Ligue 1 & 2

USMA : Benaldjia : «A ceux qui veulent me briser, je leur dis que Dieu est grand et j’ai foi en Lui»

«Comment ne pas être déçu alors que j’étais à deux doigts de réaliser mon rêve»

Auteur : Adel Cheraki jeudi 04 septembre 2014 20:54

De retour au pays avant-hier après avoir passé presque un mois à l’étranger, plus précisément au Portugal où il a été à deux doigts d’opter pour un club de la Liga ZON Sagres, Mehdi Benaldjia que nous avons eu au bout du fil revient dans cette interview  qu’il nous a accordée sur son transfert avorté au Sporting Club Olhanense. Un transfert qui a, pour rappel, capoté à cause des exigences financières des dirigeants de l’USMA.

Alors Mehdi, comment s’est déroulé votre séjour au Portugal ?
Tout s’est super bien passé. Mon seul regret a été le fait que mon transfert ne se soit pas concrétisé. Ça m’a énormément déçu. J’ai fait beaucoup de sacrifices lors de ce voyage. Tous les frais, je les ai pris à mon compte. En compagnie de mon manager, Madjid Bouameur, nous avons fait un trajet de 400 km de Barcelone jusqu’à Porto en passant par Madrid et Lisbonne. C’est tout à fait normal que je ressente de l’amertume après avoir vu que je n’allais pas réaliser mon rêve. Pire, je dois rester loin de la compétition officielle pendant six mois.
Racontez-nous comment votre transfert au SC Olhanense a capoté ?
Les responsables de plusieurs clubs voulaient me voir à l’œuvre, mais c’est le coach de cette équipe qui s’est montré plus chaud à l’idée de m’accueillir dans son équipe. Il a été séduit par mon profil et mon CV lui a beaucoup plus. Il a demandé à ce qu’il me voit à l’entraînement. Je n’ai pas tardé à le faire et à l’issue de la première séance il a donné son feu vert aux dirigeants pour que je sois recruté. Nous nous sommes mis autour d’une table pour entamer les négociations. Ils voulaient m’engager, donc nous n’avons pas trouvé de difficultés pour être d’accord. Ils m’ont proposé un bon salaire et m’ont donné leur feu vert pour que je ramène ma petite famille. Il ne restait que le feu vert de l’USMA. Pour boucler ce transfert, ils ont envoyé une demande de prêt à la direction algéroise six jours avant la fin du mercato. La réponse ne leur est parvenue que la veille de la date butoir, c’était trop tard. Les Portugais ont été francs, ils m’ont dit dès le début qu’ils n’avaient pas les moyens de racheter mon contrat. De mon côté, je les ai rassuré que le président n’allait pas me barrer la route. Si j’ai dit cela, c’est parce que Salah Allache me l’a assuré en présence d’un proche du club. Il m’a promis qu’ils n’allaient pas me barrer la route. En fin de compte, les décideurs de l’USMA ont demandé la somme de 500 millions pour que je sois céder que pour une année. Ce qui a fini par faire tomber cette transaction à l’eau.
Vous sentez-vous lésé ?   
Sincèrement, oui. J’ai une grande famille à prendre en charge. Le football est mon gagne-pain. J’ai fait beaucoup d’efforts pour en arriver là. J’ai déjà renoncé au passé à l’idée d’évoluer au Portugal. Ce fut à l’époque où Ighil était à la tête du staff technique. J’ai reçu une invitation du Maritimo et Haddad m’avait demandé ce jour là de rester parce que l’équipe avait besoin de mes services. Je n’ai pas hésité à le faire. J’ai prolongé mon contrat sans que mon salaire soit revu à la hausse bien que j’avais reçu des offres plus alléchantes. Tout ça pour briller à l’USMA, mais en fin de compte regardez comment je me retrouve. Je ne pourrai ni jouer à l’USMA, ni à l’étranger. Je vais aussi vous faire une révélation. Cet été, Madoui a pris attache avec moi. J’ai été tout proche d’opter pour l’ESS, mais les dirigeants me l’ont refusé. Ils m’ont refusé de renforcer un concurrent direct pour le titre. J’ai fini par l’accepter. J’aurais pu jouer la demi-finale de la Ligue des champions. J’ai 23 ans, je suis encore jeune et je ne vais pas me laisser déstabiliser par ce que j’ai vécu et enduré jusque-là. Je suis un garçon plein de volonté et je ferai de mon mieux pour prouver ce que je vaux réellement.
Avez-vous un problème avec Haddad ?
Non, je n’en ai pas. Peut être qu’on lui rapporte des choses fausses à mon sujet. En tout cas, ma grand-mère et ma mère font toujours des prières pour moi. Tant que je les ai à mes côtés, je n’ai peur de rien. Je crois en mon destin. Pour ceux qui veulent me briser, je leur dis que Dieu est grand. Je les laisse à leur conscience.
 Comptez-vous le rencontrer pour régler ce problème ?
Bien sûr. Je devrais me rendre à Bologhine en compagnie de mon manager et avocat. J’ai un contrat, il me protège. Nous allons chercher la meilleure solution pour moi, mais aussi pour le club. Je vais essayer de maintenir ma forme en attendant le prochain mercato. Je n’ai pas renoncé à l’idée d’évoluer en Europe et je ferai tout mon possible pour réaliser cet objectif.

Publié dans : USMA Benaldjia Haddad

Fil d'actualité



Compétitions

Sélectionner

Sondage

Archive

Sans Ronaldo, le Real Madrid peut-il remporter un titre cette saison ?

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Dossiers

Liste
14:50 | 2018-04-20 Arsène Wenger à Arsenal en stats

Le Français en avait 46 quand il a pris les rênes d'Arsenal...

10:11 | 2017-08-04 PSG : Neymar, 10 dates-clés dans sa carrière

À 25 ans, l'étoile montante du foot possède déjà une carrière bien remplie. La preuve en 10 instants charnières du désormais plus cher joueur de l'histoire.

14:21 | 2017-03-25 Leicester City : Claudio Ranieri, la gloire puis la chute en 10 dates

En un an demi sur le banc de Leicester, Claudio Ranieri a tout connu.

09:56 | 2017-01-01 Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Les 10 matches qui nous ont scotchés en 2016

Edition PDF

N° 4242 23/10/2018

Archive

Année
  • 2018
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
Mois
Jour
Voir