moment, une avance de cinq points et nous avons pu inverser la tendance. Maintenant, il faut faire en sorte de reprendre l’écart que nous avions ou du moins maintenir ces trois points d’avance », a-t-il expliqué.
« Mais nous savons ce qui nous reste à faire »
Le coach ententiste insiste par ailleurs sur le fait de rester réaliste et de ne pas s’enflammer. « J’ai toujours dit que le titre ne sera acquis qu’à la fin du championnat et qu’il ne faut pas faires de calculs. Je le redis, le titre n’est acquis ni pour une équipe ni pour l’autre. Mais pour le gagner, nous savons ce qu’il faut faire. D’abord, il ne faut pas regarder derrière et attendre des faux pas de nos adversaires. Nous sommes devant tout le monde, c’est une chance que les autres n’ont pas. Alors, on doit compte sur nous-mêmes et n’attendre de cadeau de personne. A partir de là, nous savons ce qu’on doit faire, il faut gagner quatre matchs des cinq qui restent à jouer, c’est aussi simple que cela », fait-il remarquer.

Publié dans : ess Mahfoud Kerbadj Kheireddine Madoui

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quelle sélection va le plus vous manquer à la Coupe du Monde 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3910 19/11/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir