Ligue 1 & 2

JSK : Le comité de sauvegarde exige le départ de Hannachi !

Sadmi : «Avec Hannachi, la JSK est devenue la risée du football national !» Iboud : «Nous ne sommes pas des perturbateurs, notre mal est de voir la JSK jouer pour le maintien !»

Auteur : A.L. lundi 18 mai 2015 18:19

Comme il a été annoncé précédemment, le comité de sauvegarde de la JSK, constitué par des anciens joueurs et ex-dirigeants du club de la Kabylie, toutes les générations confondues, a tenu hier matin une conférence de presse à la salle « Azem » de Tizi Ouzou et à travers laquelle les anciennes gloires du club ont tiré la sonnette d’alarme concernant la situation qualifiée de « chaotique » que vit le symbole de toute une région. Menacé plus que jamais de relégation en Ligue 2, à deux journées de la fin de la saison, la situation actuelle a interpellé les anciens du club à réagir pour exiger le départ immédiat de la direction actuelle à sa tête le président Hannachi. Plusieurs figures emblématiques de la JSK ont répondu à l’appel du comité de sauvegarde, notamment Iboud, Abdeslam, Meghrissi, Sadmi, Rezgui, Yousfi, Younsi, Izri, Ayeche, Termoul et les autres. Malgré l’annonce de Hannachi de partir en fin de saison, les anciens ont pris la nouvelle avec des pincettes sachant que ce n’est pas la première fois que le président de la JSK annonce son départ avant de revenir à chaque fois. Cette fois, les anciens semblent décidés à aller au bout de leur action et ne comptent surtout pas reculer.
Menad s’est excusé pour son absence
L’ancien baroudeur du Jumbo-Jet, Djamel Menad, qui devait assister à la conférence de presse du comité de sauvegarde a tenu à s’excuser à la dernière minute en raison de son déplacement à l’étranger le jour même. Menad a expliqué aux anciens de la JSK les raisons de son absence et promet d’être là lors de la prochaine action, probablement ce samedi lors du sit-in prévu devant le stade.
Beaucoup de supporters ont assisté à la réunion
La conférence du comité de sauvegarde a été aussi élargie aux supporters. Ces derniers étaient nombreux à assister à la rencontre-débat en présence de la presse et donner leur point de vue sur la situation actuelle que vit le club. Les fans de la JSK ont exprimé leur inquiétude légitime de voir leur club de cœur quitter la Ligue 1 Mobilis. Les fans kabyles ont déploré le déroulement du match face à l’USMH à huis clos et promettent de se présenter samedi pour soutenir les joueurs même de l’extérieur et feront un déplacement en force une semaine plus tard à Constantine.
Un sit-in est prévu ce samedi devant le stade du 1er-Novembre
La première sortie médiatique des anciens joueurs et ex-dirigeants de la JSK à travers laquelle la gestion de l’actuelle direction du club a été sérieusement critiquée, sera suivie par une autre action « pacifique » ce samedi à l’occasion du match JSK - USMH, comptant pour la 29e journée du championnat. Les anciens de la JSK appellent à un sit-in des supporters devant le stade pour soutenir les joueurs afin de remporter les trois points qui sauveront le club de la relégation et exiger à ce que l’annonce de Hannachi de quitter le club soit effective.
 

Sadmi : «Avec Hannachi, la JSK est devenue la risée du football national !»

Au cours de cette conférence de presse, l’ancien international de la JSK, Hamid Sadmi, détenteur de plusieurs trophées avec son club de cœur, a été chargé de lire la déclaration du comité de sauvegarde : «Depuis des années, la JSK est en train de devenir la risée du football algérien, club qui de mémoire de supporters et d’amoureux du club n’a jamais connu une saison aussi catastrophique. Cette situation, si elle venait à durer, sonnera le glas du plus prestigieux club d’Algérie. Au fil des années, ce prestige a été entamé. Les dirigeants actuels du club, à leur tête le président, ont souillé son blason, bafoué ses valeurs, trahi son histoire et manqué de respect à ses supporters. Nous ne pouvons plus admettre cette gestion calamiteuse de notre club, depuis tant d’années.»
«Vous avez clochardisé la JSK et vous en avez fait un club au fonctionnement quasi-mafieux»
 «(…) M. Hannachi, vous n’êtes plus l’homme de la situation, et ce n’est pas la situation peu reluisante dans laquelle se trouve le club (maintien en Ligue 1, menacé, finances instables, 45 entraineurs consommés) qui nous contredira ! Pire, alors que l’image de la JSK reposait essentiellement sur son professionnalisme et sa stabilité, vous avez réussi le prodigieux exploit de la clochardiser et d’en faire un club au fonctionnement mafieux. Vous avez eu l’outrecuidance de traiter vos propres supporters de « pseudo-supporters » juste parce qu’ils vous ont sifflé et sont contre vous. Vous avez, toute honte bue, déclaré que nous, les anciens joueurs, complotions contre notre cher club pour le faire rétrograder ! Nous, qui avons trimé et mouillé ce cher maillot sur tous les stades d’Algérie et d’Afrique, qui avons eu l’honneur de porter très haut le nom de la JSK et de l’inscrire en lettres d’or sur le palmarès du football africain, nous qui souffrons dans notre chair de voir ce club, à qui nous devons tout et à qui nous avons tout donné, dans cet état de déliquescence, nous accuser de comploter contre notre club, ajoute à votre déshonneur, M. Hannachi !»
«Tous ensemble pour un véritable projet d’envergure à l’image du club»
A propos de l’avenir du club de la région, les anciens prévoient de proposer un véritable projet sportif qui permettra à la JSK de retrouver son image de marque et revenir sur les scènes nationale et continentale : «(…) Aujourd’hui, nous voulons un vrai projet pour la JSK. Nous voulons que ce club reparte sur un projet sain plus proche de l’histoire et des valeurs de la Kabylie».
«Nous tiendrons un sit-in ce samedi devant le stade pour soutenir les joueurs»
«Nous anciens joueurs et dirigeants de la JSK, appelons les supporters kabyles où qu’ils soient, à venir massivement pour un sit-in afin de soutenir la JSK lors de son dernier match à domicile. Le huis clos imposé arbitrairement par la Ligue de football nous empêchera, certes, d’être à l’intérieur, mais non aux abords du stade où nous manifesterons notre mécontentement et notre désapprobation de la gestion catastrophique du club par M. Hannachi et son pseudo-conseil d’administration. Nous y accueillerons les joueurs et nous les soutiendrons pour sauver le club des affres de la relégation. Nous exigerons alors, pacifiquement, que l’annonce de sa démission faite devant l’opinion publique soit réelle et effective et non comme une de ses dérobades auxquelles il nous a habitués. Par la même occasion nous exigerons de lui qu’il prenne toutes les dispositions nécessaires pour assurer le bon fonctionnement du club, cher à nous tous, et ce jusqu’à la fin du championnat, date de son départ annoncé. La mobilisation de tous les supporters est primordiale. Rien ne peut être envisagé sans eux. Bien au contraire, ils doivent être les artisans principaux et incontournables de ce changement tant attendu.»
«Tous les dirigeants actuels, y compris le président du CSA, doivent partir»
En conclusion, le comité de sauvegarde exige, outre le départ du président Hannachi, un changement radical à la direction : «Par ailleurs, tous les dirigeants actuels, y compris le président du CSA, doivent partir. Parce qu’ils ont été complices de cette fâcheuse situation que vit notre cher grand club, qui a été sacrifié pour leurs intérêts mercantiles et mafieux. L’intérêt de la JSK, qui de tout temps a été le porte-flambeau de toute une région doit primer sur toutes les autres considérations quelle qu'en soit la nature. Tous pour un départ inconditionnel du président Hannachi, la JSK appartient à ses enfants et au peuple de la Kabylie.»
 

Iboud : «Nous ne sommes pas des perturbateurs, notre mal est de voir la JSK jouer pour le maintien !»

Visiblement désappointé, l’ancien capitaine et président de la JSK, Miloud Iboud, a suivi avec intérêt les interventions de ses anciens équipiers à la JSK et celles des supporters qui ont demandé davantage d’explications sur la démarche du comité de sauvegarde de la JSK. Iboud a aussi parlé de la situation qui lui fait trop mal : «A chaque fois qu’on essaye de réagir pour dénoncer certaines choses et alerter sur la situation de la JSK qui nous fait mal, on nous traite de perturbateurs. Notre mal est profond, le devoir nous interpelle pour intervenir et sauver le club. L’heure est grave ! La JSK est menacée de relégation et je ne peux accepter de voir notre symbole descendre en division inférieure».
«La nouvelle génération n’a pas vécu l’histoire glorieuse du club, c’est normal qu’elle gobe tout ce qu’on lui dit à notre sujet»
Afin d’expliquer davantage aux supporters qui étaient présents dans la salle, Iboud a ajouté : «Il est logique que la génération nouvelle ne peut connaitre toutes ces figures devant vous. Le plus âgé d’entre vous dans la salle n’a peut-être pas vécu avec les anciennes générations et vous ignorez tout ce que ces hommes ont donné pour le club, et c’est pour ça que vous gobez tout ce qu’on vous raconte de mauvais sur toutes ces figures marquantes du club, qui ne veulent que voir la JSK retrouver son lustre d’antan».
 

Kamel Abdeslam : «La situation que vit la JSK nous fait trop mal»

Un autre ancien international de la JSK, en l’occurrence Kamel Abdeslam, a livré son point de vue concernant cette crise qui frappe la JSK depuis le début de saison, mais qui, selon lui, n’est que le fruit d’une gestion anarchique de la direction actuelle. «Cela nous fait très mal au cœur de voir la JSK dans la situation actuelle. Nous en tant qu’anciens, enfants de ce club, nous sommes sincèrement touchés dans notre amour-propre. Cela fait des années que le club est dans une mauvaise posture. Je ne peux imaginer, un jour, ce club, pour lequel des générations toutes entières se sont sacrifiées, jouer en division inférieure. L’heure est à la mobilisation pour sauver ce club.»  
«Le changement est inévitable, la situation ne peut plus durer»
A propos du changement auquel appelle le comité de sauvegarde, Abdeslam enchaine : «Oui, je trouve que l’heure est venue pour mettre en place une nouvelle politique de gestion. Le changement est inévitable, la situation actuelle ne peut plus durer. Sincèrement, la Kabylie est aujourd’hui malade de voir son symbole en pâtir».
 

Mokrane Rezgui (ancien joueur) : «De quel droit Hannachi annonce-t-il les noms des membres du nouveau CA avant l’ouverture du capital ?»

Pour sa part, l’ancien gardien de but a évoqué la dernière sortie médiatique du président Hannachi avant le match face au RCA et à travers laquelle il a annoncé les noms des nouveaux actionnaires qui vont renforcer le nouveau conseil d’administration. A ce propos, il a déclaré : «Sincèrement, nous n’avons rien compris à sa dernière sortie où il annonçait son départ non sans citer les nouveaux actionnaires. De quel droit annoncer les nouveaux membres du CA avant même l’ouverture du capital ? Il accuse le comité de sauvegarde de perturbateurs et de gens qui transgressent les lois, a-t-il oublié que c’est lui-même qui a bafoué les lois».
«Les nouveaux membres du CA annoncés par Hannachi ne sont même pas au courant du dossier»
Et d’ajouter : «L’opinion publique doit savoir que les personnes annoncées par Hannachi comme étant de nouveaux membres du CA ignorent jusqu’à présent les tenants et les aboutissants d’une telle déclaration. Personne n’a rencontré, à ce jour, le président Hannachi pour discuter d’une éventuelle ouverture du capital. Deux industriels parmi ceux cités par Hannachi ont réagi à travers la presse pour se démarquer et affirmer qu’ils n’ont pour l’instant rien décidé, je cite Hadj Rahim qui exige d’être l’actionnaire majoritaire et Lakhdar Madjene qui ne l’a pas encore rencontré».

Il a été l’entraineur qui a sauvé la JSK de la relégation en 1992

Moh Younsi : «Hannachi doit remporter le "prix de l’imposture sportive" !»

Parmi les présents hier à la conférence de presse des membres du comité de sauvegarde de la JSK, l’ancien formateur de plusieurs générations de la JSK et ex-entraineur qui a été l’artisan du sauvetage du club d’une relégation certaine en 1992, lui c’est Moh Younsi qui paraissait affecté par tout le malaise que vit le club depuis quelques saisons. «La situation actuelle nous interpelle tous. Nous sommes tenus de réagir et d’éviter à la JSK le KO. La gestion de Hannachi a conduit le club à la dérive et l'équipe est devenue quelconque. Hannachi a marginalisé toutes les forces compétentes. Il doit remporter le "prix de l’imposture sportive"»
«Il a broyé toutes les compétence locales et nationales»
Et d’ajouter : «La JSK a enfanté de grands noms. Toutes les générations ont participé à l’écriture de l’histoire du club en lettres d’or, aujourd’hui on est tous indésirables et pointés du doigt. Nous ne sommes pas des étrangers, nous faisons partie de la famille de la JSK et avons le droit de réagir avant qu’il ne soit trop tard. Le président Hannachi a broyé toutes les compétences locales et nationales. Pis encore, il avait annoncé dans un passé récent qu’il n’y avait pas d’hommes en Kabylie…»
«En 1992, après avoir sauvé le club de la relégation, j’ai été limogé dans un café»
Se rappelant l’année 1992, année que les milliers supporters de la JSK ne sont pas près d’oublier quand la JSK avait été menacée sérieusement de relégation, Moh Younsi était à la tête de la barre technique en duo avec Nour Benzekri. A ce propos il a déclaré : «En 1992, j’ai été sollicité pour venir sauver le club de la relégation. Dieu merci, on a réussi à maintenir le club, mieux à remporter la coupe d’Algérie, la récompense qui m’a été attribuée c’est que j’ai été remercié, limogé dans un café…»

 

 

 

 

 

Publié dans : JSK iboud Sadmi Kamel Abdeslam Mokrane Rezgui Moh Younsi

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Quelle sélection va le plus vous manquer à la Coupe du Monde 2018 ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

11:26 | 2016-12-08 A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

A Manchester City, la percée des jeunes va entraîner la saison des soldes

Edition PDF

N° 3909 18/11/2017

Archive

Année
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir