Ligue 1 & 2

JSK : Nazef : «15 ans après, la JSK doit prendre sa revanche et gagner la coupe»

«C’est Mekkaoui qui fera la différence, et le collectif de la JSK reste sa force de frappe»

Auteur : Lyès Aouiche. mercredi 23 avril 2014 19:42

L’ex-international milieu de terrain, Lahcène Nazef, a porté les couleurs de la JSK et du MCA qui s’affrontent le 1er mai prochain en finale de la Coupe d’Algérie. Après 5 années passées au MCA, Naezef a rallié la JSK où il a donné une autre dimension à sa carrière en remportant les titres l’un après l’autre, et les plus marquants sont les continentaux en Coupe de la CAF. Joint par  nos soins, Nazef, dont l’enfance a été bercée par les prouesses du Jumbo-Jet, se rappelle des Clasicos auxquels il avait pris part et donne son avis sur cette finale, la première en Coupe d’Algérie entre les deux grandes équipes de notre championnat. Selon l’ex-canari, la JSK est la mieux nantie et doit profiter de cette période de doute que traverse le MCA en cette fin de saison pour une consécration en finale. Entretien.

En Kabylie comme à Alger, ça ne parle que de la finale qui aura lieu le 1er mai entre la JSK et le MCA, que vous inspire ce rendez-vous entre vos deux anciens clubs ?
Oui je l’ai senti, depuis quelques jours, l’actualité sportive est polarisée par ce match très attendu entre la JSK et le MCA.  Je pense que c’est naturel dans la mesure où ça sera une grande affiche entre deux équipes qui sont liées par des traditions anciennes. Tout le monde connaît la rivalité sportive qui existe entre les supporters des deux camps, j’espère que cette belle affiche répondra aux attentes du public qui sera, évidemment, nombreux.
Etant un ancien joueur de la JSK et du MCA, vous avez pris part à plusieurs clasico ; qu’est-ce qui caractérise ce match au juste ?
J’ai passé 5 saisons au MCA et 5 autres à la JSK, donc j’en ai effectivement joué beaucoup de clasico. Je garde naturellement de bons souvenirs, même si je dois vous confier que c’est à la JSK que je me suis épanoui et gagné des titres. Je peux vous dire que ce genre de match a sa saveur particulière, on peut dire qu’à chaque rencontre, c’est une finale qui se joue du moins dans notre époque. Toute l’Algérie est régalée par le spectacle et c’est cette grande rivalité qui caractérise toujours les retrouvailles.
Et sur le plan du jeu, certains avancent que souvent c’est très serré entre les deux équipes, quel est votre avis ?
Non je ne le pense pas, car on a eu par le passé des confrontations directes très palpitantes et ouvertes à tous les pronostics. Pour moi, tout dépend de la conception qui est choisie par les deux entraîneurs en place, que ce soit du côté de la JSK que celui du MCA. Connaissant le style de jeu des deux équipes, il y a lieu de s’attendre à une rencontre palpitante en finale.
Avez-vous suivi le parcours de la JSK cette saison ?
Oui, j’ai suivi beaucoup de matchs cette saison, le dernier en date la victoire réalisée par le score de trois buts à zéro à Tizi. Un match où la JSK a fait preuve de solidité devant son public. J’ai constaté qu’après un petit passage à vide, la JSK est actuellement sur une courbe ascendante en championnat, à la deuxième place. En coupe, elle disputera sa 10e finale de l’histoire. A mon avis, le bilan est jusque-là positif et je lui souhaite de tout cœur la continuité jusqu’à la fin de cet exercice.
Et pour le MCA, quel est votre constat ?
J’estime que ce club est toujours gangréné par l’instabilité, notamment en matière des joueurs utilisés. Les changements d’entraîneurs ont aussi influé sur son parcours. Le MCA est dans une période de doute, et la JSK devra en profiter pour gagner sa coupe le 1er mai prochain.
Ainsi, selon vous, la JSK part favorite pour cette finale, n’est-ce pas ?
Aït Djoudi a suffisamment d’expérience pour préparer son équipe à atteindre son objectif. C’est un entraîneur qui maîtrise bien son sujet et a certainement une idée pour battre le MCA. Dans ce genre de match, il faut bien organiser le jeu, en fonction de l’adversaire et son style, afin de bien gérer les fractions du match. Mon conseil, c’est aux joueurs de la JSK d’éviter de se faire de la pression, car il reste encore une semaine pour la finale. Pour l’instant, il faut penser au match du week-end face au RCA, qui est aussi important, car il y a également la deuxième place qui est mise en jeu.  
Comment gérer l’aspect psychologique en pareille situation, vous qui avez pris part à de nombreuses finales de Coupe d’Algérie et de la CAF aussi ?
La concentration avant cette finale ne doit pas être à son niveau maximal, car elle peut nuire beaucoup plus qu’elle peut servir une équipe. Une concentration maximale peut bloquer le joueur le jour du match et le faire passer à côté de son sujet. Aït Djoudi doit décompresser son groupe. La préparation physique et tactique est le travail qui se fait durant la semaine, quant à la concentration, elle doit juste être moyenne. A mon avis, une bonne vision de la gestion du match mettra les joueurs très à l’aise, le jour j.
Quel est le joueur qui pourra faire la différence dans ce match ?
Cette confrontation sera assez disputée, et si Mekkaoui, qui possède un potentiel important, est bien utilisé, en ailier, je suis persuadé qu’il fera la différence. Toutefois, le collectif de la JSK fera sa force le jour de la finale.
Concernant la motivation pour gagner ce match, comment vous la concevez ?
Se rappeler des titres qu’a remportés la JSK durant tout son parcours et cet honneur de porter ses couleurs suffira aux joueurs de se motiver pour faire plaisir aux supporters. Les joueurs doivent marquer leur passage dans ce prestigieux club et marquer leurs empreintes en lettres d’or.
Revenons à votre parcours personnel. En 1999, vous avez fait partie de l’équipe qui a perdu face au MCA en finale du championnat, par le score d’un but à zéro, que vous rappelle ce souvenir ?
Ce fut un match très ouvert et très disputé. Il y avait de l’attaque à outrance des deux côtés. Un coude-à-coude où chaque joueur avait son vis-à-vis. On a développé un beau jeu et j’estime qu’on ne méritait pas de perdre ce match.
Comment cela ?
L’arbitre nous a privés d’un penalty valable. J’ai toujours la cassette du match et tout le monde peut vérifier. Sur l’action de Ghazi à qui j’ai adressé une passe en profondeur, il y avait bien une faute à l’intérieur de la surface de réparation commise sur lui par Khenouf, ce fut le tournant du match. Si on avait bénéficié de cette erreur, le cours du match serait autrement.
Qu’est-ce qui vous a marqué le plus lors de cette finale ?
Sans hésitation, ce qui m’a marqué, c’est le but encaissé lors des ultimes instants de la rencontre. Le but du MCA nous a scié les jambes.  Cette réalisation m’a marqué, et seul Dieu sait le secret de l’erreur de notre gardien Liamine Boughrara.
Que voulez-vous dire par là ?
Je ne voudrais pas revenir en arrière, cela fait 15 ans qu’on a perdu cette finale, le passé c’est le passé, on a perdu le match et c’était fini.
De quel côté seriez-vous le jour de la finale ?
Je ne me poserai même pas de question, mon cœur penchera pour l’équipe qui a bercé son enfance, celle que j’ai adulée depuis mon jeune âge. Ça sera, sans surprise, la JSK. J’espère qu’on aura droit à une grande finale, et le 1er mai, je serai un supporter des Jaune et Vert.
La JSK a vu défiler d’anciennes gloires qui ont marqué son histoire, quel est le joueur qui vous a le plus marqué ?
Mon enfance a été bercée par la JSK des années 80. Le Jumbo-Jet, comme on l’appelait communément le rouleau compresseur. Le joueur qui m’a marqué et que j’aime voir jouer est sans conteste Rachid Adghigh. Ce grand monsieur, qui a fait les beaux jours de la JSK et qui a participé à l’écriture de son histoire, dégageait de la confiance en jouant.
Vous gardez aussi en mémoire ces finales de la coupe de la CAF, le temple du 5-Juillet avait affiché plein, et les supporters étaient venus de partout, ce fut pour vous des moments inoubliables, n’est-ce pas ?
Oui, les supporters de la JSK sont des connaisseurs. Ils aiment le beau football. Pour eux, la JSK est plus qu’un club de football, le jour du match, ils viennent de partout et le stade a toujours fait le plein. Vous devez savoir que lorsque la JSK tourne bien, vous n’avez même pas besoin de lancer des appels aux supporters pour venir remplir le stade, cela se fait automatiquement. Je voudrais aussi rajouter un fait qui m’a vraiment marqué…
Lequel ?
Je me rappelle toujours de ces marrées humaines qui se rendaient au 5-Juillet en plein mois de carême et qui rentraient au stade des heures avant le match, ils rompaient le jeûne dans les gradins et ce, pour suivre le match en soirée et nous porter très haut pour gagner la coupe de la CAF, ce souvenir ne quittera jamais ma mémoire et c’est un public unique que possède la JSK.
A votre avis, le fait d’avoir un staff technique composé d’enfants du club ne constitue-t-il un avantage ?
Je le confirme. C’est bien d’avoir des personnes qui connaissent parfaitement la maison et ses traditions. Le travail que fait Aït Djoudi et de son assistance, composée d’enfants du club, est vraiment à encourager, la stabilité doit être assurée et cela confortera la JSK à l’avenir.
Avant la finale, la JSK jouera un match de championnat face au RCA, pour le compte de la 25e journée, un commentaire ?
Effectivement, c’est la raison pour laquelle les joueurs de la JSK ne doivent pas encore penser à la finale. Ce match de championnat a aussi son importance, sachant que les Canaris cherchent toujours à terminer à la deuxième place pour une qualification à la LDC. A mon avis, c’est ce match qui doit, pour l’instant, être préparé, en quelque sorte une finale avant l’heure, car le RCA demeure une équipe coriace.
Avez-vous une idée sur cet adversaire justement ?
Oui, le RCA est une équipe redoutable et imprévisible. Elle joue bien derrière et si je me permets de donner un conseil, ça serait de mettre en place une bonne organisation et éviter d’encaisser, il faut bien gérer la partie pendant les deux mi-temps.
On vous laisse le soin de conclure ?
L’histoire est un éternel recommencement. Il y a quinze ans, la JSK a joué la finale de championnat face au MCA, le 22 mai 1999, à Oran, aujourd’hui, les deux équipes s’affrontent pour la deuxième fois et une première en finale de la coupe à Blida. Défaite il y a quinze années, la JSK doit prendre sa revanche et remporter la coupe. J’appelle les supporters à garantir la fête et se comporter en véritables sportifs.

 

Publié dans : MCA. Mekkaoui Nazef

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quelle sélection va le plus vous manquer à la Coupe du Monde 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3913 22/11/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir