Ligue 1 & 2

ESS: Gourmi interdit d’entraînement et risque l’exclusion

Gourmi est devenu un joueur à problème

Auteur : S. B. mardi 06 mai 2014 22:07

Après deux jours de repos accordés aux joueurs par le staff technique au lendemain de leur retour de Béchar, l’Entente de Sétif a repris les entraînements hier soir. La veille, c’est-à-dire lundi soir, le président Hasan Hammar s’était réuni avec son entraîneur Kheireddine Madoui pour discuter de quelques sujets d’actualité et faire le point sur la situation en général, sans oublier d’aborder quelques cas d’indiscipline signalés ces derniers temps. Les deux hommes se sont mis d’accord sur la nécessité de rester sur cette dynamique en championnat afin que l’équipe puisse réaliser son objectif, celui de décrocher la deuxième place, et ce sans attendre les résultats des autres équipes, notamment ceux de la JSK qui est pour le moment le principal concurrent de l’ESS.
Touahri et Demou devront s’expliquer avec le président
Cela dit, le sujet qui semblait intéresser le plus le président Hammar, c’est le cas de trois joueurs qui n’ont pas fait le déplacement à Béchar pour des raisons qui ne l’ont pas convaincu. Il s’agit de Khaled Gourmi, Amine Touahri et de Abderrahamane Demou. Le premier responsable du club a demandé des explications à son entraîneur, et, apparemment, aucune raison ne tient la route. Concernant Touahri et Demou, le premier aurait avancé des empêchements familiaux alors que le second s’est dit blessé pendant que dans l’entourage de l’équipe, on laisse entendre qu’il n’a pas voulu faire le déplacement quand il s’est rendu compte qu’il n’allait pas être aligné d’entrée. Hammar devait réunir hier les deux joueurs en marge de la séance de la reprise pour discuter avec eux du sujet et voir ce qu’il en est au juste.
Gourmi est devenu un joueur à problème
De toutes les manières, les cas de Touahri et Demou ne semblent pas constituer un grand problème, comparativement avec celui de Gourmi qui est beaucoup plus sérieux. Le président a demandé, en effet, à son entraîneur de lui établir tous les rapports techniques de son joueur de ces derniers temps, plus précisément depuis le mois de mars où les apparitions du joueur sont devenues de plus en plus rares avec un niveau qui a sensiblement baissé. La première chose qui va être entreprise par le président, c’est d’étudier la possibilité de revoir à la baisse son salaire en ce sens que le règlement intérieur, signé par tous les joueurs, lui donne le droit de discuter à nouveaux les émoluments de tout élément dont le rendement ne répond aux attentes, en tenant compte de son temps de jeu et des matchs auxquels il a participé.
Plusieurs griefs retenus contre lui
Mais le vrai problème de Gourmi, selon le président de l’ESS, n’est pas seulement son niveau qui a baissé, mais surtout son comportement dans le groupe. Pour la direction de l’Entente, Gourmi est devenu un joueur à problème. C’est lui par exemple qui est derrière tous les mouvements de grève déclenchés par l’équipe selon les dirigeants, et c’est lui qui manipule les joueurs quand il s’agit d’une quelconque revendication, comme celle des 30 millions de centimes que les joueurs ont revendiqués avant le déplacement à Béchar et qui représente la prime de la victoire à Garoua alors que Gourmi n’en est même pas concerné puisqu’il n’a joué aucune minute de cette rencontre, sans oublier qu’il a sciemment pris son passeport pour ne pas faire le voyage à Garoua et il a fallu l’intervention de Amir Karaoui pour le convaincre à faire le déplacement. C’est lui aussi qui crée, toujours selon les dirigeants, des problèmes à chaque long déplacement de l’équipe, que ce soit en Afrique ou ici en Algérie, comme ce fut le cas la semaine passée avant le voyage vers Béchar. La direction n’a pas oublié aussi les trois semaines de vacances que les émigrés de l’ESS ont passées chez eux en France au lendemain du retour de Garoua et il paraît que c’est également Gourmi qui est derrière cette histoire.
Il passera aujourd’hui pour la quatrième fois devant le conseil de discipline
Bref, la première décision qui a été prise, c’est de l’écarter du groupe jusqu’à nouvel ordre. Kheireddine Madoui a reçu, en effet, l’instruction de ne pas le laisser s’entraîner avec l’équipe à partir d’hier. La deuxième, c’est de le faire comparaître aujourd’hui en fin d’après-midi devant le conseil de discipline qui sera constitué du président dudit conseil Snoussaoui, du président du club Hammar et de deux autres membres, Mouloud Ansar et Djamer Zeghlach. Il est à noter que ce nouveau conseil est le quatrième depuis le début de la saison.
Hammar : «Il a le deuxième gros salaire de l’équipe, alors qu’il est incapable de gagner une place dans les 18»
Contacté par nos soins, Hassan Hammar nous a fait savoir que Khamed Gourmi a dépassé les limites et que la direction «va lui présenter des arguments purement sportifs et techniques pour lui prouver qu’il est dans le tort». «Nonobstant ses agissements, ses sautes d’humeur et ses écarts disciplinaires, le joueur ne peut aujourd’hui même pas gagner une place dans la liste des 18, il a joué moins de trois matchs durant les trois derniers mois alors qu’il touche un salaire faramineux de 230 millions. C’est le deuxième plus gros salaire de l’équipe et cela est inacceptable», a précisé le premier responsable du club en ajoutant : «Il prétend qu’il est blessé pour justifier son absence du mach contre la JSS alors qu’il n’a joué aucune rencontre depuis le match face à Coton Sport. En plus nous serons peut-être obligés de lui retirer les clés de son appartement puisqu’il n’y va plus, il est tout le temps en France. A qui sert de le louer s’il n’est pas là ?»
La direction veut résilier son contrat mais Madoui souhaite le garder jusqu’au 6 juin
Nous avons appris aussi que la direction du club envisage d’aller très loin dans cette affaire, jusqu’à écarter Khaled Gourmi définitivement du groupe en procédant à la résiliation unilatérale de son contrat dans la mesure où la loi le lui permet, car c’est la quatrième fois de suite que le joueur passe devant le conseil de discipline. Mais en même temps, il paraît que Madoui veut le garder encore, du moins jusqu’au 6 juin, date de la dernière journée des quarts de finale de la Ligue des champions, car selon le coach sétifien, l’équipe aura besoin de tous ses joueurs.
 

Publié dans : madoui hammar Gourmi Djamer Zeghlach

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quel est votre pronostic pour le match MCA - JSK?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3880 20/10/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir